Red Arrows, l’excellence acrobatique britannique

Red Arrows, l’excellence acrobatique britannique

0

Il est des noms comme ça dont la seule évocation écarquille les yeux des aérophiles comme d’un enfant devant une vitrine de Noël : Red Arrows. En 51 ans d’existence la patrouille acrobatique de la Royal Air Force a su s’imposer dans le monde entier comme l’une des deux ou trois références planétaires du domaine. Au travers de ce sujet vous allez découvrir l’histoire complexe de cette patrouille moins jeune qu’elle n’y parait.

Les Red Arrows dans toute leur splendeur.
Les Red Arrows dans toute leur splendeur.

En fait? en 1965 quand la patrouille des Red Arrows (flèches rouges en français) naît elle n’est nullement attendue par les passionnés d’aviation britanniques ou européens. En effet, à cette époque l’unité de présentation officielle de la Royal Air Force s’appelle les Red Pelicans. Une patrouille apparue sept ans plus tôt et qui évolue sur six exemplaires du petit monoréacteur d’entraînement Hunting Percival Jet Provost T Mk-4. Ses pilotes sont sélectionnés parmi les instructeurs de la Central Flying School, l’école de pilotage de la RAF. Les Red Pelicans se produisent dans tout le pays mais également lors de meetings aériens et de salons un peu partout en Europe occidentale.

Pourtant à cette époque les dirigeants de la Royal Air Force aimeraient disposer d’une patrouille acrobatique articulée autour de pilotes de chasse comme cela se fait alors aux États-Unis et en France. Il faut dire qu’ils ont déjà eu une telle patrouille, et assez récemment. Entre 1955 et 1960 le squadron 111, une unité de chasse évoluant sur monoréacteurs Hawker Hunter F Mk-4 et F Mk-6, avait fondé les Black Arrows, ou flèches noires. Ses pilotes se produisirent principalement à l’étranger, et notamment à une reprise sur le territoire américain à l’été 1957.

Entre 1960 et 1963 ce fut le squadron 92 qui prit le relais toujours sur Hunter F Mk-6 sous le nom de Blue Diamonds. Moins internationaux que leurs prédécesseurs les Blue Diamonds évoluaient principalement au Royaume-Uni et dans les pays voisins. En 1962 il furent les premiers pilotes de démonstration britannique à se produire en république d’Irlande. De même entre 1962 et 1964, le squadron 74 créa les Tigers qui évoluaient sur le puissant chasseur biréacteur British Aircraft Corporation Lightning F Mk-3. Malgré l’agilité de ce dernier, les Tigers se produisirent peu, en partie en raison de la consommation ahurissante de l’avion, même pour l’époque.

Fin 1964, l’état-major de la Royal Air Force voulait donc sa formation acrobatique fondée sur l’expérience des pilotes de chasse. Le montage administratif d’une telle formation demandait son rattachement à un squadron existant déjà. Devant le refus de la majorité des unités de combat d’assumer ce rôle les généraux londoniens se tournèrent de nouveau vers le Central Flying School. Cependant pour les instructeurs de la CFS, il était hors de question d’abandonner les Red Pelicans. Un jeune instructeur du nom de Lee Jones soumit alors son idée : faire absorber sa propre patrouille acrobatique par l’état-major.

Depuis 1963 le Flight Lieutenant Jones avait pris la tête, au sein de la 4th Flying Training School d’une patrouille de cinq Folland Gnat T Mk-1 entièrement jaunes appelé les Yellow Jack, ou drapeaux jaunes. Cette unité avait la particularité d’évoluer alors sur le plus manœuvrant des avions de facture britannique, un des seuls capables alors de rivaliser en meeting aérien avec le très maniable Fouga CM-170 Magister français.

Folland Gnat restauré aux couleurs des Yellow Jack.
Folland Gnat restauré aux couleurs des Yellow Jack.

