Westland Scout/Wasp

Westland Scout/Wasp


Fiche descriptive

Appareil : Westland Scout/Wasp
Constructeur : Westland Aircraft Ltd.
Désignation :
Nom / Surnom : Scout/Wasp
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1960
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère léger multi-tâches

Histoire

Westland Scout/Wasp :
la polyvalence britannique

L’hélicoptériste Saunder-Roe avait mis au point un appareil, le Skeeter, qui devint le premier hélicoptère de liaison dans la Royal Army, réussissant même à remplacer l’increvable Auster. Malheureusement le Skeeter se révéla être un échec commercial à l’exportation, du fait de la présence des machines françaises et américaines dont naturellement le Bell OH-13. Saunder-Roe fut donc racheté par Westland en 1959. A cette époque l’hélicoptériste travaillait sur une version agrandie et renforcée du Skeeter : le programme P531.

Le P531 se présentait donc comme un Skeeter profondément agrandi, doté d’un turbomoteur français Turmo fabriqué sous licence par Blackburn. Le P531 effectua son premier vol le 20 juillet 1958 devant un parterre d’officier de l’Army et de membre de l’Amirauté. Les essais ne furent pas concluant et on décida de remplacer le Turmo par un Artouste, toujours français et toujours construit sous licence par Blackburn. Le prototype reprit ses vols d’essais, sous la désignation P531-2, à partir du 9 août 1959. A ce moment précis les essais furent menés par des équipes Westland. La firme britannique baptisa le P531 sous le nom de Scout. Une première commande fut établie par la Royal Army en mars 1961 pour 160 appareils, désignés Scout AH-1.

Le Scout est un hélicoptère tri-quadriplace de liaison et de reconnaissance, rendu plus tard apte à des missions de lutte antichar, doté d’un turbomoteur Artouste construit sous licence par Bristol Siddeley sous le nom de Nimbus 101. Son train d’atterrissage comporte, de manière assez classique, deux longs patins en tube d’acier. Son rotor quadripâle est totalement articulé. Le Scout est doté, en série, d’une élingue sous la cabine pouvant supporter une charge de plus de 600kg. L’avionique de l’appareil est limité au strict nécessaire : un système de vol sans visibilité et une radio VHF.

En septembre 1961, les responsables de Westland déclarèrent qu’ils étaient prêts à développer une version navalisée du Scout, désignée Wasp. Cette machine se distingue de son homologue terrestre par un train d’atterrissage doté de quatre roues montées sur des jambes à grands débattement. Ce système permet à l’appareil de compenser les éventuelles différences de niveau sur le pont des navires de guerre lors des manœuvres à la mer. Le Wasp dispose en outre, mission maritime oblige, d’un système de flottaison très original : deux ballons situés sur le dessus de la cabine qui se gonflent lors d’un contact avec l’eau. L’avionique de l’appareil a aussi été revu, incluant un goniomètre, une radio UHF, et un altimètre radar. La mission principale du Wasp étant la lutte antinavire et anti-sous-marine, l’appareil peut emporter tout un panel d’armes différentes. Celles-ci vont du missile français Nord AS-12 à la très classique torpille Mk-44 de fabrication locale. La Fleet Air Arm (aéronavale britannique) commanda 98 exemplaires sous la désignation de Wasp HAS-1.

Suite aux essais menés en Algérie par les français sur l’emploi de l’hélicoptère comme arme antiguérilla, la Royal Army demanda à Westland de doter une partie de ses Scout de missiles antichars, de roquettes et de mitrailleuses. La première arme acquise fut une fois de plus un missile français : le Nord SS-11 (plus tard désigné AS-11) filoguidé. La Royal Army utilisa plusieurs machines pour des missions de « reconnaissance » au dessus de l’Ulster, la province irlandaise appartenant à la Couronne. Ces Scout emportaient fréquemment deux mitrailleuses de 7.62mm couplées avec des paniers à roquettes de 70mm. Une de ces machines fut perdue dans un accrochage avec les combattants de l’IRA (Irish Republican Army, résistance irlandaise) en juillet 1979. L’équipage fut récupéré sain et sauf.

Si le Scout n’a pas rencontré de succès à l’exportation, peut être du fait de l’Alouette II française plus polyvalente, il n’en est pas forcément de même avec le Wasp. En effet une dizaine d’aviations ont utilisé le petit hélicoptère naval anglais. Parmi ceux-ci figure la Marinha do Brasil qui acquis en 1964 dix Wasp pour des missions de reconnaissance, de SAR, et de liaison à partir de son porte-avion Minas Gerais. Les Wasp brésiliens servirent jusqu’en 1990 au sein de l’unité HU-1.

Les marins hollandais ont été les seuls clients à l’exportation, en Europe, à faire confiance au Wasp. En effet, la Marine Luchtvaartdienst à acquis en 1962 douze appareils sous la désignation de AH-12A. Ces hélicoptères qui remplissaient des missions de lutte anti-sous-marine emportaient fréquemment une torpille A244 de fabrication allemande ; ils ne furent jamais embarqués sur le porte-avion Karel Doorman, cette mission étant alors la charge des Grumman Avenger puis des Sikorsky HSS-1.

Le dernier utilisateur de Wasp est l’Indonésie qui utilise ses appareils au sein du Skwadron Udara 400, aux côtés des Super Puma et Bö-105, pour des missions de SAR et de liaison. En juin 2004, la Malaisie a retiré du service ses derniers Wasp et les a remplacés par des Lynx.

La Royal Army n’utilise plus aucun Scout depuis le début des années 90, les ayant définitivement remplacé par le Squirel (Eurocopter AS-550) et la Gazelle dans les missions d’entrainement, de liaison, et de reconnaissance. De son côté, la Fleet Air Arm a retiré ses derniers Wasp quelques années plus tard. Les Wasp britanniques ont cédé la place au Westland Lynx.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Westland Scout AH-1
Envergure : 9.83 m (diamètre du rotor principal)
Longueur : 12.29 m
Hauteur : 3.56 m
Motorisation : 1 turbomoteur Bristol Siddeley Nimbus 101
Puissance totale : 1 x 685 ch.
Armement : 4 missiles SS-11
ou 2 mitrailleuses de 7.62mm + 2 paniers à 7 roquettes de 70mm
Charge utile : 3 passagers
Poids en charge : 2405 kg
Vitesse max. : 210 km/h
Plafond pratique : 4085 m
Distance max. : 510 Km (autonomie: 3 heures)
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Westland  Scout/Wasp

Profil Couleur

Profil couleur du Westland  Scout/Wasp

Vidéo

Westland Wasp en vol

A voir également

0
Au début de l'année 1973, le bureau d'étude Swidnik du constructeur polonais PZL commença à travailler sur l'étude d'une version améliorée du Mil Mi-2...

0
En 1956, l'US Navy fit savoir qu'elle recherchait un nouvel hélicoptère destiné au remplacement des Sikorsky HO3S utilisés pour des missions de soutien logistique...

0
Conçu par le constructeur français Aérospatiale, le SA.321 Super Frelon est la suite logique du SE.3200 Frelon. Réalisé en vue de son utilisation depuis...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.