L’éjection seconde par seconde

L’éjection seconde par seconde

0

Découvrez ci-dessous, au centième de seconde, les principales étapes déclenchées par le siège éjectable pour sauver la vie du pilote. Puis décomposez en entier la séquence des différentes actions ordonnées.

[one_third]

[/one_third][two_third_last]

Chronomètre

[starlist]

  • 0.00 seconde : L’éjection commence lorsque le pilote tire sur l’un des anneaux du siège, placés entre ses jambes ou au-dessus de sa tête.
  • 0.25 seconde : Le siège est projeté hors de l’habitacle, et les moteurs auxiliaires s’allument. Les épaules et les jambes du pilote sont bloquées automatiquement par un système de sécurité.
  • 0.45 seconde : Après une accélération maximale de 12 g, le pilote se trouve loin de son avion et les moteurs-fusées s’éteignent.
  • 0.50 seconde : L’explosion d’une charge permet l’expulsion hors du siège d’un premier parachute stabilisateur qui extrait le petit parachute principal.
  • 1.00 seconde : En s’ouvrant, le petit parachute principal stabilise le siège de façon à ce qu’il soit dans une position favorable pour l’ouverture du grand parachute principal.
  • 1.50 seconde : Lorsque le grand parachute principal s’ouvre, les systèmes de sécurité qui maintiennent le pilote se débloquent, lui permettant d’abandonner le siège qui tombe vers le sol.
  • 2.50 secondes : Le pilote descend vers le sol ; la balise, le gilet de sauvetage et le dispositif de gonflage du radeau de sauvetage sont activités.

[/starlist]

La séquence complète d’éjection se déroule comme cela :

[checklist]

  • Commande d’éjection.
  • Fragilisation verrière.
  • Début de la montée, rappel de torse (harnais pilote), descente automatique des visières du casque (dû à l’accélération).
  • Franchissement de la verrière.
  • Coupure des liaisons pilote avec oxygène et radio de bord.
  • Alimentation en oxygène secours.
  • Déclenchement balise de détresse.
  • Rappel des jambes vers l’arrière.
  • Allumage des moteurs fusées éventuellement – Fin de la phase propulsée.
  • Déclenchement du pistolet extracteur (pyrotechnique) du parachute stabilisateur.
  • Déploiement d’un parachute stabilisateur de petite taille. Stabilisation de la trajectoire, début de descente.
  • Surveillance des conditions d’altitude et d’accélération.
  • Si conditions réunies :
  • Libération des fixations du harnais pilote sur le siège.
  • Libération du parachute principal.
  • Lors du choc à l’ouverture : séparation siège / pilote.
  • Mise en ouvre du paquetage de secours (gonflage canot monoplace).
  • Le gonflage éventuel du gilet de sauvetage reste à commande manuelle dans tous les cas.
  • Atterrissage ou amerrissage.

[/checklist]

 

[/two_third_last]

Autres parties du dossier

Explorez l'ensemble du contenu du dossier...


Autres dossiers à consulter

0
On a coutume depuis le début des années 1970 de dire (plus ou moins fort) que l'industrie aéronautique chinoise s'est fondée sur la copie...

0
Durant la Seconde Guerre mondiale les forces aériennes américaines disposaient d'un système de désignation qui leur était propre. Celui-ci était classiquement composé d'une ou...

0
L'histoire aéronautique internationale est parsemée de scandales plus ou moins retentissants comme celui des avions renifleurs en France dans le courant des années 1970....
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.