Sidney CAMM

Sidney CAMM

0
Roy Chaplin et Sydney Camm à Clarement House durant la Seconde Guerre mondiale (© BAE Systems)

Drapeau Royaume-Uni

  • Nom : Camm
  • Prénom : Sidney
  • Année de vie : 1893-1966
  • Nationalité : Royaume-Uni
  • Constructeur associée : Hawker Aircraft Ltd.

Histoire

Sidney Camm : Le génial concepteur des chasseurs Hawker

Sidney Camm_photothèque USAF MuseumIl est des noms comme ça qui à priori ne disent pas grand-chose, même aux passionnés d’aviation. Sidney Camm est de ceux-ci, et ce même s’il fut un des plus brillants ingénieurs aéronautiques du vingtième siècle. On lui doit quelques-unes des plus belles réalisations britanniques dans le domaine, principalement pour le compte de l’avionneur Hawker.

C’est le 5 août 1893 que Sidney Camm vit le jour à Windsor dans le sud de l’Angleterre. Il est l’ainé d’une fratrie de douze enfants, dans une famille modeste d’artisans menuisiers. A quinze ans d’ailleurs il quitte l’école pour rejoindre la profession de son père. Mais le jeune Sidney se passionne déjà pour les choses de l’air, notamment depuis le très médiatique vol des frères Wright cinq ans auparavant à Kittyhawk.

Non seulement c’est un brillant menuisier mais en plus un jeune homme particulièrement intelligent. A ses heures perdues il imagine des machines volantes. Mais surtout il les dessine. En 1912, à seulement dix-neuf ans il fonde un club d’aviation dans sa ville de Windsor où il est bientôt rejoint par de riches jeunes aristocrates qui croient en son projet, et veulent piloter. L’année suivante il est recruté comme maître-menuisier par l’un de ses coreligionnaires du club, l’ingénieur George Handasyde, cofondateur de la société Martinsyde.

Pour cette entreprise il travaille d’abord à l’assemblage du biplan de réglage d’artillerie S.1, construit à une soixantaine d’exemplaires. Mais Sidney Camm a des idées et il les soumet à son patron. Pour lui l’avenir n’est pas au réglage des tirs d’artillerie comme le prétendent les militaires mais à la reconnaissance aérienne. Handasyde, emballé par les dessins de son maitre-menuisier, lui confie alors une équipe de trois ingénieurs.
Le résultat sera surprenant, le Royal Flying Corps décide de commander en série l’avion dessiné par Camm : ce sera le Martinsyde Elephant l’un des principaux avions de reconnaissance britannique de la première moitié de la Première Guerre mondiale. Sidney Camm ne participe d’ailleurs pas au conflit, son ami George Handasyde ayant réussi à convaincre l’état-major britannique que son dessinateur lui est trop important. Cependant Camm y perdra deux de ses frères, tués en France en 1917 et 1918.

Au lendemain du retour de la paix, Sidney Camm se rend compte qu’il végète chez Martinsyde, alors il démarche les autres avionneurs. Et son nom est sur beaucoup de lèvres. On le connait plus comme dessinateur de génie que comme menuisier. Tant mieux pour Sidney qui s’est blessé au dos en 1919 et craint de ne plus pouvoir scier le bois comme avant. Un temps approché par Geoffrey de Havilland, c’est finalement vers Thomas Sopwith, le « père » du chasseur biplan Camel, qu’il se tourne. Sidney Camm rejoint la nouvelle société Hawker en 1923 en tant que chef dessinateur.
La légende est en marche.

C’est pourtant timidement que le dessinateur entame sa carrière chez Hawker. On lui confie l’étude et la réalisation d’un biplan de tourisme, construit à seulement deux exemplaires : le Cygnet. À cette époque Camm n’est encore qu’un modeste chef dessinateur, surtout pas le principal de l’entreprise. Mais il faut souligner que Hawker n’en encore en 1925 qu’un modeste avionneur.
Ça va changer.

Car dans l’intimité, au plus grand dam de son épouse Hilda, Sidney Camm continue de dessiner des avions… militaires. Il ne se satisfait pas de ne concevoir que des biplans de tourisme. En janvier 1926 il envisage même de quitter Hawker, puis se ravise. Dans le même temps le dessinateur se transforme en ingénieur. Il développe un modèle de conception d’avions faisant appel à une structure mixte en panneaux de bois et tubes métalliques légers.

