#33368
devoitine520
devoitine520
Participant

Ben voilà !

4 octobre 2012 à 14:56

Programme Skylander: la société Skyaircraft placée en redressement judiciaire

La société Skyaircraft (groupe Geci), qui porte le projet d’avion tout terrain Skylander, a été placée jeudi en redressement judiciaire avec une période d’observation de six mois par le tribunal de commerce de Briey (Meurthe-et-Moselle), a-t-on appris de source judiciaire.

L’avionneur, qui s’est déclaré en cessation de paiement, n’a notamment pas versé les salaires de septembre à ses 150 salariés pour un montant total de 600.000 euros.

« Le chef d’entreprise de Skyaircraft (Serge Bitboul, NDLR) a choisi la formule juridique. Il m’appartient d’assurer la suite », a déclaré Jean-Pierre Masseret, le président (PS) de la Région Lorraine, qui a versé 20 millions d’euros à Skyaircraft sous forme d’avances remboursables.

Le patron de l’exécutif lorrain a par ailleurs indiqué qu’un crédit-impôt recherche d’1,8 million d’euros avait été versé à Geci international par Oseo jeudi matin, « et ce dernier aurait pu être utilisé pour payer les salaires ».

Le Skylander est un projet d’avion bimoteur à hélices qui pourrait transporter 19 passagers ou près de 3 tonnes de fret et faire face à des conditions climatiques et d’atterrissage extrêmes.

Le programme avait reçu un gros coup de pouce début février: l’Etat, la Lorraine et des investisseurs privés s’étaient engagés à le financer sur la base de dépenses inférieures à 120 millions d’euros.

Mais un audit a fait apparaître un besoin jusqu’aux premières livraisons de l’ordre de 200, voire 300 millions d’euros selon le directeur général du FSI, Jean-Yves Gilet.

Ce dernier a alors demandé à Skyaircraft de trouver des partenaires industriels pour s’adosser au projet, en vain.

« Je regrette profondément que ni Dassault, ni EADS, ni Safran, ni Eurocopter n’aient pas cru devoir voulu donner un coup de main », a déploré M. Masseret, critiquant une « indifférence coupable au plan politique ».

« L’approche du gouvernement était insuffisante. On aurait pu espérer un plus grand volontarisme politique, plus de force, plus d’intensité dans cette affaire. Chacun est tétanisé devant ceux qui ont la maîtrise financière », a-t-il ajouté, en affirmant avoir « toujours confiance dans le projet ».

Les titres du groupe d’ingénierie Geci International et de sa filiale Geci Aviation sont suspendus à la Bourse depuis le 7 juin.