FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Piasecki VZ-8 Airgeep
Constructeur : Piasecki Helicopter Corporation
Désignation : VZ-8
Nom / Surnom : Airgeep
Code allié / OTAN :
Variante : PA-59 Skycar, VZ-8N Seageep
Mise en service : 1958
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Prototype d'aéronef d'observation et d'appui aérien rapproché.

HISTOIRE

Piasecki VZ-8 Airgeep :
Le tapis volant de l'US Army”

Durant la guerre froide les Américains cherchèrent par tous les moyens à disposer de moyens de renseignement aéroportés des plus modernes. Cela se traduisait bien souvent par des avions-espions ultra perfectionnés, puis par la suite par l’arrivée des premiers satellites de reconnaissance spatiale. Mais cette recherche passait aussi par l’observation du champs de bataille. Dans ce cadre l’US Army se lança dans un programme des plus ambitieux qui allait déboucher sur la conception de machines volantes aux limites même qui séparent les avions à décollages et atterrissages verticaux des hélicoptères. L’une des plus fameuses est certainement le Piasecki VZ-8 Airgeep.

En 1957 le Pentagone lança le programme TRFJ, pour Transportation Research Flying Jeep, relatif au développement d’une jeep volante. Ce concept était en fait celui d’un aéronef léger de reconnaissance et d’appui aérien très rapproché pouvant évoluer entre deux et vingt mètres du sol, c’est à dire plus bas que la majorité des hélicoptères de l’époque tel le Bell OH-13 ou le Hiller UH-12. Le cahier des charges prévoyait que la machine puisse être armée d’une mitrailleuse mobile de calibre 12.7mm ou d’un lance-roquette antichar type bazooka. Outre le pilote il devait emporter deux membres d’équipage.

Trois constructeurs répondirent à l’appel avec des avant-projets plus ou moins aboutis : Chrysler, Curtiss, et enfin Piasecki. Chacun s’était fait depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale une spécialité dans la question du développement des ADAV ou des hélicoptères.

Celui de Piasecki était, et de loin, le plus avancé. Connu sous la désignation constructeur de PA-59 Skycar il présentait la particularité d’être propulsé par deux moteurs en ligne Avco-Lycoming O-360-A2A en tandem développant une puissance unitaire de 180 chevaux et entraînant chacun une grosse hélice verticale carénée à trois pales. Le pilote prenait place au centre, dans un cockpit rudimentaire à l’air libre. La structure générale de l’aéronef était en métal. Ce prototype réalisa son premier vol le 22 septembre 1958.

Les militaires américains furent rapidement assez dubitatifs. S’ils reconnaissaient être intéressés par l’appareil ils estimèrent qu’il était sous-motorisé. Pourtant ils acceptèrent d’accorder une désignation et un nom de code au PA-59 qui devint ainsi le VZ-8 Airgeep. Lors de ce premier vol un général américain le qualifia de «flying carpet», c’est à dire tapis volant, en raison de son architecture globale
Les ingénieurs de Piasecki firent le tour des propulseurs disponibles et s’arrêtèrent finalement sur la turbine française Turboméca Artouste Mk-IIB d’une puissance unitaire de 425 chevaux, celle-là même qui avait été initialement développée pour l’hélicoptère Alouette II. Et sa greffe gomma la majorité des défauts du PA-59.

Un deuxième exemplaire fut commandé par l’US Navy sous la désignation de VZ-8N Seageep. Il s’agissait en fait d’une version amphibie dotée de boudins pneumatiques gonflables qui auraient du permettre l’amerrissage de l’aéronef. Les appareils destinés à l’US Army devinrent donc des VZ-8P.

Après la réussite du premier Airgeep l’US Army passa commande pour un deuxième exemplaire de la version terrestre VZ-8P. Ce nouvel aéronef préfigurait en fait la future version de série. La structure générale fut légèrement modifiée, désormais formant un angle ouvert et non plus droit comme jusque là. Il disposait d’un train d’atterrissage tricycle fixe et de deux places accueillant les deux autres membres d’équipage. Un structure métallique fut installée, destinée à recevoir l’armement prévu. Mais surtout l’un des changements radicaux résidait dans le remplacement de la turbine Artouste Mk-IIB par deux Artouste Mk-IIC de 400 chevaux chacune. Dans cette configuration le Piasecki VZ-8P vola pour la première fois le 15 février 1962.

À l’usage l’aéronef s’avéra rapidement très bruyant, très inconfortable pour son équipage, et totalement inefficace à se défendre des tirs provenant du sol. Mais surtout le Piasecki VZ-8P n’était plus dans l’ère du temps. L’apparition programmée d’une nouvelle génération d’hélicoptères alors en développement tua le programme.

Quelques essais en vol furent encore réalisés, notamment avec une turbine américaine de 550 chevaux produite par Garrett mais en août 1965 le programme fut définitivement abandonné par l’US Army autant que par l’US Navy. Les projets proposés par les deux autres constructeurs n’eurent pas plus de chance. Durant un temps le Piasecki VZ-8 eut même comme concurrent la soucoupe volante d’Avro Canada.

Plus de cinquante ans après son abandon le projet du Piasecki VZ-8 Airgeep représente encore une des incursions les plus ahurissantes des ingénieurs américains dans le domaine des aéronefs à décollage et atterrissages verticaux. Ne tenant ni vraiment de l’avion ni vraiment de l’hélicoptère c’est plus une bizarrerie volante qu’autre chose, un engin finalement assez farfelu si on ne tient évidemment pas compte de son rôle guerrier.

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Piasecki VZ-8P Airgeep
Envergure : 2.96 m
Longueur : 7.45 m
Hauteur : 1.77 m
Motorisation : 2 turbines Turboméca Artouste Mk-IIC
Puissance totale : 2 x 400 ch.
Armement : Possibilité d'emporter un lance-roquette antichar ou une mitrailleuse mobile de calibre 12.7mm.
Charge utile :
Poids en charge : 1665 kg
Vitesse max. : 130 km/h à 50 m
Plafond pratique : 800 m
Distance max. : 55 Km sans armement.
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Piasecki VZ-8 Airgeep

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Piasecki VZ-8 Airgeep


Publicité

VIDÉO

Vidéo de présentation du Piasecki VZ-8 Airgeep
PARTAGER
Article précédentSikorsky HO5S
Article suivantAntonov An-70
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.