#33380
devoitine520
devoitine520
Participant

Voici quelques articles du Républicain Lorrain parus , reproduit mot pour mot depuis le site du republicain lorrain

http://www.republicain-lorrain.fr/fr/Search.aspx?q=skylander&x=1&y=1&x=29&y=16

publié le 17/06/2011 à 05:00 économie
Le Skylander dévoile son plan de financement

165 M€ sont nécessaires au développement du Skylander, un avion assemblé sur la base de Chambley. Geci Aviation s’apprête à lancer une émission obligataire de 15 M€.

Aquelques jours de l’ouverture du salon du Bourget, où Geci Aviation espère bien engranger des promesses de commandes, l’avionneur a dévoilé, hier, son plan de financement du Skylander SK 105R, le bi-turbopropulseur en gestation sur la base aérienne de Chambley. La société prévoit d’y produire « 1 500 avions entre 2013 et 2030 ».

C’est la première fois que Geci livre autant de détails. Cette transparence est d’autant plus salutaire que l’avionneur attend l’aval de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour lancer une émission obligataire de 15 M€. Serge Bitboul, président de Geci International et ingénieur aéronautique, poursuit depuis plus de dix ans ce rêve « d’un avion simple, solide et moderne ». Il affiche une confiance sans faille, en dépit d’un retard de six mois pour le premier vol d’essai, qui ne bouleverse pas le calendrier initial. Celui-ci prévoit l’assemblage final du premier Skylander à partir du quatrième semestre 2011 et les premières livraisons en 2013.

Dans son communiqué, Geci Aviation chiffre à 165 M€ l’enveloppe globale nécessaire au développement de l’avion, dont « 64 M€ ont déjà été investis au 31 mars 2011 ». L’avionneur décline ensuite son calendrier chiffré pour les « 101 M€ restants » qui seront étalés sur trois ans. La production des quatre prototypes mobilisera l’essentiel des 53,3 M€ dépensés en 2011-2012. En 2012-2013 la société consacrera « 39,3 M€ aux essais et à la certification », tandis que la dernière tranche de 8,4 M€ sera principalement dédiée « à l’équipement des usines et des magasins ». Voilà pour les dépenses.

600 appareils en discussion
Le communiqué s’attaque ensuite au volet, plus sensible, des financements envisagés. Jean-Pierre Masseret, président du conseil régional de Lorraine, a fait voter par son assemblée, après d’âpres débats, une entrée dans le capital à hauteur de 7 M€ à laquelle, poursuit la direction de Geci, « s’ajoutera une prime à l’aménagement du territoire de 1,5 M€, à la condition que le groupe crée 313 emplois ». Ce dernier impératif n’est, à ce jour, pas rempli. En effet, Geci Aviation affiche « 115 emplois » créés. « L’objectif sera atteint en fin d’année 2012 », assure le porte-parole de Geci. Un crédit d’impôt de 4,9 M€, une subvention de la délégation générale de l’armement à hauteur de 24 M€ et une émission obligataire espérée à 15 M€ achèvent une clé de financement pas encore bouclée. Manquent encore 35 M€, dont les modalités de financement n’ont pas encore été arrêtées. L’ombre est balayée par des perspectives commerciales du Skylander annoncées comme « prometteuses ». Geci annonce « des discussions commerciales en cours sur plus de 600 appareils » alors que « des lettres d’intention ont été signées pour 14 avions ».

le 21/06/2011 à 05:00
Geci Aviation annonce la signature de lettres d’intention et de protocoles d’accord portant sur 22 Skylander SK-105.

par le 22/11/2011 à 05:00
TRANSPORTS | infraction boursière
Condamnation confirmée pour Geci Aviation
La cour d’appel de Paris a confirmé, le 29 septembre, la condamnation de l’avionneur Geci Aviation, prononcée par l’Autorité des marchés financiers (AMF) le 21 octobre 2010.

