À priori Air Force One tout le monde sait ce que ça veut dire. Mais Navy One, Marine One, Army One, et Coast Guard One, alors là c’est nettement plus flou. D’où ce kézako. Comme les Américains sont des gens globalement pragmatiques, ils ont décidé d’appliquer à chaque appareil militaire transportant leur président le principe d’Air Force One.

Mais ne nous y trompons pas, pour qu’un avion de l’US Air Force devienne Air Force One il faut impérativement que le Président des États-Unis soit physiquement à bord. Ainsi son fameux Boeing VC-25A ne prend son indicatif radio que quand Barack Obama s’y trouve. S’il n’est pas à bord l’avion possède un indicatif différent. Donc si l’idée lui venait de monter à bord d’un C-17A ou même en place arrière d’un F-15D cet avion deviendrait de-facto Air Force One.

Eh bien, c’est strictement la même chose avec les avions et hélicoptères des autres composantes que sont l’US Navy, l’US Marines Corps, l’US Army, et l’US Coast Guard. Bien entendu, on s’attendrait à ce que le président monte à bord d’un confortable avion aux sièges en cuir. Pourtant il n’en a pas toujours été ainsi. Par exemple le seul avion à avoir porté l’indicatif Navy One fut un Lockheed S-3B Viking appartenant à l’unité VS-35 qui en mai 2003 amena à bord du porte-avions USS Abraham Lincoln le Président Georges W.Bush.

Marine One, ici un Sikorsky VH-3D.
Marine One, ici un Sikorsky VH-3D.

Les deux appellations les plus utilisés aux USA sont Air Force One et Marine One, ce dernier étant utilisé par les hélicoptères spéciaux Sikorsky VH-3D et VH-60N de l’USMC en charge du transport à court rayon d’action du président américain.

Photos (c) US Air Force

Autres parties du dossier

Explorez l'ensemble du contenu du dossier...



Autres dossiers à consulter