Martin P4M Mercator

Martin P4M Mercator


Fiche descriptive

Appareil : Martin P4M Mercator
Constructeur : Glenn L. Martin Company
Désignation : P4M
Nom / Surnom : Mercator
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1951
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion de patrouille maritime et de renseignement électronique

Histoire

Martin P4M Mercator :
le patrouilleur de guerre électronique

En 1944, le Department of Navy demanda aux différents avionneurs américains de travailler sur un avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine destiné au remplacement à moyen terme des différents avions remplissant cette mission, notamment les Lockheed PV-2 Harpoon et Boeing PB-1 Flying Fortress. Le nouvel avion devait pouvoir voler aussi vite que les chasseurs à moteurs à pistons… à une époque où le jet avait déjà fait son apparition dans la guerre. Rapidement, l’US Navy décida de sélectionner les avions conçus par Lockheed et par Martin. Ce dernier s’intéressa rapidement à un mode de propulsion très original pour son avion : deux moteurs en étoile couplés à deux turboréacteurs. La Navy demanda alors que deux prototypes de chaque soient assemblés. Concernant les avions de Martin, ils reçurent la désignation XP4M-1.

L’appareil se présentait sous la forme d’un monoplan à aile haute multiplace disposant d’un train d’atterrissage tricycle escamotable et d’un empennage classique de grande taille disposant de plans horizontaux présentant un dièdre accentué. Conformément aux plans d’origine, l’avion disposait de deux moteurs en étoile Pratt & Whitney et de deux turboréacteurs Allison, ces derniers n’étant pas des systèmes d’appoints destinés aux opérations de décollage, mais bel et bien utilisés lors des phases de vol.

Le XP4M-1 se distinguait également par son armement défensif très impressionnant : deux canons de 20mm dans une tourelle Emerson dans le nez et contrôlés grâce à une assistance électrique, deux armes similaires dans une tourelle du même type dans la queue, et une tourelle dorsale Boulton-Paul construite sous licence par Martin armée de deux mitrailleuses de 12.7mm. L’avion emportait un peu plus de cinq tonnes de charge offensive composé principalement de bombes, de charges de profondeurs et de mines anti-submersibles. L’avion n’était en effet pas apte au torpillage. Le premier prototype effectua son vol inaugural le 20 octobre 1946.

Le projet initial de l’US Navy prévoyait la dotation d’un premier lot de 21 bombardiers de reconnaissance maritime sous la désignation de P4M-1, un avion baptisé Mercator. Toutefois à la même époque, Lockheed fit entrer en service son avion qui était destiné à devenir incontournable en Occident pour les trente années à venir : le P2V Neptune. Bien que plus léger, moins lourdement armé, et surtout disposant d’un rayon d’action moindre le P2V devint le principal avion de patrouille maritime américain, loin devant le P4M. Celui ci fut d’ailleurs rapidement relégué à une mission très différente : la guerre électronique.

Sur les 21 Mercator commandés, les 19 derniers furent transformés dès la chaîne de montage en P4M-1Q de recueil du renseignement électronique, d’interception des émissions radios, et de repérages des radars ennemis. La soute à bombes fut ôtée et remplacée par des appareillages de guerre électronique. L’armement défensif préservé. Les deux premiers furent livrés dans la série initialement prévues auprès du Squadron VP-51 et assignés aux patrouilles côtières et océaniques en Atlantique Nord.

En 1951, quand les P4M-1Q furent livrés, dix d’entre eux rejoignirent le Squadron VQ-1 qui avait pour zone de patrouille l’Océan Pacifique et la Mer de Chine méridionale, tandis que les neuf autres furent affectés au Squadron VQ-2 patrouillant dans l’Atlantique Nord et en Méditerranée. Officiellement chargés des missions à caractères électroniques pour le compte des navires de guerre de l’US Navy, les P4M-1Q remplissaient en réalité des missions de renseignement le long des côtes soviétiques et aux abords de la Chine.

Durant la Guerre de Corée, les Mercator de la Navy volaient souvent au-dessus du territoire coréen, c’est à dire très loin des espaces maritimes, là où les patrouilleurs maritimes n’ont théoriquement rien à faire. Car les P4M-1Q ne se différenciaient en rien des autres avions de patrouille maritime. Toutefois, cette utilisation au-dessus des terres fit que les Soviétiques comprirent rapidement que leurs sous-marins n’avaient rien à craindre des Mercator, que ces avions en avaient en fait après leurs émissions radio.

