Miles Magister

Miles Magister


Fiche descriptive

Appareil : Miles Magister
Constructeur : Miles Aircraft
Désignation :
Nom / Surnom : Magister
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1937
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Avion d'entraînement

Histoire

Miles Magister :
le dauphin du Tiger Moth

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la formation des futurs pilotes était une des priorités des différents états-major alliés. En effet même si cette formation était raccourcie, elle n’en demeurait pas moins extrêmement pointue, notamment au sein de la Royal Air Force. Celle-ci disposait d’ailleurs d’un biplan considéré par beaucoup comme révolutionnaire : la De Havilland Tiger Moth. Mais aussi important fut-il, son remplacement devenait nécessaire pour de nombreux responsables britanniques. Et cela fut fait avec un avion simple et robuste : le Miles Magister. Mais par rapport à son prédécesseur, il avait un point important : il était monoplan.

Au départ, le Magister fut pensé comme un avion de formation au vol sans visibilité (VSV) capable de seconder les biplans Tiger Moth et Tutor. C’est dans cet esprit que fut lancée en 1936 la Specification 37/36. Le Ministry of War proposa ce programme à plusieurs constructeurs : Airspeed, Avro, De Havilland, Miles, et Westland. Le constructeur américain Douglas proposa même une étude sur plan concernant ce marché mais rapidement Londres décida que le marché s’orienterait entre les avionneurs De Havilland et Miles.

Le premier proposait une version à habitacle fermé de son Tiger Moth tandis que le second se basait sur une version militarisée de l’avion de formation civil et d’aéroclub Hawk-Trainer.

C’est ce dernier qui fut finalement sélectionné par la RAF, entre autre pour le fait que son origine civile faisait de lui une machine très économique. Le Magister effectua son premier vol le 20 mars 1937, entre les mains de Georges Miles lui-même. Le créateur de la firme tenait absolument à piloter l’avion lui-même pour son vol inaugural devant les autorités de la Royal Air Force.

Le Magister était un monoplan biplace en tandem disposant de deux cockpit à l’air libre. Celui de l’arrière avait la particularité de pouvoir disposer d’une canopée pour les VSV. Il était mû par le même moteur que le Tiger Moth, un élément qui favorisait son entretien dans les Elementary Flying Training School qui l’utilisait. Le Miles Magister disposait en outre d’une aile basse cantilever et d’un train d’atterrissage classique semi-escamotable. Il ne disposait d’aucun armement.

Les premiers Magister sont entrés en service dès le mois de septembre 1937, un record de rapidité pour un avion militaire, même à cette époque. La production s’est étalée sur quatre années, jusqu’en 1941. A cet instant là un total de 1229 exemplaires avait été livré à la RAF, ainsi qu’une soixantaines d’autres répartis entre l’Egypte, la Nouvelle-Zélande et la République d’Irlande. La Turquie de son côté acquis une licence de fabrication, la première pour un avion d’entraînement militaire, pour une centaine d’exemplaires. Les Miles Magister turcs demeurèrent en service jusqu’en 1962, année au cours de laquelle ils furent remplacés par des Cessna T-41.

Au sein de la RAF, le Miles Magister fut surtout connu comme étant le premier monoplan d’entraînement et de formation. Jusqu’en 1942 il n’était que le principal avion de formation VSV mais par la suite il commença peu à peu à prendre la place du Tiger Moth, des modèles les plus anciens surtout. Du fait de sa vulnérabilité les vols d’entraînement se faisaient régulièrement sous la protection d’avions de chasse type Spitfire ou Hurricane. En effet le Magister était une cible de choix pour les chasseurs à long rayon d’action de la Luftwaffe, notamment durant la Bataille d’Angleterre. En tout, ce sont 56 Magister qui furent abattu par des chasseurs allemands durant leur mission d’entraînement.

La carrière du Miles Magister ne se termina pas complètement avec la fin des hostilités, le retrait de ses avions devenant officiel en novembre 1948. Les derniers Magister ont été remplacés par des De Havilland Canada Chipmunk pour les missions d’entraînement primaire et par des Avro Anson pour le VSV. L’Egypte conserva ses Magister jusqu’en 1953.Quant à l’Irlande elle remplaça, elle aussi, ses Magister par des Chipmunk. Pour la petite histoire l’Irish Air Corps fut le seul utilisateur du Miles Magister mais également de son homonyme français, le Fouga CM-170 Magister.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Miles Magister
Envergure : 10.31 m
Longueur : 7.51 m
Hauteur : 2.03 m
Motorisation : 1 moteur en ligne De Havilland Gipsy-Major Mk-I
Puissance totale : 1 x 130 ch.
Armement : -
Charge utile : -
Poids en charge : 870 kg
Vitesse max. : 210 km/h
Plafond pratique : 5500 m
Distance max. : 615 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Miles  Magister

Profil Couleur

Profil couleur du Miles  Magister

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Fort de l’expérience acquise lors de la fabrication sous licence de près de 700 T-33 Silver Star et de plus de 1800 F-86 Sabre,...

0
Les pilotes de l'USAF accomplissent 105 heures d'entrainement avancé sur Northrop T-38A avant d'aborder la phase d'entraînement opérationnel, où le même appareil tient une...

0
Afin de remplacer ses DeHavilland Vampire obsolètes, l’armée de l’air suédoise (Svensk Flygvapnet) lance un appel d'offres en 1960 pour un avion d'entraînement doté...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.