Reims Aviation F406 Caravan II

Reims Aviation F406 Caravan II


Fiche descriptive

Appareil : Reims Aviation F406 Caravan II
Constructeur : Société anonyme Reims Aviation
Désignation : F406
Nom / Surnom : Caravan II
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1987
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport léger, transport prioritaire, reconnaissance maritime et côtière, remorquage de cibles.

Histoire

Reims Aviation F406 Caravan II :
Le bimoteur français au fort accent américain

Les visiteurs des différentes éditions du salon du Bourget depuis les années 90 ont prit l’habitude de voir évoluer un petit bimoteur français aux allures d’avion d’affaires. En fait celui-ci, appelé Reims Aviation F406 Caravan II, est un véritable multirôle capable aussi bien de transporter du fret léger ou des passagers que de remplir des missions de recherche et de sauvetage en mer, ou encore de surveillance des espaces maritimes et côtiers.

C’est dans les années 60 que la société américaine Cessna acquit 90% des avoirs de la société Max Holste afin de disposer d’un constructeur pouvant usiner sous licence ses propres conceptions. Baptisée Reims Aviation celui-ci construisit plusieurs modèles à succès comme le monomoteur léger Cessna 152 ou encore le biplace push-pull Cessna 337.  Il fallut attendre une vingtaine d’années pour que Reims Aviation puisse lancer son propre modèle, dérivé du bimoteur américain Titan, mais profondément amélioré et doté d’une turbopropulsion. C’est ainsi que fut lancé en 1982 le programme du F406 Caravan II.

Il s’agissait alors de donner naissance à un avion destiné prioritairement aux missions militaires, mais capable aussi de remplir des fonctions pour des clients civils. La tâche des ingénieurs français de Reims Aviation était double : concevoir un avion moderne à partir d’une cellule déjà ancienne, mais aussi développer une machine qui ne serait pas uniquement destinée au transport. Le choix de la motorisation était déterminante, et c’est le PT6A de Pratt & Whitney qui fut sélectionné. Ce turbopropulseur réputé sûr et facile d’entretien était alors un des plus répandus au monde, grâce notamment à la famille des King Air qui en étaient tous dotés.

Extérieurement, le prototype du Reims Aviation F406 Caravan II se présentait sous la forme d’un monoplan à aile basse cantilever construit intégralement en métal. Doté d’un train d’atterrissage tricycle escamotable, il possédait un empennage cruciforme dont le plan horizontal accusait un dièdre important. Sa motorisation reposait sur deux turbopropulseur PT6A-112 d’une puissance unitaire de 500 chevaux entraînant une hélice tripale métallique. Initialement conçu pour le transport de passagers, il en accueillait entre 10 et 12 ainsi qu’un pilote et un copilote. Le premier vol de ce prototype intervint le 22 septembre 1983.

La première commande militaire de l’avion fut passée par la France en 1986. Elle concernait deux avions destinés à des missions de transport prioritaire, de liaison, et de remorquage de cibles volantes pour le compte de l’Escadrille d’Avions de l’Armée de Terre (ou EAAT) basée à Rennes-Saint Jacques. Ces F406 Caravan II, entrés en service opérationnel en 1987, avaient pour rôle premier de permettre le remplacement des derniers Broussard encore en service dans l’unité. Disposant d’un bon rayon d’action, ils furent les principaux avions de l’EAAT jusqu’à l’arrivée des monoturbopropulseurs TBM-700. Au début du XXIème siècle se posa la question de leur remise à neuf afin d’accroitre leur espérance de vie, mais finalement en 2006 le Ministère de la Défense décida de les retirer du service, principalement pour des raisons budgétaires.

L’EAAT ne fut pas le seul utilisateur étatique français du Reims Aviation F406 Caravan II. En effet, la Direction Générale des Douanes et Droits Indirects a acquit au début des années 90 douze avions pour des missions de reconnaissance, de surveillance, et lutte contre les trafics. Dix d’entre eux étaient au standard SURMAR (pour surveillance maritime) et deux à celui de POLMAR (pour police maritime) et donc inapte au transport strict. Ces avions étaient basés jusqu’en 2012 sur l’ensemble du territoire français, y compris ultramarin. Ils ont depuis laissé la place à des King Air 350 plus modernes et plus rapides.

A l’étranger, l’avion a été acquis militairement par la Corée du Sud et la Tunisie. Les services de garde-côtière et/ou de douanes d’Afrique du Sud, d’Australie, de Grèce, et du Royaume-Uni. Il est à signaler que l’équipementier militaire Thalès possède également un F406 Caravan II porteur d’une immatriculation civile britannique. Cet avion est utilisé en soutien, notamment aux essais en vol.

En 2010, la société Reims Aviation est passée dans le giron de l’industriel français GECI International. En avril 2014, la liquidation judiciaire de GECI Aviation (branche aéronautique du groupe) a entrainé la cession des activités de Reims Aviation Industries. La production du F406 a été reprise par Continental Motors, une entreprise produisant essentiellement des moteurs pour l’aéronautique. Cette filiale du groupe chinois AVIC a « rapatrié » la chaine d’assemblage aux USA, à Mobile dans l’Alabama.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Reims Aviation F406 Caravan II (version de transport léger)
Envergure : 15.08 m
Longueur : 11.89 m
Hauteur : 4.00 m
Motorisation : 2 turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PT6A-112
Puissance totale : 2 x 500 ch.
Armement : aucun
Charge utile : 12 passagers ou 850kg de fret léger
Poids en charge : 4245 kg
Vitesse max. : 425 km/h à 2700 m
Plafond pratique : 9150 m
Distance max. : 2100 Km à charge maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Reims Aviation F406 Caravan II

Profil Couleur

Profil couleur du Reims Aviation F406 Caravan II

Vidéo

Un Reims F406 des gardes côtes grecs en meeting

A voir également

0
Baigné par les océans Pacifique, Arctique et Atlantique, on comprend aisément la devise du Canada : "A Mari Usque Ad Mare" ("D’un océan à...

0
Un pays aussi gigantesque que l'Union Soviétique avait forcément des besoins de défenses démesurés, d'autant que dans la doctrine communiste moscovite le danger représenté...

0
Il est fréquemment admis que les appareils soviétiques ayant pris part à la Seconde Guerre mondiale n'étaient majoritairement pas équivalent à leurs homologues allemands...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.