Durant toutes les années 50, le Mercator fut le principal avion de guerre électronique de l’US Navy, et volait souvent sous le contrôle des Lockheed WV-2, des Constellation de veille radar de la Navy. En 1953, les deux P4M-1 du Squadron VP-51 furent réaffectés à des missions d’entrainement pour le compte des équipages de P4M-1Q. Là aussi la soute fut démontée, et l’un d’eux reçu un appareillage électronique léger afin de mieux former les personnels.

En février 1956, un Mercator du Squadron VQ-2 fut abattu en vol par deux chasseurs Mikoyan-Gurevitch MiG-15 de l’aviation chinoise. L’équipage fut tué. Quelques mois plus tard un autre avion, cette fois ci du Squadron VQ-1 essuya des tirs ennemis de la part de chasseurs égyptiens Gloster Meteor peu après l’opération menée conjointement par Israël, par le Royaume Uni et, par la France sur le Canal de Suez. L’avion américain réussit toutefois à s’échapper non sans avoir tiré au canon. Par la suite, les accrochages entre les P4M-1Q et les appareils chinois et soviétiques devinrent fréquents.

En 1958, l’US Navy reçu l’autorisation des autorités françaises pour stationner trois P4M-1Q sur la base aérienne de Mekhnès au Maroc. Ces avions surveillaient régulièrement les côtes algériennes, l’Afrique subsaharienne, et tout le bassin méditerranéen. C’est l’un de ces avions qui fut intercepté en juillet 1959 par deux MiG-19 de l’Aviation du Front, au large des côtes de l’Ukraine. L’un des jets soviétiques tira un missile air-air AA-1 Alkali qui toucha le P4M-1Q sans exploser. L’avion revint se poser sur une base de l’OTAN en Turquie avec le missile toujours accroché à l’empennage. Cet épisode accéléra le retrait du service des Mercator.

En 1958, les Squadrons VQ-1 et VQ-2 reçurent les premiers Douglas A3D-2Q Skywarrior de guerre électronique, bien plus modernes, et surtout embarqués. Durant deux ans, les Skywarrior et les Mercator volèrent côte à côte, jusqu’en octobre 1960 où les P4M-1Q furent officiellement retirés du service. Les deux P4M-1 subirent le même sort.

Mis à part un avion qui fut préservé et qui est aujourd’hui exposé à l’US Naval Air Museum de NAS-Pensacola en Floride, les P4M-1Q furent stockés à Davis-Monthan AFB avant d’être ferraillés en juin 1962. Au total, deux prototypes et 21 avions de série furent assemblés par Martin. Il s’agit du dernier avion d’arme terrestre conçu par l’avionneur qui se spécialisa par la suite dans les hydravions militaires et dans l’aviation commerciale avant de se spécialiser dans la sous-traitance aéronautique.

Le Mercator fut un des avions de recueil du renseignement aéroporté les plus utilisés par les Etats-Unis dans les années 50. Avec seulement, dix ans de service actif au sein de l’US Navy le Martin P4M-1Q est un des avions ayant eu une carrière opérationnelle des plus courtes. De l’avis de ses équipages, il s’agissait d’un avion particulièrement inconfortable, mais également très agréable à piloter, et surtout très rapide. Une qualité qui sauva souvent la vie aux équipages de l’US Navy volant sur cet avion.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Martin P4M-1Q Mercator
Envergure : 34.75 m
Longueur : 25.60 m
Hauteur : 8.00 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Pratt & Whitney R-4360-4 Wasp Major
Puissance totale : 2 x 2980 ch. deux turboréacteurs Allison J33-A-23 de 2090kgp
Armement : 2 mitrailleuses de 12.7mm
4 canons de 20mm
Charge utile :
Poids en charge : 40100 kg
Vitesse max. : 670 km/h à 6000 m
Plafond pratique : 10500 m
Distance max. : 4600 Km (à masse maximale)
Equipage : 3 + 14
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Martin P4M Mercator

Profil Couleur

Profil couleur du Martin P4M Mercator

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Alors que les grandes puissances laissent Adolf Hitler réarmer son pays, les avionneurs allemands vont faire naitre ça et là des projets très ambitieux,...

0
En aout 1942, l'US Navy reçu un premier lot de bombardier B-24D qu'elle rebaptisa PB4Y Privateer. Ces avions ne se distinguaient guère extérieurement des...

0
Avec la fin du conflit commença une période de "vache maigre" pour l'aviation militaire britannique qui ne pouvait plus, officiellement, se baser sur la...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.