Northrop N-3PB

Northrop N-3PB


Fiche descriptive

Appareil : Northrop N-3PB
Constructeur : Northrop Corporation
Désignation : N-3PB
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydravion de torpillage, de bombardement, et de reconnaissance.

Histoire

Northrop N-3PB :
L'hydravion des pilotes norvégiens libres

Parmi les nombreuses nations dont le territoire a été occupé par les troupes du IIIème Reich figure la Norvège. Ce pays faisait figure d’exception en Europe parmi les pays neutres, ou supposés neutres, car il avait été envahi par la Wermacht en avril 1940 malgré la proclamation de sa neutralité en décembre 1939. Mais la Norvège était une place stratégique forte pour l’Allemagne Nazie, à la fois pour que ses bombardiers disposent d’une situation aisé pour attaquer l’Écosse, le nord de l’Angleterre, et l’Islande ; pour que ses avions de reconnaissance puissent espionner la Suède neutre, et pour que ses avions de transport puissent ravitailler les troupes finlandaises. Tout comme les pilotes belges, français ou polonais, une poignée d’aviateur norvégiens réussirent à rallier la Grande-Bretagne et à s’engager dans la Royal Air Force aux côtés des pilotes alliés. Parmi tous les avions utilisés par ces pilotes scandinaves figure un rustique mais étonnant petit hydravion monomoteur d’origine américain, le Northrop N-3PB.

En février 1940, une délégation d’officiers norvégiens se rendit aux États-Unis afin de négocier des contrats d’armement pour renforcer l’armée, la marine, mais également la force aérienne norvégienne. Cette mission d’achat s’intéressa notamment au N-3PB un petit hydravion à flotteurs de torpillage et de reconnaissance maritime refusé par l’US Navy et la Fleet Air Arm. Le N-3PB avait effectué son premier vol en juillet 1939. Northrop, constructeur de l’appareil, signa en mars 1940 un contrat pour la fourniture de vingt-quatre de ces hydravions à la Norske Forsvaret pour des missions offensives, mais également de patrouille côtière. L’invasion allemande du pays fit que les appareils ne furent pas livrés en Norvège.

Le gouvernement américain ne pouvant pas livré des appareils militaires aux aviateurs norvégiens en exil en Grande-Bretagne, il fut envisagé par Londres et Washington d’expédier les pilotes et les hydravions en Islande afin de protéger ce pays lui aussi censé être neutre, mais finalement totalement sous protectorat britannique. Les vingt-quatre Northrop N-3PB furent versés au Squadron 330, une unité spécialement créée par la Royal Air Force pour servir de base aux unités du Royal Norwegian Navy Air Service, qui regroupait tous les pilotes norvégiens « libres » volant au profit du Coastal Command et de la Fleet Air Arm.

Les N-3PB volaient sous une livrée typique de la Royal Air Force avec la cocarde britannique traditionnelle, mais également un petit drapeau norvégien placé suivant les appareils soit sur l’empennage soit sous la verrière.

Le Northrop N-3PB se présentait comme un hydravion triplace monoplan à ailes basses cantilevers. L’appareil était placé sur deux flotteurs installés sous les ailes de l’hydravion. Il disposait d’un moteur en étoile de 1200ch. et d’un empennage classique. Son armement principal résidait dans une torpille britannique de 900kg, auquel il fallait ajouter un armement défensif composé de mitrailleuses de 7.62mm et de 12.7mm de calibre.

Les N-3PB norvégiens furent basés à Reykjavik , la capitale islandaise à partir d’août 1940 pour des missions de surveillance de l’Atlantique Nord, et de poursuite des U-Boots de la Kriegsmarine susceptibles de croiser dans le secteur. Malgré un armement défensif important, les N-3PB représentaient une cible relativement facile pour les chasseurs et même pour les bombardiers de la Luftwaffe. En octobre 1940 un N-3PB fut sérieusement accroché à l’est de l’Islande par un bombardier-patrouilleur Focke-Wulf Fw-200. Malgré plusieurs impacts de balles, et la mort d’un des membres d’équipage, l’hydravion à flotteurs du Squadron 330 réussit à regagner sa base. À partir de cette date les monomoteur Northrop volèrent sous la protection de chasseurs de la RAF, principalement des Hawker Hurricane mais également à partir de janvier 1941 des Supermarine Spitfire.

