FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Saunders-Roe SR.53
Constructeur : Saunders-Roe Ltd.
Désignation : SR.53
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : SR.177
Mise en service : 1957
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Prototype d'avion de chasse

HISTOIRE

Saunders-Roe SR.53 :
Un étonnant prototype d'intercepteur britannique”

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale le Royaume-Uni fit tout pour conserver sa place dominante dans le paysage aéronautique européen. Cela fut renforcé par l’inactivité quasi totale des ingénieurs et designers français, les grands concurrents avant-guerre des Britanniques. Au cours des années 1950 le retour en force des Français sembla décupler l’ingéniosité des avionneurs britanniques qui rivalisaient d’idées pour proposer des avions toujours plus évolués et avancés technologiquement. L’un des exemples les plus frappant réside dans un programme d’intercepteur très élaboré, qui malheureusement demeura à l’état de prototype : le Saunders-Roe SR.53.

En février 1949 l’Air Ministry avait émis dans le plus grand secret la Specification F.124T relative à un intercepteur de nouvelle génération capable de damer le pion à n’importe quel bombardier à réaction. Alors que le mur du son avait été franchi moins de deux plus tôt ce cahier des charges prévoyait que le futur chasseur soit apte à voler à des pointes de Mach 1.8 à haute altitude avec une vitesse de croisière de 850km/h. En outre il ne devait emporter aucun armement interne et ne se reposer que sur des missiles air-air.

Plusieurs avionneurs britanniques travaillèrent très discrètement sur le dit-programme. Les principaux furent Avro, Bristol, et Saunders-Roe. Si rapidement l’avant-projet de Bristol, baptisé Type 178 qui reprenait les grandes lignes du Convair XF-92 et notamment l’empennage monobloc et la voilure en delta pure, fut abandonné avant même la conception d’une maquette il en fut tout autrement des deux autres. L’Air Ministry passa commande en octobre 1952 pour un prototype de l’avion d’Avro et celui de Saunders-Roe, respectivement désignés Model 720 et SR.53.

Extérieurement le second de ceux-ci possédait lui aussi une aile basse delta et devait emporter deux missiles air-air De Havilland Firestreak en bout d’aile. Construit intégralement en métal sa propulsion était des plus originales. Il disposait d’un réacteur Armstrong-Siddeley Viper Mk-8 offrant une poussée de 727kg sans possibilité de postcombustion, tandis que pour les phases d’accélération le Saunders-Roe SR.53 pouvait compter sur un moteur-fusée De Havilland Spectre développant quant à lui une poussée de 3630kg. Pour le reste l’avion disposait d’un cockpit monoplace de petite taille et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable. C’est dans cette configuration que son premier vol eut lieu le 16 mai 1957.

Peu de temps après ce premier vol le programme de l’Avro 720 fut abandonné, avant même le premier décollage de l’avion. La Royal Air Force passa commande pour un second prototype tandis qu’un exemplaire de présérie de la version de chasse et d’interception fut construit sous la désignation de SR.177. Par rapport au SR.53 ce nouvel avion était largement agrandie et sa propulsion améliorée, tout en conservant le modèle réacteur + moteur fusée.

Pendant ce temps là les essais se poursuivaient. Dès le sixième vol d’essais le premier SR.53 franchit la vitesse de Mach 2.00 à haute altitude. Le 15 juin 1958 pourtant le second prototype fut détruit dans un accident à l’atterrissage entraînant la mort de son pilote d’essais, le squadron leader Johnny S. Booth. Dans le même temps l’apparition de nouveaux avions de combat ayant des capacités de voler à Mach 2 sans avoir recours à un moteur fusée rendit rapidement obsolète le programme F.124T.

Finalement le programme SR.53 fut annulé fin juillet 1960. À cette époque la Royal Air Force n’avait plus vraiment besoin d’un tel avion, l’entrée en service un an plus tôt du BAC Lightning lui avait apporté le chasseur-intercepteur tant espéré. Surtout désormais les Britanniques semblaient se passionner bien plus pour les chasseurs à décollages et atterrissages verticaux que pour les intercepteurs bisoniques. Le programme du SR.177 fut également abandonné, alors que le premier prototype n’était construit qu’à 45% et n’avait toujours pas reçu sa motorisation.

Si aujourd’hui le projet du Saunders-Roe SR.53 peut sembler complètement ahurissant, surtout quand on sait qu’à la même époque apparaissait de l’autre côté de la Manche les prémices du Dassault Mirage III, pourtant il faut savoir qu’en son temps cet avion a su passionner les foules. La propagande britannique n’hésitait pas à présenter des affiches montrant des escadrilles entières de SR.53 protégeant la Grande Bretagne, comme les chasseurs à pistons de la Seconde Guerre mondiale le firent durant la Bataille d’Angleterre.
Actuellement le premier prototype est préservé et présenté au public au RAF Museum de Cosford en Angleterre.

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Saunders-Roe SR.53
Envergure : 7.65 m sans les missiles Firestreak en bout d'aile.
Longueur : 13.72 m
Hauteur : 3.29 m
Motorisation : 1 réacteur Armstrong-Siddeley Viper Mk-8
Puissance totale : 1 x 727 kgp. + un moteur fusée De Havilland Spectre de 3630 kgp.
Armement : 2 missiles air-air Firestreak
Charge utile :
Poids en charge : 8346 kg
Vitesse max. : 2135 km/h à 10950 m
Plafond pratique : 20400 m
Distance max. : 750 Km
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Saunders-Roe SR.53

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Saunders-Roe SR.53


Publicité

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

PARTAGER
Article précédentKawasaki P-1
Article suivantTupolev Tu-154 ‘Careless’
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.