Yakovlev Yak-11 ‘Moose’

Yakovlev Yak-11 ‘Moose’


Fiche descriptive

Appareil : Yakovlev Yak-11 ‘Moose’
Constructeur : Yakovlev A.S. Design Bureau
Désignation : Yak-11
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Moose
Variante :
Mise en service : 1946
Pays d'origine : U.R.S.S.
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Avion d'entrainement avancé

Histoire

Yakovlev Yak-11 ‘Moose’ :
le formateur soviétique standard

En URSS, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Armée Rouge manquait cruellement d’avions d’entrainement afin de former ses futurs pilotes. C’est pour remédier à cela que les VVS demandèrent à l’avionneur Yakovlev de fournir une nouvelle machine de formation : le Yak-11.

En septembre 1945, les autorités soviétiques ordonnèrent à l’avionneur Yakovlev de concevoir un avion d’entrainement primaire, susceptible de remplir des missions d’entrainement au tir et d’entrainement avancé. A cette époque les VVS formaient leurs pilotes principalement sur des biplans datant du début des années 30 et sur environ deux cents North American T-6 fournis par les USA en 1944.

Le constructeur décida de baser son nouvel avion sur le Yak-3, un des principaux chasseurs soviétiques de la Seconde Guerre Mondiale. Il fut désigné Yak-11 par le constructeur. L’avion se présentait sous la forme d’un monomoteur monoplan à aile basse cantilever de construction mixte bois et métal. Il possédait un train d’atterrissage classique escamotable. Le cockpit biplace en tandem était de conception très simple. Un armement interne avait été monté dès le début sur l’avion : une mitrailleuse UBS d’un calibre de 12.7mm dans le nez tirant en position de chasse. Une charge offensive externe était également possible en option. Le prototype du Yak-11 effectua son premier vol le 10 novembre 1945 soit seulement quelques semaines après le lancement du programme. Le Yak-11 présentait 60% de pièces communes avec le Yak-3.

Le Yak-11 est entré en service au sein des VVS et de la DOSAAF (administration semi-civile soviétique pour l’aviation de défense) dès le mois de mars 1946. Ces avions volaient la plus part du temps sous une livrée unie verte olive, seulement frappée de l’Etoile Rouge.

L’avion fut produit par Yakovlev pendant dix ans. A partir de 1953, deux autres chaines de montage furent établies en Tchécoslovaquie chez Aero et Let, où l’avion fut produit sous la désignation de C11. Environ 3 900 avions furent produits en URSS tandis que 700 autres l’étaient en Tchécoslovaquie. Ces derniers furent principalement destinés à l’exportation vers les pays du Pacte de Varsovie, tandis que quelques autres pays utilisèrent des Yak-11 d’origine. Une version désarmée, désigné Yak-11U et C11U, fut également assemblé en petite série. Le Yak-11 fut un des premiers avions soviétiques à disposer d’un nom de code OTAN, à savoir Moose.

Si le Yak-11 était le principal avion d’entrainement soviétique des deux premières décennies de la Guerre Froide, il fut également un bon moyen pour Staline afin d’asseoir son influence sur les états satellites du communisme. En Europe de l’Est, le Moose a été utilisé par l’Albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la République Démocratique d’Allemagne, la Roumanie, et la Tchécoslovaquie. D’autres pays communistes, comme Cuba, la Corée du Nord ou encore le Viêt-Nam ont utilisés pendant longtemps des Moose. Mais l’avion fut également fourni à des nations aussi divers que l’Afghanistan, l’Egypte, l’Irak, ou encore la Somalie.

Au lendemain de l’indépendance de l’Algérie en 1962, une centaine de Yak-11 de seconde main provenant des surplus des VVS furent fournis en même temps que des avions d’entrainement avancés MiG-15UTI, la version biplace du célèbre chasseur. Mais l’utilisateur le plus surprenant de l’avion était l’Autriche, un pays proche de l’OTAN qui acquit en 1948 une dizaine de Yak-11U pour la formation de ses pilotes. Ces avions furent remplacés dès 1970 par des Cessna T-41D Mescalero.

Début 2008, l’Albanie et le Viêt-Nam étaient les derniers utilisateurs militaires de cette machine, tandis que plusieurs de ces avions volent actuellement entre les mains de pilotes privés. En effet le Yak-11 est un des warbirds les plus répandus dans le monde. Au total ce sont un peu plus de 4 550 Moose qui ont été construits, et l’avion a servit de base au Nanchang CJ-6 chinois.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Yakovlev Yak-11 Moose
Envergure : 9.40 m
Longueur : 8.50 m
Hauteur : 3.28 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Chvetsov ASh-21
Puissance totale : 1 x 570 ch.
Armement : 1 mitrailleuse de 12.7mm
200kg de bombes
Charge utile : -
Poids en charge : 2440 kg
Vitesse max. : 465 km/h
Plafond pratique : 7100 m
Distance max. : 1300 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Yakovlev Yak-11  ‘Moose’

Profil Couleur

Profil couleur du Yakovlev Yak-11  ‘Moose’

Vidéo

Yak-11 dans le film Maraton (1968)

A voir également

0
Afin de remplacer ses DeHavilland Vampire obsolètes, l’armée de l’air suédoise (Svensk Flygvapnet) lance un appel d'offres en 1960 pour un avion d'entraînement doté...

0
En 1931, l'état major de l'Armée de l'Air émit un cahier des charges relatif à un avion d'entraînement intermédiaire biplace sous la désignation d'E2....

0
A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la firme Short qui avait connu un certain succès avec ses hydravions Sunderland et Singapore ou...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.