Début 1965, les Yellow Jack furent donc intégrés au sein de l’unité de présentation de l’état-major de la Royal Air Force qui prit le nom de Red Arrows. Pourtant les débuts de cette patrouille ne furent pas simples. Les organisateurs de meetings aériens en Europe préféraient inviter les Red Pelicans bien plus connus, même si les Gnat étaient plus modernes que les Jet Provost. Durant les cinq premières années de son existence la patrouille des Red Arrows demeura dans l’ombre de son aînée.

Néanmoins en 1970 lors d’un meeting aérien dans le sud de la France les Gnat T Mk-1 des Red Arrows se retrouvèrent nez à nez avec les Magister de la Patrouille de France et les Jet Provost des Red Pelicans. Et rapidement, malgré le célèbre chauvinisme français, ce sont bien les pilotes placés sous les ordres du désormais Squadron Leader Jones qui prirent l’ascendant. En fait, Jones n’était plus dans le cockpit, il ne faisait « que » créer de nouvelles figures.

Le légendaire Folland Gnat T Mk-1 rouge, l'origine du mythe.
Le légendaire Folland Gnat T Mk-1 rouge, l’origine du mythe.

En 1973, les Red Pelicans disparurent et l’année suivante les Red Arrows revinrent dans le giron de la Central Flying School tout en conservant la dualité entre pilotes de chasse et instructeurs. Désormais si au Royaume Uni la patrouille était seule, à l’étranger elle devait encore batailler avec la Patrouille de France pour s’imposer. Et celle-ci dura toutes les années 1970 et n’était pas prête de se terminer…

L’année 1979 vit l’arrivée d’un nouvel avion, le British Aerospace Hawk T Mk-1. Les Red Arrows reprenaient l’avantage sur leur adversaire d’outre-Manche. Pas pour longtemps malheureusement. Deux ans plus tard la Patrouille de France se transformait sur un jet tout aussi maniable que le Hawk : l’Alpha Jet E franco-allemand. Les années 1980 allaient aussi être marquées par l’apparition d’une réelle concurrence européenne en Belgique, en Espagne, et surtout en Italie avec les Frecce Tricolori et leurs Aermacchi MB-339.

Le BAe Hawk, la monture des Red Arrows depuis... 1979.
Le BAe Hawk, la monture des Red Arrows depuis… 1979.

Désormais ces patrouilles acrobatiques n’hésitaient plus à se mesurer aux deux grands et les dirigeants des Red Arrows durent penser leurs figures acrobatiques comme des joueurs d’échecs : deux coups d’avance sur les Français et les Italiens.

À proprement parler les pilotes britanniques furent les « patrons » des meetings aériens et des salons du monde entier durant toutes les années 1990 et 2000. L’apparition dans les années 2000 et 2010 de patrouilles privées changea radicalement la donne sans pour autant remettre en question l’amour que les Britanniques et par delà la Manche ou l’Atlantique tous les passionnés d’aviations peuvent avoir pour les Red Arrows.

Les Red Arrows en 2012 sur les terres des Snowbirds.
Les Red Arrows en 2012 sur les terres des Snowbirds.

De nos jours cette formation est à coup sûr l’une des références mondiales. C’est la seule avec la Patrouille de France à réaliser parfaitement la figure dite du « cœur transpercé ». Les Red Arrows de toutes les commémorations au Royaume Uni, et se produit régulièrement lors du salon aéronautique britannique de Farnborough.

Autres parties du dossier

Explorez l'ensemble du contenu du dossier...


Autres dossiers à consulter

0
14 octobre 1947 : Chuck Yeager fut le 1er à franchir la barrière sonique en volant à bord du X-1 à 1.066 km/h au-dessus...

0
On retrouve dans cette liste les missiles à courte portée les plus répandus ou les plus importants historiquement. Pour chaque missile, on retrouve les caractéristiques...

0
Dès qu'on s'intéresse à l'aviation militaire on tombe forcément sur le terme de DCA. Mais au fait c'est quoi une DCA ? Cette abréviation typiquement...