Bienvenue sur avionslegendaires.net Forums Wing’s Bar Autour d’une bière JEU ::: Ce jour là dans l’histoire aéronautique… Répondre à : JEU ::: Ce jour là dans l’histoire aéronautique…

#30860

Skyfear
Membre

Bonjour,

Bon je vais pas vous sortir un scoop, mais nous fêtons aujourd’hui le 63ème anniversaire du débarquement. Alors je voudrais simplement rendre un hommage à tous ces hommes qui ont risqué leur vie et malheureusement l’ont souvent perdu pour notre liberté. Souvenons-nous de ces 200000 hommes venus un matin de juin 1944 pour sauver un pays qui n’était pas le leur. Parmi eux, 10000 environ périront sous le feu allemand des MG42, des mortiers, des grenades, des mines, des fusils, ou bien noyés dans la Manche, entraînés par leur paquetage… Autour d’eux, 5000 embarcations d’assaut, 1300 navires marchands, 1200 bateaux de guerre, 1900 avions de transport, 800 planeurs (les premiers sur le front), 10000 avions de combat (bombardiers et chasseurs) et 20000 véhicules.

Saluons également la mémoire de nos frères marins du commando Kieffer, fort de ses 177 français posant le premier pas de la victoire sur le sol natal. Ils perdront presque 25% de leur effectif au soir du 6 juin. Philippe Kieffer sera blessé deux fois…

Chronologie:
3 juin, 20H50 : le premier message de la BBC : « l’heure des combats viendra… » est capté par la Résistance. Il annonce l’imminence du Débarquement et constitue l’ordre de lancement des opérations de sabotages des voies ferrées de l’ouest.

4 juin, 23H00 : la BBC diffuse des messages complémentaires dont « Les sanglots longs des violons de l’automne ». donnant aux résistants l’ordre de sabotage généralisé des installations ferroviaires non encore détruites et des installations téléphoniques.

5 juin, 3H30 : Eisenhower donne le feu vert définitif à son état major : le jour J est fixé au 6 juin.

20H00 : « Blessent mon coeur d’une langueur monotone » : diffusion de la seconde partie de la strophe du vers de Verlaine sur la radio de Londres. Mobilisation générale de tous les réseaux et passage à l’offensive.

22H55 : parachutage des équipes d’éclaireurs britanniques dont la mission est le balisage des zones de saut.

6 juin à partir de 0h00 : 1135 bombardiers britanniques déversent 5 800 tonnes de bombes sur une dizaine de positions côtières.

1h30 : la 101ème Division Aéroportée américaine est larguée à l’est d’Utah Beach. Peu après, parachutage anglais à l’est de l’Orne.

2h30 : bombardements sur l’ensemble des côtes. Devant Omaha Beach, transfert des troupes des navires sur les barges de débarquement.

3h50 : les paras anglais s’emparent de Ranville, premier village libéré.

4h30 : libération de Sainte-Mère Eglise et des Iles Saint Marcouf.

5h50 : Les 6 939 navires de l’armada alliée abordent les côtes normandes.

6h00 : 13 400 tonnes de bombes larguées sur les plages. Une demie heure plus tard, premières vagues d’assaut sur Utah et Omaha Beach.

07h30 : assauts simultanés par les troupes anglo-canadiennes à Gold, Juno et Sword. Les 177 Français du commando n° 4 s’élancent vers Riva Bella. Arrivée de la seconde vague d’assaut à Omaha Beach.

13h30 : la radio américaine, par la voix d’Eisenhower, annonce le débarquement.

20h00 : La tête de pont sur Omaha est définitivement établie.

La bataille de Normandie ne fait que commencer : elle durera 7 semaines pour s’achever le 25 août avec la fermeture de la poche de Falaise.

L’opération Overlord fut l’épine qui perça l’armure épaisse du Reich. A tous ceux qui reposent au fond de l’océan encore au jourd’hui, à ceux qui ont versé leur sang sur cette plage de Normandie, à ceux qui ont brûlé dans leur C-47 avant d’être parachutés, à ceux qui ont succombé aux armes allemandes, mais aussi à tous ceux qui d’une certaine manière ont participé à ce débarquement, je souhaiterais exprimer ma reconnaissance, mon respect le plus profond et mon éternel souvenir…

Merci messieurs, que votre mémoire ne soit pas oubliée…

http://www.troupesdemarine.org/outils/multimedia/sonneries/auxmorts.mp3