#32014

Me262
Membre

Alliance entre russes et italiens autour du SujerJet 100 :

article du quotidien Les Echos du 11/09/2007

Le constructeur aéronautique russe Sukhoï et l’italien Alenia, filiale de Finmeccanica, ont officialisé hier à Venise la naissance de leur société commune Superjet-100 International, chargée de commercialiser le futur jet régional russe du même nom.

Annoncée lors du dernier Salon de Moscou, la nouvelle entité détenue à 51 % par Alenia et 49 % par Sukhoï aura la responsabilité de tous les grands marchés internationaux, à l’exception de la Russie, des pays de la CEI et de la Chine, qui reviennent à Sukhoï Civil Aircraft Company, dont Alenia détient 25 % du capital.

Renouveau de l’aéronautique

Premier programme civil développé par un avionneur russe depuis la fin de l’URSS, cet appareil de 75 à 100 sièges – dont le premier exemplaire est en cours d’assemblage à Komsomolsk-sur-Amour, en Sibérie – est devenu le symbole du renouveau de l’industrie aéronautique russe, avant même son premier vol, prévu en novembre 2008. Pour sa conception, Sukhoï a multiplié les partenariats avec les grands noms de l’aéronautique occidentale, dont Thales et Safran. Mais le Superjet 100, qui compte déjà 73 commandes fermes, n’a guère trouvé preneur hors de l’ex-URSS.
D’où ce partenariat avec Alenia, qui devrait lui permettre de bénéficier de l’expérience du constructeur italien, acquise au travers de sa participation dans ATR. D’ici à 2022, les deux partenaires espèrent ainsi vendre entre 800 et 1.200 appareils, dont plus de la moitié à l’export.

Elargir la gamme

Pour Alenia, la coopération avec Sukhoï est aussi un moyen d’élargir sa gamme au-delà du marché des avions à hélices. Le groupe italien n’a jamais caché son désir de monter en gamme, en rachetant au besoin les parts d’EADS dans ATR. Mais EADS a jusqu’à présent refusé de laisser ATR empiéter sur les plates-bandes d’Airbus.
Malgré ce différent, le PDG de Finmeccanica, Pierfrancesco Guarguaglini, compte bien renforcer sa coopération avec EADS et Airbus. Alenia devrait prendre une participation à risque de 3 % à 4 % dans le programme A350, et à plus long terme l’avionneur italien et son allié russe espèrent convaincre Airbus de leur confier un rôle de premier plan dans la succession de la famille A320. L’avionneur européen pourrait en effet sous-traiter la conception des plus petits modèles de sa future famille d’appareils monocouloirs. Une perspective à laquelle Russes et Italiens se
préparent dès aujourd’hui.

Les chiffres clefs du Superjet 100

30 mètres de longueur ; 27,5 mètres d’envergure ; une capacité de 75 à 100 passagers ; un rayon d’action de 5.200 kilomètres Motorisation ; 2 réacteurs Powerjet SAM 146, développé conjointement par le russe NPO Saturn et le français Snecma ( groupe Safran) ; 6 partenaires étrangers principaux (Thales, Boeing, BAE, Honeywell, Goodrich, Curtis-Wright) ; un coût estimé du programme de 1 milliard de dollars pour un prix catalogue de 25 millions ; 73 commandes fermes à ce jour, dont 45 pour Aeroflot, 15 pour AirUnion et 10 pour Itali Airlines