Northrop YF-20 Tigershark

Northrop YF-20 Tigershark


Fiche descriptive

Appareil : Northrop YF-20 Tigershark
Constructeur : Northrop Corporation
Désignation : YF-20
Nom / Surnom : Tigershark
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1982
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Prototype d'avion de combat.

Histoire

Northrop YF-20 Tigershark :
Le chasseur sacrifié au profit du Fighting Falcon

Avionneur majeur dans l’histoire industrielle des États-Unis le constructeur Northrop développa et produisit quelques-uns des meilleurs avions militaires américains des soixante dernières années. En fait on retient surtout ce constructeur pour deux réalisations très différentes : ses ailes volantes et sa famille de chasseurs légers F-5A/B Freedom Fighter et F-5E/F Tiger II. C’est afin de donner naissance à un successeur de cette dernière série que le constructeur développa un très intéressant chasseur polyvalent qui malheureusement demeura sans suite : le Northrop YF-20 Tigershark.

Au milieu des années 1970 les responsables de Northrop eurent l’idée de donner une descendance au F-5E Tiger II, au travers d’un monoplace de combat nettement plus polyvalent mais reprenant les grandes lignes du chasseur qui avait leurs fortunes. Ils décidèrent alors de le désigner F-5G.

Dans le même temps l’US Department of Defense annonça son intention d’acquérir un nouveau chasseur léger destiné prioritairement à prendre la relève des derniers Convair F-106 Delta Dart et McDonnell Douglas F-4 Phantom II encore en service dans les rangs de l’US Air Force. Le projet prit la désignation de FX, c’est-à-dire chasseur du futur.

En fait c’était à Washington-DC un secret de Polichinelle que le programme FX était destiné à couvrir l’achat par l’US Air Force du Northrop F-5G pour des missions de défense aérienne. Les lobbyistes du constructeur avaient visiblement fait un bon travail auprès des décideurs américains. L’US DoD décida de ce fait d’examiner de près les essais du prototype du futur F-5G, sans toutefois en commander un pour leur compte.

Il faut dire qu’en 1980 la donne changea quelque peu. Engagé dans le programme Air Combat Fighter qui opposa General Dynamics à justement Northrop, mais tourna à l’avantage du premier et de son chasseur léger YF-16 Fighting Falcon. Hors les dirigeants de General Dynamics voyaient d’un mauvais œil ce nouvel avion Northrop qui pouvait mettre à mal leur monoréacteur.

Le premier prototype du Northrop F-5G fit ses essais de roulage au mois de mai 1982. Extérieurement cet avion se présentait clairement comme une version rajeunie du Tiger II. Il avait troqué les deux réacteurs General Electric J85-GE-21B pour un unique F404-GE-100 du même motoriste. Ce turboréacteur permettait d’atteindre une poussée de 7710 kg avec post-combustion. Le cockpit lui aussi avait été redessiné, autour d’un siège éjectable Martin-Baker identique à celui qui équipait alors justement le YF-16.

Niveau armement il conservait les deux canons de 20mm montés dans le nez. Son armement principal tournait autour des missiles air-air AIM-7 Sparrow et AIM-9 Sidewinder, à concurrence d’un maximum de six de ces armes dans les missions air-air. En outre le F-5G fut prévu pour l’emport de bombes lisses, de paniers à roquettes, et même de deux missiles air-sol AGM-65 Maverick. C’est néanmoins en configuration lisse que le prototype réalisa son premier vol le 30 août 1982.

En novembre 1982 alors que les essais en vol allaient bon train, notamment pour ce qui était des essais d’armement la désignation de l’avion fut changée en YF-20 Tigershark. Les dirigeants de Northrop pensaient alors que ce nouveau patronyme aiderait aussi l’avion sur les marchés de l’export.

Il faut dire qu’à cette époque Northrop espérait vendre son avion à plusieurs forces aériennes étrangères, et ce malgré la présence grandissante du General Dynamics F-16A/B. D’autant qu’à la même époque l’US Air Force abandonna le programme FX. Pour autant l’aviation américaine envisagea encore d’acquérir une quarantaine de YF-20 Tigershark dans le rôle d’Agressors, c’est-à-dire d’avions de combat destinés à simuler des appareils soviétiques des types MiG-21 Fishbed et MiG-23 Flogger.

Malgré quelques bonnes avancées le contrat ne fut jamais signé, le ministère américain de la défense rechignant à acheter un avion de combat nouvelle génération uniquement pour une mission d’entraînement avancé.

L’avionneur se tourna alors vers l’export, et là encore il se heurta au F-16 mais aussi à un « nouveau venu » dans la course, le Dassault Mirage 2000 français. À eux deux ces chasseurs mirent à mal le Northrop YF-20 Tigershark sur l’ensemble des marchés d’export. Malgré une présentation remarquée au Bourget en 1983, réalisée sous une surprenante livrée à dominante rouge, jamais le chasseur monoréacteur de Northrop ne tira son épingle du jeu.

Finalement, le programme du YF-20 fut stoppé en 1986. Il est à noter que sur un prototype et deux avions de présérie, seul l’un d’entre -eux existe encore de nos jours, les deux autres se sont écrasés en 1984 et 1985, tuant au passage chacun des pilotes.

À l’époque déjà le constructeur était secrètement engagé dans un autre programme de chasseur, nettement plus ambitieux celui-là : le biréacteur furtif YF-23 Black Widow II.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Northrop YF-20 Tigershark
Envergure : 8.13 m
Longueur : 14.17 m
Hauteur : 4.22 m
Motorisation : 1 réacteur General Electric F404-GE-100
Puissance totale : 1 x 7710 kgp. avec post-combustion.
Armement : 2 canons de 20mm
3600kg de charges externes (missiles air-air, air-sol, bombes lisses, et paniers à roquettes)
Charge utile :
Poids en charge : 12475 kg
Vitesse max. : 2120 km/h à 8700 m
Plafond pratique : 16750 m
Distance max. : 2950 Km en convoyage.
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Northrop YF-20 Tigershark

Profil Couleur

Profil couleur du Northrop YF-20 Tigershark

Vidéo

Film promotionnel pour le YF-20 Tigershark

A voir également

0
Dans les années 50 et 60, plusieurs pays se lancèrent dans le développement d'aéronefs à décollage et atterrissage vertical (ADAV – VTOL en anglais)....

0
Lorsque l'on évoque les noms de Maurice Hurel et Léon Dubois, on en revient immanquablement aux avions à ailes à grand allongement. Ces aéronefs...

0
Durant la Seconde Guerre mondiale, l'industrie aéronautique britannique accoucha de quelques-un des meilleurs aéronefs militaires de ce conflit. Ses avions et planeurs étaient généralement...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.