Savoia-Marchetti SM.82 Canguru

Savoia-Marchetti SM.82 Canguru


Fiche descriptive

Appareil : Savoia-Marchetti SM.82 Canguru
Constructeur : Socièta Idrovolanti Alta Italia - Savoia-Marchetti
Désignation : SM.82
Nom / Surnom : Canguru
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Italie
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport militaire, bombardier lourd.

Histoire

Savoia-Marchetti SM.82 Canguru :
Le dernier des grands trimoteurs italiens

Durant la Seconde Guerre mondiale la Regia Aeronautica fit un usage important des trimoteurs, aussi bien comme avions de transport de passagers et de fret, que de reconnaissance, ou bien pour des missions de bombardements et de torpillages. Une bonne partie d’entre eux fut développée et produite par le même avionneur, Savoia-Marchetti. Et comme pour toute série il faut une fin, le dernier avion doté de cette propulsion produit par l’industriel fut le SM.82 Canguru.

En 1938 l’état-major de la Regia Aeronautica décida de demander à Savoia-Marchetti de développer une version militaire de son nouvel avion de ligne SM.75 Marsupiale, à la fois pour des missions de transport mais aussi de bombardement. En fait c’est surtout cette seconde mission qui intéressait les généraux fascistes, ceux-ci sachant que le développement du Piaggio P-108 allait être trop long.

Les ingénieurs de Savoia-Marchetti travaillèrent finalement assez vite et proposèrent rapidement un avant projet baptisé SM.82 Canguru, traduction italienne de kangourou. Extérieurement l’avion rappelait fortement les autres trimoteurs du constructeur tout en ayant sa propre identité. Il était globalement plus gros que les autres avions de son temps, construit en Italie, mais aussi dans les autres pays construisant des avions à trois moteurs.

L’architecture générale du Savoia-Marchetti SM.82 Canguru était du type monoplan à aile basse cantilever. L’avion était de construction mixte métal et bois. Sa propulsion faisait appel à trois moteurs à neuf cylindres en étoile Alfa Romeo d’une puissance unitaire de 950 chevaux entraînant chacun une hélice tripale en métal. En version de transport il pouvait embarquer 40 soldats équipés ou bien 32 parachutistes et était désarmé. La version de bombardement était sensiblement différente avec son armement offensif composé de 4000kg de charges en soute et son armement défensif prenant la forme de cinq mitrailleuses mobiles (une de calibre 12.7mm et quatre de 7.7mm) en position ventrale, dorsale, et latérale.
Le premier vol du prototype eut lieu en juin 1939.

Une première commande fut passée 68 SM.82B (B pour Bombardiere, bombardier en français) et 108 SM.82T (T pour Trasporto, transport en français) pour les besoins de la Regia Aeronautica. Les premiers avions à entrer en service en janvier 1940 étaient de cette seconde version, les premiers SM.82B n’arrivant qu’en mai de la même année. Ils étaient alors les bombardiers ayant les plus grosses charges offensives à entrer en services en Italie.

Si quelques SM.82B furent engagés dans des missions de bombardement contre les positions françaises en mai 1940 la majorité des Canguru qui sillonnèrent les cieux de France furent des avions de transport. Ils avaient notamment la capacité de transporter des chenillettes de reconnaissance et d’appui Carro Veloce L3/35 mais aussi des side-car de reconnaissance Moto Guzzi TriAlce de 500cm³ de cylindré. Ces moyens sont furent notamment engagés en Afrique du nord.

En fait le Savoia-Marchetti SM.82 Canguru demeura en production jusque fin 1944, même si seuls les 68 SM.82B furent construits pour des missions offensives, la majorité étant construite pour des missions de transport. En 1943 après la division de l’Italie en deux nations différentes, l’une fasciste toujours membre de l’Axe et l’autre républicaine ayant fait allégeance aux Alliés, des SM.82 se retrouvèrent dans les deux camps. La majorité des SM.82B se retrouva néanmoins au sein d’escadrilles fascistes.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale prit fin un peu plus de 700 Savoia-Marchetti SM.82 avaient été construits. Quelques exemplaires servirent au sein de la Luftwaffe pour des missions de transport de fret, notamment en URSS et en France. Après guerre vingt SM.82 laissés à l’abandon dans un atelier de l’avionneur furent remontés et remotorisés avec des Pratt & Whitney R-1830 Twin Wasp de 1200 chevaux chacun. Ces avions, ainsi que des SM.82T plus anciens furent intégrés dans l’Aeronautica Militare Italiana qui les conserva jusqu’au début des années 1960.

Même s’il n’a pas réellement marqué l’histoire aéronautique le Savoia-Marchetti SM.82 Canguru fut néanmoins un bon avion de transport militaire, preuve en est sa longévité assez rare pour un avion conçu en Italie à cette époque. Au moins deux exemplaires ont été conservé dans des musées aéronautiques transalpins.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Savoia-Marchetti SM.82T Canguru
Envergure : 29.68 m
Longueur : 22.90 m
Hauteur : 6.00 m
Motorisation : 3 moteurs en étoile Alfa Romeo RC.21-128
Puissance totale : 3 x 950 ch.
Armement : Aucun.
Charge utile : 40 soldats équipés ou 32 parachutistes ou 2850kg de fret
Poids en charge : 18020 kg
Vitesse max. : 370 km/h à 2000 m
Plafond pratique : 6000 m
Distance max. : 3000 Km avec réserves de carburant.
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Savoia-Marchetti SM.82 Canguru

Profil Couleur

Profil couleur du Savoia-Marchetti SM.82 Canguru

Vidéo

Aviateurs italiens à bord d'un SM.82

A voir également

0
Véritable couteau suisse de l'aviation militaire américaine, le Boeing 387-80 fut développé en version de ravitaillement en vol, d'espionnage aérien, de commandement aéroporté, de...

0
Dans la foulée du succès de ses avions d’affaires Challenger et de ligne CRJ (Canadair Regional Jet), Bombardier Aéronautique débute en 1991 des études...

0
En 1975 les équipes Dornier présentèrent à Justus Dornier un prototype de Do-28 Skyservant profondément modifié, avec notamment une nouvelle voilure jugée révolutionnaire. Cette...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.