22/11/2011 à 05:00

Face à la montée en charge des commissions permanentes, Nadine Morano assimile désormais le conseil régional de Lorraine à « une chambre obscurantiste d’enregistrement ». La présidente du groupe UMP dans l’hémicycle lorrain dénonce la méthode Masseret : « Quelle garantie offre-t-on au contribuable lorrain ?», objecte-t-elle en anticipant un vote contre de la droite sur le dossier Geci. « À en juger par sa difficulté de trouver des financements, on peut s’interroger sur la crédibilité et la viabilité de la société Geci », poursuit-elle.

Au diapason, Nathalie Colin-Œsterlé (Nouveau Centre) s’interroge, elle aussi, sur les motivations de la Région de passer ainsi Geci « par la petite porte de la commission permanente » : « Nous avons besoin de visibilité. On ne peut pas engager ainsi l’argent public des Lorrains sans obtenir certaines garanties de la part de l’industriel », plaide-t-elle.

De son côté, Geci Aviation accuse six mois de retard sur son calendrier. Il vient de publier un chiffre d’affaires de 1,7 M€, en fort repli de 55,5 % par rapport aux 3,9 M€ de la même période un an plus tôt. Concernant Skylander, les premiers acomptes encaissés au cours du semestre s’élèvent à plus de 1,5 million de dollars, avec un carnet de commande de 111 appareils dont 47 options. Mais le premier vol du Skylander n’aura pas lieu au premier semestre 2012 comme prévu, mais au second.

22/11 encore:

Après avoir versé 9,1 millions d’euros pour favoriser l’envol du futur avion Skylander sur la base de Chambley, la Région s’apprête à voter en urgence l’octroi d’une nouvelle enveloppe de 7 millions. Cette aide à la société Sky Aircraft, qui visiblement manque de fonds, doit être discutée vendredi à huis clos, ce qui fait grincer quelques dents.

publié le 26/11/2011 à 05:00 conseil régional Skylander : l’Élysée sollicité
Le conseil régional a voté, hier, le nouveau coup de pouce de 7 M€ à Geci Aviation. Dans un courrier, le président Jean-Pierre Masseret demande le soutien du chef de l’État.

À l’exception de l’abstention du groupe UMP-Nouveau Centre, tous les conseillers régionaux ont voté hier, en commission permanente, la proposition de l’exécutif Masseret d’une rallonge financière de 7 M€ en avances remboursables à Geci. Laquelle fait suite à une précédente aide publique de 9,1 M€. L’avionneur, qui emploie deux cents salariés sur le site de Chambley autour du projet Skylander – « le Logan des airs » – traverse une passe délicate (lire RL du 22/11). Réclamant le déblocage des aides promises par l’État, Jean-Pierre Masseret sollicite l’arbitrage du président de la République. « Vous-mêmes, lors de votre visite au salon du Bourget en juin 2009, avez reconnu l’intérêt du projet en vous arrêtant au stand Geci », rappelle le président de la Région. Lequel souligne l’étape de transition que traverse l’avionneur : « Le projet est sur le point de passer à la phase de construction… » tout en insistant sur l’investissement personnel de Serge Bitboul, patron de Geci qui « a financé [engageant beaucoup de ses ressources propres] une grande part du projet en complément des aides de l’État et de la Région, sans encaisser de recettes commerciales ». Soucieux de respecter le calendrier prévoyant la livraison du premier appareil pour 2013, Jean-Pierre Masseret juge qu’ « une aide du Fonds stratégique d’investissement permettrait mécaniquement à des investisseurs privés de rejoindre le projet ». « Ce qui est sûr, Monsieur le Président, c’est que l’avion se fera, il volera. La seule question est donc celle-ci : sera-t-il fabriqué en Lorraine, en Inde, en Chine, ou quelque part en Europe ? »Pour donner du poids à sa requête, l’auteur de la missive revendique « l’appui du ministre de la Défense Gérard Longuet qui, dit-il, a toujours soutenu le Skylander ». Il invoque par ailleurs le projet du groupe Safran d’investir une nouvelle usine en Meuse, à Commercy. « Près de 400 emplois seront réalisés à terme. Le groupe américain Leach développe un nouveau bureau d’études à Sarralbe, en Moselle ». Pour conclure : « La Région est prête, pour sa part, à financer un centre de formation aux métiers de l’aéronautique sur le site de Chambley pour répondre aux besoins de la profession » considérant que « le dossier Skylander est un élément du dispositif ».

