Northrop B-2 Spirit

Northrop B-2 Spirit


Fiche descriptive

Appareil : Northrop B-2 Spirit
Constructeur : Northrop Corporation
Désignation : B-2
Nom / Surnom : Spirit
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1989
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Bombardiers après 1950
Rôle et missions : Bombardier furtif à long rayon d'action

Histoire

Northrop B-2 Spirit :
un bombardier furtif unique

Pouvant être considéré comme une version grandement modernisée de la grande aile volante Northrop XB-35 de 1946 puis XB-49 (écartés par l’USAF au profit du B-36 Peacemaker), le bombardier B-2 ne doit sa justification qu’à sa « furtivité » exemplaires.

Le développement du B-2 débuta en 1978 sur les bases d’une fiche émise par l’USAF précisant que le futur avion stratégique de pénétration de conception avancée (ASPA ou Advanced Strategic Penetrating Aircraft) doit pouvoir remplir des missions de tout type allant d’une situation de paix à un conflit nucléaire global. Pour cette raison, le B-2 est construit autour de deux grandes soutes d’armement placées côte à côte dans la partie inférieure de la section centrale. Munis de lanceurs rotatifs, le B-2 peut être doté d’une panoplie d’engins de destruction très varié allant des bombes conventionnelles aux missiles de croisière.

L’avion furtif Northrop B-2, bombardier stratégique à basse altitude, fut conçu en vue de remplacer le B-1 B Lancer, considéré comme un avion de transition. C’est une aile volante qui fait appel à des techniques ultramodernes en matière de conception, de structures et de moteurs, destinées à réduire les signatures thermique et radar ainsi que le niveau de bruit. Le B-2 utilise ainsi des techniques électro-aérodynamiques révolutionnaires pour réduire sa signature radar.

A la différence du chasseur-bombardier Lockheed-Martin F-117, la furtivité du B-2 s’appuie sur une grande pureté de la cellule. Les facettes et les décrochements angulaires caractéristique du F-117 ont laissé place à des surfaces incurvées destinées à atténuer les échos radar engendrés par tout ce qui dépasse habituellement de la cellule d’un avion. Seules les entrées d’air sont dessinées en chicanes pour empêcher les ondes radars de se réfléchir sur les aubes des soufflantes des 4 réacteurs. De la même manière pour réduire la signature infrarouge de l’avion les tuyères sont aplaties et montées très en avant sur l’extrados.

Le talon d’Achille du B-2 est son revêtement composé de couches en fibre de verre perméable au rayonnement électromagnétique qui reste d’une extreême fragilité. Du coup le B-2 n’est pas déployable et ne peut être parqué longtemps parqué à l’extérieur en dehors des vols. De plus sa maintenance courante requiert des moyens de soutien logistiques très spécifiques qui ne sont disponible que sur sa seule base du Missouri. Il se rattrape par un rayon d’action exceptionnel qui compense cette limitation et lui permet de bombarder la Yougoslavie ou l’Afghanistan et de rentrer à la base après un ravitaillement en vol.

Le premier prototype du B-2 Spirit vola le en juillet 1989. La première phase du programme, dite Block-10, concerna des essais de performance et de qualité de vol. En 1997, le B-2 à été mis au standard Block-20 (standard intermédiaire entre le 10 et le 30) concerna entre autres l’intégration d’une capacité en armement guidés de précision (PGM) impliquant ainsi l’ajout de nouvelles armes encore en développement à l’heure actuelle comme le missile de croisière furtif et subsonique AGM-137 TSSAM. Enfin, les B-2 seront mis au standard Block-30 disposant d’une capacité PGM totale ainsi que des systèmes offensifs et opérationnels complets avec un radar à ouverture synthétique perfectionné.

l’US Air Force espérait se doter de 131 B-2, mais des réductions de crédits répétées ont ramené les commandes de série à 15 exemplaires seulement, les 21 appareils se décomposant comme suit : le premier prototype, 15 B-2A Block 10, 3 B-2A Block 20 et 2 B-2A Block 30. Le tout dernier a volé en janvier 1998 et un programme de mise au standard « Block 30 » a été mis en place pour les 19 premiers appareils. Chaque B-2 porte un nom particulier: « Spirit » suivi d’un Etat américain. Objet de nombreuses critiques tant techniques que politiques, le B-2 est l’avion le plus coûteux jamais construit. Mais le B-2 restera en service au delà de 2040. D’ici là son système d’arme, en particulier son électronique aura profondément évolué.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Northrop B-2 Spirit
Envergure : 52.43 m
Longueur : 21.03 m
Hauteur : 5.18 m
Motorisation : 4 réateurs à double flux General Electric F118
Puissance totale : 4 x 13600 kgp.
Armement : double lanceur rotatif pour seize bombes guidées de 900 kg type GAM ou GBU-31 JDAM, ou bombes atomiques B-85, ou huit missiles J
Charge utile : -
Poids en charge : 170550 kg
Vitesse max. : 973 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 15200 m
Distance max. : 8150 Km (12220 km avec ravitaillement)
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Northrop B-2 Spirit

Profil Couleur

Profil couleur du Northrop B-2 Spirit

Vidéo

Les débuts du B-2 Spirit

A voir également

0
L'une des questions qui, aux Etats-Unis, se posa immédiatement après la fin de la Seconde Guerre Mondiale fut de savoir qui devrait disposer de...

0
Quand en 1954, le gouvernement français décide de ce doter d'une force de dissuasion nucléaire (la Force de Frappe), Dassault proposa une amélioration de...

0
Le Valiant fut conçu à partir de 1948 pour répondre aux même spécifications que l'Avro Vulcan et le Handley Page Victor pour un bombardier...
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.