En fait chez Hawker sa seule expérience en 1926 concernant l’aviation militaire se limite à une série de plans et dessins d’une version spéciale du chasseur Woodcock destiné à l’aviation danoise et connu comme Hancock. Pourtant c’est bien à lui, et à ses jeunes ingénieurs, que Hawker confie fin 1926 le développement d’un bombardier torpilleur demeuré sans suite, le Harrier.

En 1928, à seulement trente-cinq ans, Sidney Camm obtient la consécration avec un avion : le chasseur biplan Hawker Hart. Par la suite il dessinera et développera, toujours avec sa même équipe de trois ingénieurs, tous les biplans de combat Hawker, dont le chasseur Fury. En mars 1933 Sidney Camm est invité en voyage par l’ingénieur et avionneur français Emile Dewoitine qui connait bien le travail de son homologue anglais. Il lui présente son prototype D.500 qui vient de réaliser son premier vol dix mois auparavant. Camm est stupéfait et convaincu : l’avenir de la chasse passe par l’architecture en monoplan.

Il ne mettra pas longtemps à développer « son » monoplan. Et quel monoplan !!! Le 6 novembre 1935 c’est la concrétisation de son rêve : son chasseur vole pour la première fois, il s’appelle Hawker Hurricane. Sidney Camm vient d’entrer dans la légende de l’aviation. Car son chasseur sera l’un des deux principaux en service dans la Royal Air Force durant toute la Seconde Guerre mondiale. Sous le nom de Sea Hurricane il sera même un des premiers véritables chasseurs embarqués capables de rivaliser avec les avions terrestres.

Mais pour autant Sidney Camm ne se repose pas malgré ses douleurs récurrentes au dos, souvenirs de son accident de menuiserie de 1919. Il développe des chasseurs, parfois sans réussite comme avec le Tornado parfois avec un insolent brio tel celui qui lui fit construire le Typhon. Et à chaque fois il les dessine et les peints. De véritables œuvres d’art si on en croit les critiques britanniques de l’époque.

À la fin de la guerre celui qui est alors chef-ingénieur de chez Hawker s’intéresse de très près à cette propulsion à réaction. L’entreprise avait raté le coche du Meteor, elle ne refera pas deux fois la même erreur. Camm dessine l’avant-projet P.1035 qui prendra forme et volera en 1947 sous la forme du P.1040, prototype du futur jet embarqué Sea Hawk.

À cinquante-huit ans, en 1951 il assiste au premier vol de son premier chasseur à réaction terrestre : le Hunter. Là encore l’avion est une merveille esthétique. Camm demeure plus que tout un grand dessinateur. Son chasseur est à plus d’un titre légendaire.

Sa dernière réalisation, il la co-développera avec Ralph Hooper, l’un de ses anciens disciples. Il s’agit d’un ambitieux chasseur léger à décollage et atterrissage verticaux : le Hawker-Siddeley P.1127 Kestrel.

Sidney Camm est mort le 12 mars 1966 entre les trous numéro 4 et 5 du golf de Richmond, une crise cardiaque. À peine l’annonce de sa mort survenue, tous les drapeaux britanniques furent spontanément mis en berne sur les bases de la RAF et de la Fleet Air Arm. Sidney Camm avait été anobli par la reine Elizabeth II en 1958 pour l’ensemble des services qu’il avait rendu durant à la Couronne sa carrière.

Il est à noter que Sidney Camm ne fut reconnu comme ingénieur qu’en 1945, et encore au titre honorifique. Officiellement son seul diplôme concernait la menuiserie. Il demeure encore aujourd’hui un des dessinateurs et concepteurs d’avions militaires parmi les plus prolifiques (et géniaux) de l’Histoire.

Autres biographies

0
Né à Brooklyn, Donald DOUGLAS, d'origine écossaise, passe deux ans à l'École navale américaine avant de s'orienter vers des études d'ingénieur aéronautique au MIT,...

0
Ingénieur en aéronautique et officier de l’armée russe, Andreï Tupolev révolutionne la conception et la construction des avions russes. Portrait d’un génie en devenir  Né le 29 octobre...

0
Il est des noms comme ça qui à priori ne disent pas grand-chose, même aux passionnés d’aviation. Sidney Camm est de ceux-ci, et ce...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.