publié le 27/11/2011 à 05:00 la voix est libre Gourlot : « fier d’accueillir Marine »
Marine Le Pen a choisi Metz pour lancer officiellement sa campagne, le 11 décembre prochain au cours d’un « grand meeting ». Thierry Gourlot, président du groupe FN au conseil régional, l’a confirmé, hier, sur le plateau de La Voix est Libre, le rendez-vous politique de France 3 Lorraine, en partenariat avec Le Républicain Lorrain. « C’est un grand honneur que Marine nous fait en choisissant la Lorraine, région qui porte toujours haut et fort les couleurs de notre mouvement », s’est félicité le secrétaire départemental du Front national en Moselle. Dans le dispositif national de campagne, Thierry Gourlot occupera le poste de « conseiller au dialogue social » de la candidate, responsabilité qu’il partagera avec un autre Mosellan, Fabien Engelmann, venu du syndicalisme tout comme lui.

Au cours de l’émission, Thierry Gourlot a défendu les grandes lignes du programme du Front : sortie de l’euro, référendum sur le rétablissement de la peine de mort, « priorité nationale » en matière économique et sociale. Plus surprenant, ce cadre du parti d’extrême droite ne s’est pas déclaré opposé à l’instauration d’une TVA sociale. « Le débat est ouvert », a-t-il glissé. Interrogé sur le thème de la sécurité, il a fustigé « l’irresponsabilité de certains magistrats », profession qui, selon lui, « ne devrait pas pouvoir se syndiquer ».

Sur un plan régional, Thierry Gourlot a justifié le vote de son groupe, cette semaine, pour l’attribution d’une nouvelle subvention de la Région (7 millions d’euros) à Geci Aviation, le fabricant du Skylander. « Il y a eu débat en notre sein, c’est un pari sur l’avenir que nous faisons », a-t-il justifié. Abordant les législatives, il a confirmé que le Front national présenterait un candidat « dans toutes les circonscriptions de Lorraine » et que ces candidats se maintiendraient au second tour « partout où ils seront en position de le faire ». Lui-même devrait mouiller sa chemise et mener campagne dans l’une des trois circonscriptions messines – Metz 2 selon toute vraisemblance

publié le 02/12/2011 à 05:00 chambley Une compagnie russe commande 40 Skylander

Geci International, constructeur de l’avion Skylander basé à Chambley-Bussières (54), a annoncé, hier, la signature avec une compagnie aérienne privée russe d’un protocole d’accord pour la livraison, d’ici à 2014, de 40 unités de cet appareil de transport à hélices.

Ce contrat est d’un montant de 260 millions de dollars (environ 193 millions d’euros), a précisé le service de communication du constructeur aéronautique français.

Ces 40 appareils viennent s’ajouter aux 111 commandes fermes déjà enregistrées par le groupe Geci International, qui doit inaugurer le 13 décembre le hall d’assemblage du Skylander sur son site industriel de Chambley.

Le Skylander SK-105 est un avion bi-turbopropulseur rustique, capable de transporter 19 passagers ou jusqu’à 2,7 tonnes de fret dans des environnements difficiles.

L’avion, qui a engrangé en juin des commandes venant d’Asie lors du salon aéronautique du Bourget, est actuellement en phase de certification. Geci commencera à l’assembler à la fin de l’année, avant un vol prévu au premier semestre 2012.

L’appareil doit entamer ensuite un programme d’essais en vol, en vue de sa certification, pour pouvoir commencer à être livré à la mi-2013.

