Le catapultage sur porte-avions

Le catapultage sur porte-avions


Fontionnement

Avant chaque catapultage, la vapeur à haute pression, provenant des chaudières principales du navire, est accumulée dans un double réservoir. Au moment du lancement, la vapeur est admise à l’arrière de deux cylindres moteurs d’une soixantaine de mètres de long situés sous le pont d’envol, et propulse vers l’avant deux pistons jumeaux coulissant dans ces cylindres. Ces pistons sont reliés à un patin glissant dans un rail central placé entre les deux cylindres et solidaire d’un sabot coulissant dans une fente longitudinale du pont. C’est à ce sabot que l’avion est attelé au moyen d’un câble d’acier appelé élingue de lancement.

Au moment du catapultage, l’avion, moteur ou réacteur à plein régime, est entraîné par le sabot qui lui imprime une accélération pouvant atteindre 5g et une vitesse comprise entre 90 et 120 noeuds par rapport au pont. En bout de course, les deux pistons sont arrêtés sur deux ou trois mètres par un puissant frein hydraulique, l’élingue se décroche d’elle-même de l’avion et celui-ci décolle, ayant atteint sa vitesse minimale de sustentation aérodynamique . La vapeur détendue n’est pas récupérée et est évacuée sous la flottaison, chaque catapultage entraînant ainsi une consommation de quelque 400 kilogrammes d’eau douce.

L’originalité de ce système réside dans la manière dont s’effectue la liaison entre les pistons et le patin glissant, sans aucun câblage intermédiaire, comme c’était le cas pour les catapultes hydrauliques. La génératrice supérieure de chacun des cylindres moteurs est fendue sur toute sa longueur pour laisser passer la pièce de jonction reliant rigidement le piston au patin. Mais, pour éviter toute déperdition de vapeur, un ruban métallique, analogue à une longue fermeture « Eclair », assure l’étanchéité de la fente sur toute sa longueur et n’est soulevé que par le passage de la pièce de liaison. La remise en batterie des pistons moteurs vers l’arrière et le tensionnement de l’élingue de l’avion avant le lancement sont assurés par des mécanismes oléo-pneumatiques agissant sur les pistons.

Schéma de fonctionnement

Autres parties du dossier

Explorez l'ensemble du contenu du dossier...


Autres dossiers à consulter

0
Les hommes présentés ici sont ceux qui sont embarqués sur le porte-avions français Charles De Gaulle. Service "Pont d'Envol Hangar" (PEH) Chef pont d'envol hangar L'officier responsable...

0
Si aujourd'hui la définition des escadrons de l'Armée de l'Air est limpide comme de l'eau de roche, il n'en a pas toujours été ainsi....

0
La défense d’une île nécessite le survol de ses abords et par conséquent de la mer. Donc, inévitablement, des équipages seront perdus en mer...
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.