#34301

La rédaction
Admin bbPress

Georges Marcelin

Un des mécaniciens de la première campagne du GC.3 « Normandie » nous a aussi quittés avant-hier ; ses obsèques seront célébrées demain à 13h à Cannes (06).

Il était un membre très actif du Mémorial Normandie-Niemen. Voici sa biographie, par Yves Donjon :

    Georges Marcelin est né le 18 février 1921 au Caire (Egypte).
    En 1939, il est étudiant aux Arts et Métiers à Tarbes. Rentré pour les vacances au Caire où se trouve sa famille, il est bloqué en Egypte par la déclaration de guerre. Il effectue alors divers stages dans les raffineries de sucre où travaille son père.
    Il s’engage pour la durée de la guerre le 6 janvier 1942 dans les FAFL (matricule n° 40.491).
    Affecté comme élève mécanicien à la BA de Rayack, il est nommé caporal le 1er avril 1942. Il sort major de sa promotion et est nommé caporal-chef le 1er septembre 1942. A cette même date, il est affecté au G.C.III « Normandie » sur la demande du commandant Pouliquen. Il arrive à Ivanovo en Russie le 29 novembre 1942 et participe à la première campagne en qualité de mécanicien avion. Le 14 juillet 1943, il est promu sergent. Muté au Moyen-Orient, il est de retour à Rayack le 7 octobre 1943, après un mois de permission, avant d’être affecté au G.C. III/3 « Ardennes » le 1er novembre 1943.
    Détaché dans la RAF pour suivre un stage de mécanicien avion, il rejoint son unité le 14 février 1944 à Saint-Jean-d’Acre. Avec son groupe, il fait mouvement sur Aboukir (Egypte), Oran, puis Bône-les-Salines où il arrive le 25 mai 1944. Le groupe est ensuite transféré le 17 juillet 1944 à La Réghaïa, près d’Alger, pour être équipé avec du matériel américain. Le 3 octobre 1944, il fait mouvement par voie aérienne sur Salon-de-Provence, puis Lyon-Bron et Ambérieu où débutent les missions.
    Le 9 janvier 1945, son groupe est transféré à Luxeuil-les-Bains où se poursuivent les opérations. Le 8 avril 1945, il se dirige sur Colmar où le trouve l’armistice.
    Promu sergent-chef le 1er septembre 1945, il fait mouvement le lendemain sur l’Allemagne avec son unité. Par suite de la dissolution du groupe « Ardennes », il est affecté au G.C.II/5 « La Fayette » le 5 avril 1946. Etant muté à la BA 117 de Paris, il rentre en France le 23 juin 1946. Par la suite, il prolonge son contrat dans l’armée de l’Air. Après avoir obtenu un brevet d’opérateur mécanographe, il passe au service du matériel de l’armée de l’Air.
    Le 18 novembre 1949, il est admis dans le corps des sous-officiers de carrière. Sportif acharné, il effectue un stage d’un an à l’Ecole nationale d’entraînement physique militaire de Pau. Breveté moniteur d’EPM en février 1951, il rejoint la BA 117 (Ministère de l’Air) où il est affecté au service des sports et est promu adjudant le 1er juin 1951. Ayant obtenu une dispense, il s’inscrit à l’Ecole française d’orthopédie et de massage. Après deux ans d’études et de stages hospitaliers, il obtient le diplôme d’état de masseur kinésithérapeute-rééducateur à la faculté de médecine, en juin 1953.
    Affecté à l’Ecole d’entrainement physique interarmées d’Antibes comme instructeur, il y obtient le brevet de moniteur-chef. Promu adjudant-chef le 1er mars 1957 et affecté le 1er août 1957 à la base 701 de Salon-de-Provence, il y sert deux ans au service des sports.
    Admis à sa demande à être dégagé des cadres, il est rayé des contrôles de l’armée active le 10 juin 1959.
    Rendu à la vie civile, il exerce le métier de kinésithérapeute à Antibes, jusqu’à sa retraite en 1986.
    Il est notamment titulaire de la Médaille militaire, la Médaille commémorative des services militaires dans la France libre, la Médaille commémorative de la guerre 39-45 (avec agrafes « Engagé volontaire »-« URSS »-« Libération »), et la Croix du combattant volontaire 39-45. Il a également reçu trois décorations soviétiques : l’Ordre de la Guerre pour le salut de la Patrie, la Médaille de la Victoire et l’Ordre de Joukov.
    Véritable poète doté d’un grand talent, Georges Marcelin évoque par la plume l’épopée de ses compagnons d’armes.
    Georges Marcelin est décédé le 17 septembre 2013, dans sa 93ème année
    .

Il écrivait également … Vous trouverez un de ses poèmes dans l »HistoMag N°84 –> http://www.39-45.org/histomag/hm84.pdf