FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Shenyang J-15 ‘Flanker-D+’
Constructeur : Shenyang Aircraft Corporation
Désignation : J-15
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Flanker D+
Variante : J-11BJ
Mise en service : 2013
Pays d'origine : Chine
Catégorie : Chasseurs modernes et actuels
Rôle et missions : Chasseur multirôle embarqué.

HISTOIRE

Shenyang J-15 ‘Flanker-D+’ :
Le requin volant de l'aéronavale chinoise”

Pour beaucoup de nations au monde la capacité d’armer un porte-avions est un symbole fort de puissance. La Chine communiste ne fait pas exception, et son navire baptisé Liaoning en est la preuve. Ancien bâtiment soviétique, passé par la marine ukrainienne, il n’a rejoint l’Asie qu’en 1998 pour être adapté aux besoins chinois. Désormais opérationnel celui-ci embarque une vingtaine d’aéronefs pour des missions qui généralement ne dépassent pas les frontières du Pacifique et de l’océan indien. A son bord l’avion de combat le plus moderne est un dérivé du Sukhoi Su-33 russe désigné Shenyang J-15.

À la fin des années 1990 Pékin tenta de négocier l’acquisition de deux à trois Su-33 auprès de Moscou. Cependant ce marché ne semblait pas convenir aux autorités russes qui refusèrent la transaction. Alors les Chinois se mirent en quête de trouver un autre avion apte à pouvoir embarquer à bord de leur tout nouveau porte-avions. Pour des raisons diplomatiques autant que politiques il leur était impossible de demander l’aide des Américains et des Français, ayant coupé toute aide militaire au pays depuis le massacre des étudiants chinois sur la place Tian’anmen à Pékin au printemps 1989.

De ce fait les autorités chinoises allèrent chercher ailleurs, et trouvèrent la solution en Ukraine. Ce pays disposait en effet depuis la fin de la guerre froide du Sukhoi T-10K3, en fait le premier Su-33 de présérie. Utilisé alors pour divers essais d’armements et d’avionique il fut vendu à bon prix et convoyé par la mer à bord d’un porte-conteneurs jusqu’en Chine. Immédiatement démonté et analysé par les ingénieurs de Shenyang qui dans un premier temps lui octroie la désignation J-11BJ, ces deux lettres signifiant dans la nomenclature locale qu’il s’agit de la version embarquée du Shenyang J-11. Celui-ci est en fait la version construite sous licence du Sukhoi Su-27.

Cependant les différences entre le J-11 et le nouvel avion sont tellement criante qu’il est rapidement décidé de le rebaptisé J-15. Décidé à se passer au maximum de la Russie sur le dossier de cet avion l’avionneur choisit de propulser l’avion avec un réacteur de sa propre fabrication, le WS10G développant une poussée à sec de 13 000kg et avec post-combustion de 15 875kg. L’avionique fut elle-aussi revue et corrigée ainsi que divers équipements tels la crosse d’appontage ou encore le train d’atterrissage avant.

Parmi les armements emportés on retrouve les missiles air-air PL9 et PL12 respectivement à courte et longue portée, mais également divers bombes guidées et/ou lisses, des paniers à roquettes ainsi que les missiles de croisière anti-navires YJ83 à longue portée. Toute cette panoplie définit parfaitement le rôle du Shenyang J-15 : chasseur multirôle embarqué. Un avion pouvant pleinement tenir la dragée haute à ses concurrents américains, européens, ou russes.

Ayant réalisé son premier vol en août 2009 il entra en service opérationnel quatre ans plus tard. À la mi-2016 la production de cet avion n’avait pas dépassé les trente exemplaires, dont en moyenne la moitié sont régulièrement embarqués à bord du Liaoning. Les autres sont notamment utilisés par l’aéronavale chinoise pour la défense aérienne des îles et îlots fortifiés de mer de Chine méridionale, ceux-là même qui sont sous étroite surveillance des services de renseignement occidentaux.

À bord du porte-avions chinois les Shenyang J-15 partagent le pont d’envol et les hangars avec des machines aussi différentes que les hélicoptères de recherches-sauvetages et de transport Changhe Z-18, un lointain dérivé du Super Frelon français, et de combat maritime Harbin Z-9 issus eux d’une production sous licence de l’AS.365N Dauphin 2. Ce bâtiment n’emporte aucun avion de guet aérien ni même d’appareil de transport à long rayon d’action.

Officiellement connu sous le surnom de Féishà, un requin volant dans la mythologie chinoise, le J-15 a été désigné Flanker-D+ dans la nomenclature de l’OTAN, marquant ainsi un peu plus sa parenté avec le Sukhoi Su-33. Le J-15 n’a pas été exporté. Il est souvent considéré comme supérieur à l’avion russe.

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Shenyang J-15 Flanker-D+
Envergure : 14.70 m
Longueur : 21.90 m
Hauteur : 5.92 m
Motorisation : 2 réacteurs Shenyang WS10G
Puissance totale : 2 x 15875 kgp. avec post-combustion.
Armement : 1 canon de 30mm
6500kg de charges externes : missiles air-air, bombes guidées, bombes lisses, paniers à roquettes, et missiles anti-navire.
Charge utile :
Poids en charge : 33000 kg
Vitesse max. : 2100 km/h à 10500 m
Plafond pratique : 20000 m
Distance max. : 3500 Km avec réserves de carburant.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Shenyang J-15 ‘Flanker-D+’

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Shenyang J-15 ‘Flanker-D+’


Publicité

VIDÉO

Vidéo de propagande chinoise du J-15
PARTAGER
Article précédentHawker-Siddeley HS-125 Dominie
Article suivantViking Twin Otter 400 / Guardian 400
Arnaud

Passionné d’aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j’essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d’accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.