ETEC, les ailes de la République

ETEC, les ailes de la République

5

En cette période d’élections présidentielles françaises, je vous propose que nous nous intéressions un tout petit peu à une unité fort méconnue, l’ETEC. Sous cet acronyme se cache en réalité l‘Escadron de Transport, d’Entraînement, et de Calibration de l’Armée de l’Air. Relevant du CFAP, le Commandement de la Force Aérienne de Projection, cet escadron est l’héritier des traditions de feues les GAEL (Groupe Aérien d’Entraînement et de Liaison) et GLAM (Groupe de Liaisons Aériennes Ministérielles), et se trouve donc également stationné sur la Base Aérienne 107 de Villacoublay en proche banlieue parisienne. Sous sa forme actuelle, cette unité existe depuis mai 1991.

L’ETEC a donc trois missions principales qui lui sont dévolues : le transport, l’entraînement, et la calibration. Commençons donc par cette dernière. Il s’agit en fait d’assurer du bon réglage des radars de défense et de contrôle aérien installés sur l’ensemble du territoire français, mais également lors d’opérations extérieurs où des moyens aériens sont détachés. Pour mener à bien ce genre de missions, l’ETEC a longtemps fait appel à des jets d’affaire Mystère XX, mais ces biréacteurs sont devenus trop coûteux à l’entretien et relativement obsolètes, et ont donc de ce fait été remplacé dans la mission de calibration par des monoturbines TBM-700 construits à Tarbes par la société SOCATA. En ce qui concerne l’entraînement, il s’agit en réalité de missions de formation continue des équipages et effectifs du CFAP et cela est également conduit sur les TBM-700 de l’escadron.

Mais la véritable mission de l’ETEC, la plus importante, c’est le transport des hautes personnalités civiles et militaires de la République Française, avec au premier plan le Président de la République, les membres du gouvernement, les deux présidents des chambres parlementaires, et les membres de l’état major des Armées. Pour ce faire, l’escadron peut bien sûr compter sur les TMB-700 précités mais surtout sur une flotte hétéroclite d’aéronefs aux aménagements confortables et performants, voire si l’on en croit certaines personnes assez luxueux. La flotte de transport de l’ETEC se compose donc des appareils suivants :

  1. Un jet d’affaire triréacteur Dassault Falcon 50, destiné aux vols courts-courrier et pouvant accueillir jusque 12 passagers. Cet appareil doit être retiré du service à la fin de l’année 2012.
  2. Deux jets d’affaire triréacteurs Dassault Falcon 900, destinés aux vols moyens-courrier et pouvant accueillir jusque 12 passagers.
  3. Deux jets d’affaire triréacteurs Dassault Falcon 7X, destinés aux vols moyens et longs-courrier, et pouvant accueillir jusque 15 passagers. L’un de ces appareils est organiquement rattaché au cabinet du Premier Ministre.
  4. Un jet d’affaire biréacteur Dassault Falcon 2000, destiné aux vols moyens-courrier et pouvant accueillir jusque 12 passagers. C’est le plus récent des Falcon de l’ETEC puisqu’il a été reçu à l’automne 2011.
  5. Un avion de transport prioritaire Airbus A330-200, destiné aux vols longs et très longs courrier à l’usage prioritaire de la Présidence de la République. L’achat de cet appareil fit un temps polémique en France et il fut affublé du sobriquet de « Air Sarko One » faisant ainsi référence autant à l’Air Force One du Président des Etats-Unis qu’au Président français Nicolas Sarkozy.
  6.  Trois hélicoptères biturbines Eurocopter AS-332 Super Puma, destinés aux vols court-courriers et aux liaisons. L’un de ces appareils est le célèbre Carrousel, destiné au transport présidentiel.

Il est à noter que l’ETEC peut avoir, le cas échéant, recours aux avions de ligne Airbus A310-300 et A340-200 appartenant à l’Escadron de Transport 3/60 Estérel installé sur la Base Aérienne 110 de Creil en Picardie. Les différents jets d’affaire de l’ETEC peuvent également servir à des missions de transport sanitaire, moyennant un réaménagement de leur cabine. Jusqu’en 2009, l’unité a volé sur deux Airbus A319CJ acquis au départ pour le transport respectif du Président de la République Jacques Chirac et du Premier Ministre Lionel Jospin. Ces avions, pourtant efficaces et bien pensés, seront restés en service moins de dix ans dans l’Armée de l’Air. Ils ont été revendus depuis.

Appareils inhabituels de par leur affectation les avions et hélicoptères de l’ETEC portent une livrée qui leur est propre et qui désormais reprend principalement les trois couleurs (bleu-blanc-rouge) du drapeau français.

Photo (c) Agence France Presse.

Autres parties du dossier

Explorez l'ensemble du contenu du dossier...


Autres dossiers à consulter

0
Le pilote est soumis à rude épreuve, puisqu'il encaisse une accélération de 16G pour le Mk10, à 20G pour le Mk4. Ceci pendant quelques...

0
Voilà bien un terme aéronautique pour le moins surprenant: le déjaugeage. Il s'agit de l'action de changement de milieu de tous corps solides passant...

0
Dans le code OTAN, on nomme FOX-1 un missile équipé d’un système de guidage radar semi-actif. Ce système fut un des premiers développés car...