Geci International doit vendre au moins 200 avions pour rentabiliser son programme. Le groupe bénéficie de soutiens financiers de l’Etat et de la Région Lorraine, qui vient de lui accorder une avance remboursable de sept millions d’euros.

publié le 04/12/2011 à 05:00 politique | la voix est libre
L’énergie verte

De métier, elle préfère faire parler les gens. Mais hier, l’orthophoniste Éliane Romani a dû parler pour porter les positions d’Europe-Ecologie-Les Verts lors de l’émission La voix est libre, sur France 3. La responsable lorraine du mouvement a défendu avec force la candidature d’Eva Joly. « De son score dépendra la suite pour la politique écologique de la France », a expliqué l’adjointe au maire de Thionville.

Avocat enthousiaste de la transition énergétique, Éliane Romani a souligné que l’arrêt du nucléaire ne se ferait pas du jour au lendemain. Mais il faut selon elle songer à chercher de nouvelles sources d’énergie, à commencer par les « négawatts », les mégawatts que l’on ne dépense pas. L’écologiste a montré une grande réserve sur la future centrale solaire de Toul-Rosières. Elle s’est carrément opposée à la centrale à gaz de Hambach, productrice de gaz à effet de serre, qualifiée d’« aberration ».

Éliane Romani a indiqué qu’EELV est favorable à Ulcos, le stockage de CO 2 dans le sol, sous deux conditions : l’étanchéité du forage et le contrôle de la pression dans les poches. Pour la subvention au futur avion Skylander, qui devrait être construit sur la base de Chambley, elle a rappelé que le groupe écologiste du conseil régional a voté contre la subvention. « On devrait utiliser cette somme de façon plus efficace pour créer des emplois », a-t-elle expliqué, évoquant, par exemple, la filière bois.Europe Ecologie-Les Verts prépare aussi les élections législatives. La secrétaire régionale a manié l’euphémisme : « Avec Lunéville et Épinal en circonscription réservée, je ne peux pas dire que la région est particulièrement favorisée ». Ces deux circonscriptions s’annoncent comme imprenables à la droite. Le parti écologiste sera présent partout en Lorraine, sauf dans cinq circonscriptions (dont quatre en Moselle), en raison d’une présence forte du Front national.

publié le 05/12/2011 à 05:00 politique Précision écologiste

Précision écologiste
La plume a été trop prompte à s’emparer des propos d’Eliane Romani lors de l’émission La voix est libre, samedi matin sur France 3. La responsable régionale d’Europe Ecologie – Les Verts précise que le groupe écologiste n’a pas voté contre l’avance remboursable pour l’avion Skylander. Même si les élus écologistes ne sont pas favorables à la participation de la Région dans l’entreprise, ils ont voté par solidarité avec la majorité socialiste lors de la dernière discussion à propos de ce projet.


publié le 07/12/2011 à 05:00 politique
Skylander : Masson et Zimmermann dans le sillage de Masseret
À une semaine du débat d’orientation budgétaire, le patron de la Région réaffirme sa confiance dans le projet de l’avionneur Geci. Avec l’appui de deux parlementaires de droite.

Après avoir obtenu, le 26 novembre, le vote dans l’hémicycle lorrain – réuni à huis clos en commission permanente – d’une rallonge de 7 M€ en avances remboursables, Jean-Pierre Masseret reconsidère avec optimisme les perspectives d’envol du Skylander basé à Chambley. Un volontarisme renforcé depuis, par l’annonce effectuée par Serge Bitboul, patron de Geci, de la signature d’un protocole d’accord avec une compagnie russe pour la livraison, d’ici à 2014, de 40 unités de cet appareil de transport baptisé le « Logan » des airs, en raison de son faible coût et de sa rusticité. Ce contrat d’un montant de 260 millions de dollars (193 M€) s’ajoute aux 111 commandes déjà enregistrées par Geci International. « J’observe, un peu en connaisseur, que tous les plans sont finalisés. L’avion volera. La seule question qui se pose est de savoir où l’appareil sera finalisé », constate le président du conseil régional qui implore les pouvoirs publics de mettre la main à la poche. « Je l’affirme en connaissance de cause : Airbus n’aurait jamais vu le jour sans la puissance publique », explique-t-il en revendiquant un co-investissement public/privé. Des propos tenus, hier à Metz, lors d’une conférence de presse ayant pour thème le débat d’orientation budgétaire. En écho à sa récente demande d’arbitrage du chef de l’État, Jean-Pierre Masseret a reçu le soutien, plutôt inattendu, de Marie-Jo Zimmermann (UMP) et Jean-Louis Masson (DVD).

