Sud-Est SE.1010

Sud-Est SE.1010


Fiche descriptive

Appareil : Sud-Est SE.1010
Constructeur : Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Sud-Est (SNCASE)
Désignation : SE.1010
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1948
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Prototype d'avion de reconnaissance et de cartographie aérienne

Histoire

Sud-Est SE.1010 :
Un prototype méconnu au destin tragique

Dans l’immédiat après-guerre la France se lança tous azimuts dans une quête aéronautique visant à rattraper son retard dû à l’Occupation. Certains programmes débouchèrent sur des aéronefs assez réussis, tel le Flamant, d’autres ne dépassèrent pas le stade du prototype. Ce fut notamment le cas d’un avion de reconnaissance stratégique ambitieux, le quadrimoteur Sud Est SE.1010.

C’est en septembre 1945, que le Ministère de l’Air demanda à la SNCASE (Société Nationale de Construction Aéronautique du Sud-Est) de développer un nouvel avion de reconnaissance stratégique destiné à l’Armée de l’Air, à même de concurrencer les appareils similaires en service aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. La fiche programme était alors assez ambitieuse avec un rayon d’action de 7500 kilomètres. Le nouvel avion intéressait également l’Institut Géographique National pour des vols de cartographie.

Le prototype désigné SE.1010 fut construit au cours de l’année 1947, en étant dérivé du projet d’avion stratosphérique pour 80 passagers SE.1000 développé à Marignane. Sa motorisation tournant autour de quatre moteurs en étoile SNECMA 14R-28 d’une puissance nominale de 1590 chevaux, entraînant chacun une hélice tripale de conception mixte métal et bois. Le fuselage de l’avion était assemblé intégralement en métal avec des panneaux en aluminium.  Pour son architecture générale, il se présentait sous la forme d’un monoplan à aile médiane disposant d’un fuselage  et d’un cockpit pouvant accueillir un équipage de six membres. Il possédait un train d’atterrissage classique escamotable. Son premier vol intervint le 24 novembre 1948.

La campagne fut menée sous l’autorité du Centre d’Essais en Vol, sous la direction du pilote d’essais Jacques Lecarme. Rapidement l’avion suscita un sentiment de rejet de la part des militaires français, principalement en raison de sa vitesse de croisière de 400 km/h jugé insuffisante par l’Armée de l’Air. Cependant l’autre client potentiel, l’IGN, annonça son intention de persévérer dans le développement de l’avion. Cependant les espoirs de la SNCASE concernant le SE.1010 furent stoppés le 1er octobre 1949 quand au cours d’un vol d’essais le prototype s’écrasa non loin de Carcès dans le Var. Aucun membre de l’équipage ne survécut à l’accident.

Il fut décidé de ne pas pousser plus loin les études et travaux du SE.1010 et ce programme s’arrêta net. L’IGN dut attendre le Hurel-Dubois HD-34 pour disposer d’un véritable avion à long rayon d’action, de construction nationale, dédié à la cartographie aérienne. Aujourd’hui ce prototype est relativement tombé dans l’oubli, y compris auprès des fanatiques d’aviation.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Prototype du Sud-Est SE.1010
Envergure : 31.00 m
Longueur : 21.80 m
Hauteur : 6.15 m
Motorisation : 4 moteurs en étoile SNECMA 14R-28
Puissance totale : 4 x 1590 ch.
Armement : aucun
Charge utile :
Poids en charge : 24000 kg
Vitesse max. : 520 km/h à 7500 m
Plafond pratique : 11500 m
Distance max. : 7000 Km à charge maximale
Equipage : 6
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Sud-Est SE.1010

Profil Couleur

Profil couleur du Sud-Est SE.1010

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Devant la multiplication des aéronefs, armements, et matériels militaires de tous genre en provenance d'Union Soviétique, l'OTAN décida rapidement de créer une nomenclature nominale afin...

0
C'est au cours de la Première Guerre mondiale que l'aviateur et ingénieur néerlandais Frederick Koolhoven se lança dans le développement d'avions militaires, en premier...

0
En 1934, l'US Navy fit savoir qu'elle recherchait un nouveau bombardier de reconnaissance pour servir sur ses porte-avions. Le cahier des charges ordonnait que le...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.