En juillet 1941 les Alliés apprirent que les Allemands avaient formé dans le nord de la Norvège un corps expéditionnaire chargé de l’invasion de l’Islande. Alors que l’US Army Air Force renforçait les positions britanniques, les pilotes norvégiens effectuèrent plusieurs missions de harcèlement contre les navires de la Kriegsmarine grâce à leurs Northrop N-3PB.

Le 10 juillet 1940 au petit matin cinq N-3PB du Squadron 330 déjaugèrent de leur hydrobase de Reykjavik sous l’escorte de quinze Bristol Beaufighter de la RAF. Après un vol à très basse altitude, les hydravions arrivèrent sur le port norvégien de Bodö où mouillaient une trentaine de bâtiments de débarquement allemands mais également quatre redoutables S-Boot, les fameuses vedettes de torpillage rapides de la Kriegsmarine. Les nazis croyant le port norvégien hors de portée des bombardiers alliés, la Flak y était faible, et la Luftwaffe quasi-inexistante, en dehors de quelques avions de transport et de liaison. Trois des hydravions norvégiens étaient armés de torpille de 900kg tandis que les deux autres emportaient des bombes incendiaires.

Les torpilles firent toutes coup au but, dont l’une contre une S-Boot. Quand aux deux hydravions armés de bombes incendiaires ils réussirent à détruire un navire de débarquement, mais également un dépôt de fioul. Ce raid fut le seul et unique réalisé par les appareils du Squadron 330. Les cinq hydravions ainsi que treize des quinze Beaufighter d’escorte revinrent à Reykjavik.

Après cette opération les N-3PB reprirent leurs missions de surveillance maritime, de sécurité des convois maritimes, et de lutte anti-sous-marine. En juin 1942 trois N-3PB furent affectés aux côtés de Avro Anson du Coastal Command à la protection du convoi maritime PQ-17 transportant notamment des bombardiers North American B-25 livrés à l’URSS au titre du prêt-bail. Lors de cette mission un N-3PB participa à la pourchasse d’un U-Boot qui fut finalement coulé par un hydravion à coque Short Sunderland britannique. Un des trois N-3PB fut endommagé lors du vol retour et dut se poser en urgence en Écosse.

À partir de mars 1943 les Northrop N-3PB furent affectés à des missions entre le Canada et l’Islande, pour protéger les convoi maritimes. En mai 1945 alors que la Seconde Guerre mondiale venait de se terminer en Europe onze N-3PB furent renvoyés en Norvège pour mener des missions de reconnaissance destiné au repérage des mines mouillées par les marines allemandes autant que britanniques. Les autres demeurèrent en Islande pour assurer des missions de sécurité. En janvier 1946 la Norske Forsvet retira officiellement du service l’ensemble de ses N-3PB à l’exception de deux appareils voués à des missions d’entrainement et de sauvetage. Ces deux derniers appareils ont finalement quitté le service actif en 1950.

Les hydravions à flotteurs Northrop N-3PB font partie des rares appareils de la RAF à n’avoir pas reçu de nom de baptême dans la nomenclature de l’Air Ministry. Au total seuls les vingt-quatre appareils norvégiens ont été construits. De nos jours un de ceux-ci a été rénové et exposé au musée de la force aérienne norvégienne de Gardermöen.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Northrop N-3PB
Envergure : 14.91 m
Longueur : 11.58 m
Hauteur : 3.66 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Wright Cyclone-4
Puissance totale : 1 x 1200 ch.
Armement : 4 mitrailleuses de 7.62mm en position de chasse
2 mitrailleuses de calibre 12.7mm en position dorsale
une torpille de 900kg ou 1000kg de bombes.
Charge utile :
Poids en charge : 4820 kg
Vitesse max. : 410 km/h à 3000 m
Plafond pratique : 7350 m
Distance max. : 1600 Km à charge maximale.
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Northrop N-3PB

Profil Couleur

Profil couleur du Northrop N-3PB

Vidéo

Vidéo de propagande britannique de l'époque montrant un N-3PB.

A voir également

0
Ne disposant pas de porte-avions, le IIIème Reich dû faire appel massivement aux hydravions pour surveiller son littoral et le protéger des incursions alliées....

0
Contrairement aux alliés, les Allemands n'accordèrent jamais une grande importance aux avions torpilleurs, mais le He 115, réputé à la fois comme mouilleur de...

0
Le Dornier Do 24 trouve son origine dans un programme formulé par la marine néerlandaise en 1935. Le trimoteur Do 24, qui reprenait la...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.