Martin RM-1/VC-3

Martin RM-1/VC-3


Fiche descriptive

Appareil : Martin RM-1/VC-3
Constructeur : Glenn L. Martin Company
Désignation : RM-1/VC-3
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1952
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : avion de transport de personnel et d'état-major

Histoire

Martin RM-1/VC-3 :
le transport d'état-major de l'US Coast Guard

En 1951, l’US Coast Guard fit savoir qu’elle recherchait un avion de transport de personnel, pouvant éventuellement être aménagé pour des VIP et de l’état-major. A cette époque la garde côtière américaine n’utilisait pas d’avion spécifiquement pour ces missions, mis à part des Beech JRB-4 Expeditor et des Lockheed R5O-4 Lodestar jugés un peu trop petits. A l’inverse, les Douglas R5D-3 Skymaster était considérés comme bien trop gros. Un cahier des charges fut donc officiellement émis dans ce sens.

Deux avionneurs américains et un suédois y répondirent. Convair proposa son CV-240, Martin son 404, et SAAB son Scandia. Chaque appareil était bimoteur et globalement similaire les uns par rapport aux autres. En fait assez rapidement les responsables américains se tournèrent vers l’avion de Martin, et passèrent donc commande, pour deux avions. Ceux-ci reçurent la désignation de RM-1.

Le Martin RM-1 ne se différenciait du 404 que par sa livrée militaire, et son aménagement intérieur. Bimoteur à aile basse cantilever construit intégralement en métal cet avion disposait d’un train d’atterrissage escamotable à trois points et d’un empennage classique. Sa propulsion était assurée par des moteurs à pistons Pratt & Whitney R-2800-CB16 d’une puissance nominale de 2 400 chevaux entraînant chacun une hélice tripale en métal. Le cockpit accueillait en côte à côte le pilote et le copilote, tandis qu’un navigateur pouvait éventuellement prendre place sur un strapontin derrière eux. La cabine fut redessinée pour 22 passagers dans un niveau de confort assez élevé. Le premier Martin RM-1 réalisa son vol initial en octobre 1952.

Les deux avions furent livrés en novembre 1952 et affectés sur la base aéronavale d’Arlington dans la banlieue de Washington DC. Ils reçurent respectivement les numéros de série USCG-1282 et USCG-1283. Malgré un très acceptable rayon d’action de 1700km, ces avions n’eurent jamais l’occasion de sortir des Etats-Unis, mis à part pour des vols vers le voisin canadien. Ils étaient donc quasiment inconnus du grand public en Europe.

En 1957, leur désignation fut modifiée, en même temps que leur aménagement intérieur. De 22 passagers, ils passèrent à 17, et dans un confort accru. Mais cette fois-ci, ces avions n’étaient plus dévolus qu’aux seules missions pour hautes personnalités et pour l’état-major de l’US Coast Guard. Ils devinrent alors RM-1Z. La mission de transport des personnels revint aux tout nouveaux Lockheed R8V-1G Hercules.

Les RM-1Z volaient donc peu, mais souvent au profit du Secretary of Treasure, le ministre américain des finances, dont dépendaient en temps de paix les gardes côtes américains. Bien que ce code ne fut jamais utilisé officiellement sur RM-1Z, l’avion était souvent surnommé « Coast Guard One« , alors que le président américain ne l’ai jamais utilisé.

En septembre 1962, l’US Coast Guard rejoignit l’US Navy et l’US Marines Corps dans son réalignement des désignations avec l’US Air Force. Les RM-1Z devinrent donc des VC-3A. Mais ils n’y gagnèrent toujours pas de patronyme.

En 1967, la garde côtière américaine passa sous tutelle du Department of Transportation (ministère des transports) et changea donc de livrée pour adopter celle d’aujourd’hui. Les deux VC-3A en firent de même. Toutefois leurs jours semblaient bel et bien comptés, car le Secretary of Transportation (ministre américain des transports) avait réalisé un vol sur cet avion au cours duquel il déplora la lenteur de ce bimoteur. Depuis 1963, les deux VC-3A n’étaient plus les principaux avions de transport VIP des gardes côtes, puisque un Grumman VC-4A Gulfstream à turbopropulseur volaient aussi.

Pour les remplacer, l’US Coast Guard passa commande d’un biréacteur d’affaire Gulfstream II, désigné VC-11A. Finalement, après 17 ans après leur entrée en service, les deux bimoteurs de Martin furent envoyés à la retraite, mais non ferraillés en décembre 1969, au National Air & Space Museum de Washington-DC et à la Coast Guard Academy.

Les deux RM-1Z ou VC-3A sont les seuls avions de transport de chez Martin à avoir portés la cocarde américaine dans toute l’histoire aéronautique. Ces avions malheureusement mal connus encore aujourd’hui furent d’excellents serviteurs pour l’US Coast Guard, même si leurs missions étaient moins extraordinaires que celles d’aéronefs comme les amphibies Grumman HU-16E Albatross ou les hélicoptères Sikorsky HH-52A Seaguard contemporains.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Martin RM-1Z
Envergure : 28.43 m
Longueur : 22.73 m
Hauteur : 8.67 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Pratt & Whitney R-2800-CB16
Puissance totale : 2 x 2400 ch.
Armement : -
Charge utile : 17 passagers
Poids en charge : 19391 kg
Vitesse max. : 505 km/h à 5800 m
Plafond pratique : 8300 m
Distance max. : 1700 Km (à masse maximale)
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Martin RM-1/VC-3

Profil Couleur

Profil couleur du Martin RM-1/VC-3

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
S'il est un avion de transport qui est universellement connu c'est bien le Douglas DC-3, alias C-47 Skytrain pour les militaires américains ou Dakota...

0
En 1950, Max Holste entreprit l'étude d'un avion à tout faire sous tous les climats, de conception simple et de fabrication aisée, dont l'issue...

0
Lorsque le Président de la République monte à bord d’un avion de transport de l’Armée de l’Air celui-ci prend immédiatement l’indicatif radio de Cotam...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.