Piasecki H-21 Shawnee/Workhorse

Piasecki H-21 Shawnee/Workhorse


Fiche descriptive

Appareil : Piasecki H-21 Shawnee/Workhorse
Constructeur : Piasecki Helicopter Corporation
Désignation : H-21
Nom / Surnom : Shawnee
Code allié / OTAN :
Variante : Workhorse
Mise en service : 1953
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère multitâches

Histoire

Piasecki H-21 Shawnee/Workhorse :
La banane volante

Renommé pour ses hélicoptères à double rotors contre-rotatifs, Piasecki Helicopter Co. fut fondé en 1940 par Franck Piasecki, fils d’immigrant polonais. Premier de ces appareils livrés en 1945 à la marine américaine et à la garde côtière, le HRP Rescuer fut rapidement affublé du surnom de «Banane Volante» dû à sa forme curviligne et la livrée jaune alors d’usage à la garde côtière.

Ce surnom peu glorieux colla à un appareil plus évolué mis au point par Piasecki, l’H-21 Shawnee, conçu pour répondre aux besoins des forces armées américaines voulant se doter d’un hélicoptère de sauvetage capable de voler à une plus grande altitude et par temps très froid. Le Shawnee, dont la forme générale rappelait celle du Rescuer, effectua son premier vol en avril 1952. Le moteur radial de 9 cylindres Curtis-Wright R-1820-103, entraînant les deux rotors du Shawnee, était le descendant du réputé R-1820 Cyclone ayant fait ses preuves avec des avions aussi célèbres que le Douglas Dauntless et le Boeing B-17.

Les premiers Shawnee furent livrés en 1953 à l’U.S. Air Force (USAF) qui les déploya en Alaska et au Groenland pour des missions de recherche et sauvetage. Surnommé Workhorse par les militaires américains, l’appareil démontra rapidement sa capacité de voler à des températures aussi froides que -55°C, tout en étant facile d’entretien même dans des environnements aussi hostiles.  Sous la désignation CH-125, l’Aviation royale canadienne (ARC/RCAF) fit également l’acquisition de cet hélicoptère bien adapté aux conditions nordiques et l’utilisa surtout pour des missions de recherche et de sauvetage. L’installation de roues, de skis ou de flotteurs permettait au Workhorse d’opérer dans diverses situations. Un système d’ancrage et de câbles permettait également au H-21 l’emport extérieur de lourdes charges.

En pleine guerre froide, les capacités de grue volante et de transport de matériel des Workhorse américains et canadiens furent mises à contribution pour la construction et l’entretien des stations de radar des lignes DEW et Mid-Canada opérés sous le commandement conjoint du NORAD. La ligne DEW (Distant Early Warning), construite au nord du cercle arctique, s’étendait des îles Aléoutiennes jusqu’à l’Islande, en passant par le grand nord canadien et le Groenland. Constituant la deuxième ligne de défense, les stations de radar du Mid-Canada Line longeaient le 55ème parallèle, de la frontière de l’Alaska jusqu’à la côte Atlantique.

Le Workhorse fut également utilisé lors de guerres «chaudes». Deuxième acquéreur en importance de cet hélicoptère après les États-Unis avec plus d’une centaine d’exemplaires désignés H-21C, la France utilisa initialement ses Workhorse en Indochine pour effectuer des évacuations sanitaires. Lors de la guerre d’Algérie, les H-21C accomplirent un double rôle de transport d’assaut et d’évacuation sanitaire. Les H-21C de l’Aviation légère de l’armée de terre (ALAT) et de la Flottille 31F de la Marine nationale évacuèrent plus de 680 blessés et participèrent à de multiples opérations de commandos, expérimentant le concept d’assaut héliporté. Des essais furent également effectués avec des H-21C équipés de diverses combinaisons d’armes d’assaut, dont  des bombes, roquettes et mitrailleuses de nez. À des fins défensives, la plupart des appareils furent dotés de mitrailleuses de portière. Durant ce conflit, une quinzaine d’appareils furent touchés par la DCA et trois furent abattus.

En 1956, Piasecky Helicopter change de nom pour devenir Vertol (pour Vertical Takeoff and Landing). La même année, accompagné d’un U-1A Otter aménagé en avion citerne, le Shawnee effectue deux premières pour un hélicoptère : le ravitaillement en vol et le premier vol transcontinental sans escale, de la côte Atlantique à celle du Pacifique.

En plus des forces aériennes des États-Unis, de la France et du Canada, le Japon et la Suède (désignation HKP-1) se portèrent acquéreurs d’hélicoptères Workhorse. Une trentaine de H-21C furent également construits sous licence par l’entreprise Weser Flugzeugbau pour le compte du Bundeswehr, la force de défense fédérale d’Allemagne de l’Ouest. Plusieurs entreprises aériennes, notamment New York Airways, Dominion Helicopters au Canada et Sabena en Belgique, firent l’acquisition de la version commerciale du H-21, désignée Vertol 44.

Utilisés de façon limitée en Corée, les  H-21 de l’US Army constituèrent un élément essentiel du soutien aérien lors de la première phase de la guerre du Viêt-Nam. Les premiers Workhorse, déployés en 1961 pour soutenir l’armée sud-vietnamienne, furent équipés de mitrailleuses de portière. On fit également l’essai de mitrailleuses dirigeables sous nez et un appareil fut même muni d’une tourelle télécommandée récupérée d’un B-29 Superfortress. Redésignés CH-21B en 1962, les derniers Workhorse quittèrent le Viêt-Nam en 1964, remplacés par le célèbre UH-1 Huey et par le Boeing Vertol CH-47 Chinook. Le Workhorse est d’ailleurs considéré comme l’ancêtre du Chinook, encore largement utilisé aujourd’hui.

Malgré sa vulnérabilité aux tirs d’armes légères et sa sensibilité au climat chaud, le Workhorse a permis, lors de ses quelques années de service au Viêt-Nam, de mettre au point la doctrine d’assaut héliporté, initialement expérimentée par les militaires français lors de la guerre d’Algérie.

Plus de 700 H-21 Shawnee furent construits jusqu’en 1958. Le Workhorse a la distinction d’être l’hélicoptère qui a révolutionné la mobilité aérienne des armées de terre. Grâce à ses missions d’évacuation sanitaire et de sauvetage, plusieurs doivent également la vie à la «Banane volante» qui a su acquérir ses lettres de noblesse.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Piasecki H-21B Shawnee
Envergure : 13.40 m (Diamètre du rotor principal)
Longueur : 16.00 m
Hauteur : 4.80 m
Motorisation : 1 moteur radial Wright R-1820-103
Puissance totale : 1 x 1425 ch.
Armement :
Charge utile : 22 hommes de troupe ou 12 civières
Poids en charge : 6950 kg
Vitesse max. : 204 km/h
Plafond pratique : 2880 m
Distance max. : 640 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Piasecki H-21 Shawnee/Workhorse

Profil Couleur

Profil couleur du Piasecki H-21 Shawnee/Workhorse

Vidéo

Piasecki H-21 Workhorse/Shawnee

A voir également

0
Au début de l'année 1973, le bureau d'étude Swidnik du constructeur polonais PZL commença à travailler sur l'étude d'une version améliorée du Mil Mi-2...

0
Souvent surnommés les "bananes volantes", les hélicoptères birotors en tandem font pleinement partis de l'histoire aéronautique. Depuis leur apparition avec notamment le Piasecki H-21...

0
Le projet Mi-4 fut lancé en 1951 et avait pour objectif la création d’un hélicoptère conventionnel avec quatre fois la capacité du Mil Mi-1....
Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.