Sukhoï Su-7 ‘Fitter’

Sukhoï Su-7 ‘Fitter’

0

Fiche descriptive

Appareil : Sukhoï Su-7 ‘Fitter’
Constructeur : Sukhoï P. O.
Désignation : Su-7
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Fitter
Variante :
Mise en service : 1959
Pays d'origine : U.R.S.S.
Catégorie : Avions d'attaque
Rôle et missions : Chasseur et chasseur-bombardier

Histoire

Sukhoï Su-7 ‘Fitter’ :
la réponse soviétique au F-86 Sabre

En mai 1953, une spécification fut émise pour un chasseur supersonique à ailes en flèches ou à ailes delta pour essayer de concurrencer le F-86 Sabre américain. De cette demande sera également issu le MiG-21. Sukhoi proposa deux projet : le T-1 et le T-3 à ailes delta et le S-1 et le S-3 à ailes en flèche. Le S-1 qui fut choisit pour donner naissance au Su-7. Le prototype fit son premier vol le 7 septembre 1955. Lors du 12e vol en avril 1956, l’appareil établit un nouveau record de vitesse de 2170 km/h soit Mach 2.04. Malheureusement le seul prototype construit fut détruit suite à un crash tuant son pilote à cause de la mauvaise fiabilité de son moteur. Après cet accident, le deuxième prototype fut construit, dont les défauts du premier prototype furent corrigés et quelques améliorations apportées. La production en série débuta peu après et les livraisons du Su-7 aux unités opérationnelles commencèrent durant l’été 1959.

Le Su-7 possédait une voilure en flèche de 60° et un turboréacteur avec postcombustion Lyulka AL-7 de 94 kN. Comme tout appareil russe, il disposait d’une belle combinaison de robustesse, de simplicité de conception et de maintenance aisée. En combat, sa maniabilité à basse altitude lui assurait une bonne popularité auprès des pilotes, malgré de nombreux autres défauts, comme sa surconsommation de kérosène à basse altitude. Du coup le Su-7, désigné Fitter par l’OTAN, disposait d’un rayon d’action plutôt court.

Il était armé dès le prototype de 3 canons Nudelman N-37 de 30 mm et de 32 roquettes en soute de 57 mm. Il était équipé d’un siège éjectable du même constructeur. Malgré la robustesse de l’appareil, il se révéla assez vulnérable aux tirs ennemis. Enfin, sa charge utile était trop faible et sa longue course de décollage (2400 m de piste à pleine charge) rendait impossible son utilisation sur des pistes courtes. Plusieurs versions améliorées furent produites, mais toutes furent désignées par l’OTAN comme Fitter-A.

Entre temps, l’armée de l’air soviétique émit une nouvelle demande pour un avion d’attaque au sol, et Soukhoï proposa une version modifiée du Su-7. Les principaux changements étaient un renforcement de la structure de l’avion pour le vol à haute-vitesse à basse altitude et du train d’atterrissage. Un prototype désigné C22-1 fit son premier vol en mars 1959 avec un réacteur AL-7F, et fin avril avec un réacteur AL-7F-1. Après une série d’essais, la production en série fut lancée et les premiers exemplaires livrés durant l’été 1960. Ce nouveau chasseur-bombardier reçut la désignation Su-7B. Sa charge de combat était censée atteindre les 2000 kg, et le calibre des bombes conventionnelles pouvaient atteindre 500 kg.

Le Su-7B fut rapidement remplacé par le Su-7BM, possédant un réacteur plus puissant, d’une meilleure autonomie. Pour le décollage, il pouvait recevoir des fusées d’appoint, tandis qu’un parachute de queue lui permettait de raccourcir sa distance d’atterrissage. En 1967, le Su-7BMK, destinée à l’export, disposait d’une avionique dégradée, d’une structure renforcée pour permettre une utilisation sur pistes peu ou pas préparées et de pneus basse pression. En parallèle, des essais furent réalisés avec un train d’atterrissage équipé d’une sorte de skis, permettant l’utilisation de terrains non préparés. Cela abouti à la version Su-7BKL qui fut mise en production à partir de 1965. Le Su-7U (code OTAN « Moujik ») était quant à lui une version biplace destinée à l’entraînement.

Parmi les pays utilisateurs du Su-7, les appareils de l’Egypte participèrent à la Guerre des Six Jours en 1967, la Guerre d’Attrition de 1967 à 1970 et la Guerre du Kippour en 1973. L’Inde , qui en reçut 160 exemplaires, l’utilisa aussi contre le Pakistan en 1971. Les autres pays sont : l’Afghanistan (120), la Tchécoslovaquie (60, retirés en 1990), la Pologne (46) ou la Syrie.

L’Union Soviétique retira du service les derniers appareils en 1989. Au total, le Su-7 fut construit à 1847 exemplaires dont 691 en version d’exportation. Le Su-7 est très proche du Soukhoï Su-9 Fishpot qui dispose lui d’une aile delta. A la fin des années 1960, le Su-7 a été amélioré pour donner naissance au Soukhoï Su-17 Fitter à géométrie variable. Le Su-7 fut généralement remplacé par le Su-17 ou Su-22. Seule seule la Corée du Nord disposerait encore de 18 appareils en service.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Sukhoi Su-7BKL Fitter-A
Envergure : 9.31 m
Longueur : 16.80 m
Hauteur : 4.99 m
Motorisation : 1 turboréacteur Lyulka AL-7F-1
Puissance totale : 1 x 9595 kgp. avec post-combustion (+ 2 fusées 2 x SPRD-110 JATO)
Armement : 2 canons de 30mm
2000 kg de charge offensive : bombes de 250 ou 500 kg, pods de roquettes de 56mm, divers missiles
Charge utile : -
Poids en charge : 15210 kg
Vitesse max. : 2150 km/h à haute altitude
Plafond pratique : 17600 m
Distance max. : 1650 Km
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Sukhoï Su-7  ‘Fitter’

Profil Couleur

Profil couleur du Sukhoï Su-7  ‘Fitter’

Vidéo

Sukhoi Su-7 Fitter-A

A voir également

0
En 1949, une nouvelle classe de porte-avions était en cours de développement par la marine américaine : la Forrestal "Supercarrier". Pour profiter de l'énorme...

0
Premier appareil à décollage et atterrissage verticaux utilisé en service opérationnel, le Harrier est propulsé par un réacteur à double flux à poussée vectorielle....

0
Premier appareil doté d'une voilure à flèche variable utilisé opérationnellement, le F-111, qui effectua son vol initial en décembre 1964, se présente, en dépit...
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.