Supermarine Stranraer

Supermarine Stranraer


Fiche descriptive

Appareil : Supermarine Stranraer
Constructeur : Supermarine Aviation Works Ltd.
Désignation :
Nom / Surnom : Stranraer
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1936
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydravion de reconnaissance, de sauvetage et de patrouille côtière

Histoire

Supermarine Stranraer :
un hydravion classique et robuste.

En 1931, l’Air Ministry émit la spécification 24/31 relative à un hydravion de patrouille côtière et de sauvetage en mer destiné au remplacement du Supermarine Southampton, un appareil en voie d’obsolescence, mais aussi à celui du Supermarine Scapa de reconnaissance, ce second étant jugé inadapté aux besoins de la RAF. Trois constructeurs répondirent à l’appel : Saro, Short, et Supermarine. Tous proposaient des biplans, mais si les deux premiers étaient construits en bois entoilé et contreplaqué le troisième faisait lui appel à une construction métallique. C’est donc assez logiquement Supermarine qui fut sélectionné, d’autant que son nouvel appareil, désigné au départ Southampton Mk-V n’était pas sans rappeler son « prédécesseur ». Finalement, il fut rebaptisé Stranraer.

Le Stranraer se présentait sous la forme d’un hydravion à coque biplan bimoteur construit en bois et métal. Sa propulsion était assurée par deux moteurs en étoile Bristol Pegasus Mk-X d’une puissance unitaire de 875 chevaux entraînant chacun une hélice tripale en métal. Outre sa coque, le Stranraer disposait de deux petits flotteurs installés en bout d’aile du plan inférieur, ainsi qu’un empennage double dérive. Niveau armement il disposait de trois mitrailleuses Lewis mobiles d’un calibre de 7.7mm installées dans des postes de tir à l’avant de l’appareil, au milieu juste derrière les plans d’ailes, et enfin à l’arrière de l’hydravion derrière l’empennage. Une charge de 454kg composée de bombes, de charges de profondeur, et de mines pouvait être emportée sous voilure. La cabine permettait d’accueillir entre deux et trois passagers sur des strapontins.Le prototype du Supermarine Stranraer déjaugea pour la première fois en août 1935.

A cette époque, cet aéronef est le plus moderne au monde dans sa catégorie, et l’appareil attire forcément les clients étrangers. En premier lieu la Nouvelle Zélande qui essaye l’appareil dès l’automne 1935, sans toutefois le commander. En effet, à l’époque la RNZAF préféra commander le Short S.19 Singapore Mk-III, plus ancien mais aussi plus gros et plus lourdement armé. Au début de l’année 1936, il fut acquis par le Canada à quarante exemplaires, construits localement sous licence par Canadian-Vickers. De son côté, la RAF acheta 23 exemplaires en deux lots de 17 et six exemplaires. Plus tard dix exemplaires supplémentaires furent acquis.

Les Stranraer de la RAF portèrent successivement les couleurs des Squadrons 201, 209, et 228. Malgré la réussite de cet appareil, il ne demeura pas longtemps en service en première ligne au Royaume Uni, étant remplacé dans deux de ces unités par le Short Sunderland, et dans la deuxième unité par le Saro Lerwick, un appareil nettement moins efficace. Toutefois vingt exemplaires étaient encore en service lorsque la guerre éclata. Ils furent tous versés au Squadron 117, une unité destinée à la reconnaissance maritime et à la lutte anti-sous-marine dans le sud de l’Angleterre.

Cette unité s’illustra durant l’opération Dynamo qui visait en 1940 à l’évacuation des troupes britanniques et françaises à Dunkerque. Les Stranraer furent utilisés aussi bien pour tenir à distance les S-Boot, les fameuses et très dangereuses vedettes rapides de la marine allemande, mais aussi à repérer et attaquer les submersibles nazis. Au moins deux de ces hydravions furent également utilisés pour l’appui rapproché des troupes, mitraillant les troupes allemandes et lâchant sur elles des bombes légères.

Par la suite, le Squadron 117 fit mouvement vers l’Ecosse où il demeura jusqu’à la fin des hostilités. Les Stranraer furent notamment mises en œuvre pour tenter d’empêcher tout débarquement ennemi dans la région. Cette unité conserva ses appareils jusqu’en octobre 1941, époque à laquelle ils furent remplacés par des Consolidated Catalina Mk-I d’origine américaine. Cela ne sonna pas totalement le glas du gros biplan britannique, une douzaine d’entre eux étant réaffectés à Operational Training Squadron 13, une unité d’instruction chargée de l’entraînement avancé des futurs équipages d’hydravions du Coastal Command.

De leurs côtés, les Stranraer canadiens restèrent en service jusqu’en novembre 1941, servant principalement sur la façade Atlantique du pays. Ils furent notamment utilisés pour la protection des convois maritimes entre l’Amérique du Nord et le Royaume Uni. Plusieurs autres protégeaient alors les grands ports du pays. Eux aussi laissèrent peu à peu la place aux Catalina fournis par les Etats-Unis.

Appareil discret, le Supermarine Stranraer fut également un acteur efficace de la guerre aéronavale menée par le Royaume Uni dans les premiers mois de la Seconde Guerre Mondiale.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Supermarine Stranraer
Envergure : 25.91 m
Longueur : 16.71 m
Hauteur : 6.63 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Bristol Pegasus Mk-X
Puissance totale : 2 x 875 ch.
Armement : 3 mitrailleuses mobiles de 7.7mm
454 kg de charges externes
Charge utile : deux ou trois passagers
Poids en charge : 8618 kg
Vitesse max. : 265 km/h à 1800 m
Plafond pratique : 5600 m
Distance max. : 1600 Km
Equipage : 6
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Supermarine  Stranraer

Profil Couleur

Profil couleur du Supermarine  Stranraer

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Sollicité par la marine impériale en vue du remplacement de l'E4N, le nouvel appareil, d'abord défini provisoirement comme "MS" pour ses 7 prototypes, reçut...

0
A l'automne 1926, l'avionneur américain Naval Aircraft Factory se lança dans l'étude et le développement d'un hydravion à coque destiné au remplacement de son...

0
Le Dornier Do 24 trouve son origine dans un programme formulé par la marine néerlandaise en 1935. Le trimoteur Do 24, qui reprenait la...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.