Projet Safran
À leur tour, les deux parlementaires mosellans sollicitent un coup de pouce de l’Élysée. Invoquant « les difficultés économiques beaucoup plus importantes que la moyenne nationale » que traverse la Lorraine, les signataires insistent sur les effectifs de 200 personnes, « dont la moitié d’ingénieurs », travaillant à Chambley. Et de conclure en plaidant pour le pôle aéronautique que Jean-Pierre Masseret appelle de ses vœux : « Nous faisons donc solennellement appel à vous pour que le Fonds stratégique d’investissement intervienne, ce qui n’est d’ailleurs ni plus ni moins que sa mission ». Nul doute que le patron de la Région appréciera un tel soutien. Lequel coïncide d’ailleurs avec la récente annonce de Gérard Longuet d’installer à Commercy une unité de production du groupe spécialisé dans les moteurs d’avion Safran.

Si elle se concrétise, l’implantation de Safran générera la création de 150 à 200 emplois à la mise en service de l’usine (d’ici 2015) et de 400 à terme (2020). Masseret y voit là, le nouvel indicateur de la possible création d’un pôle aéronautique lorrain.

publié le 09/12/2011 à 05:00 politique | conseil économique social et environnemental La Région invitée « à faire des choix politiques »
Face à la réduction des marges de manœuvre financières de la Région, le conseil économique social et environnemental de Lorraine incite la majorité Masseret à des orientations plus tranchées.

En préambule au débat budgétaire, jeudi prochain, le conseil économique social et environnemental de Lorraine (Cesel) a livré, hier à Metz, sa contribution dans l’hémicycle lorrain.

Plusieurs indicateurs inquiètent le président Roger Cayzelle. La démographie, tout d’abord : « Nous continuons, mois après mois, à voir partir de jeunes Lorrains sans que n’apparaissent, pour l’instant, un retournement de tendance ». L’orateur n’oublie pas pour autant les signes encourageants : le lancement de l’université de Lorraine ou encore les investissements de PSA à Trémery.

Une lettre à Sarkozy
Le Cesel tacle tout de même la majorité Masseret. Il « regrette l’absence de choix précis » de la politique régionale. Où sont les objectifs prioritaires ?, s’interroge l’assemblée socioprofessionnelle, en déplorant « l a diminution importante de la capacité d’épargne de la Région… et donc sa capacité à autofinancer des investissements ». Interpellé, Jean-Pierre Masseret se défend d’avancer à tâtons : « Il y a de la part de la Région des objectifs stratégiques. Après, ils sont partagés ou pas ».

Assurant pour un an encore la présidence de la Grande Région, l’élu promet de doter l’institution transfrontalière d’« un secrétariat permanent », qu’il installera au printemps à Luxembourg. Convaincu que cette singularité frontalière de la Lorraine devrait s’accompagner de crédits européens.

Martelant sa détermination sur le dossier de l’avion Skylander, qu’il veut voir assembler à Chambley, le patron du conseil régional exhorte à nouveau les pouvoirs publics à s’investir dans le tour de table de l’avionneur Geci. Après sa missive au chef de l’État, il vient d’écrire en ce sens à Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle, en évoquant la création sur l’ancienne base de Chambley d’un centre de formation aux métiers de l’aéronautique.

Au diapason, Roger Cayzelle confirme la démarche de soutien au Skylander exprimée par le Cesel, via une missive adressée à Nicolas Sarkozy.

COMME VOUS LE VOYEZ LE CIEL N’EST PAS LIMPIDE AUDESSUS DE CHAMBLEY!!! OH QUE NON!