#33404
devoitine520
devoitine520
Participant

Skylander : premier soutien pour assurer le court terme

Serge Bitboul, PDG de Geci International, se félicite de la signature avec un premier soutien financier, Un deuxième fonds d’investissement doit s’engager dans le projet en attendant un partenaire industriel.
La signature avec ce fonds d’investissement américain nous apporte de la liquidité pour faire face aux échéances de court terme. Un deuxième partenaire plus important doit aussi s’engager. Cela démontre la crédibilité de notre projetdu Skylander. » Serge Bitboul, PDG de Geci International, confirme la signature d’un accord financier avec le fonds d’investissement américain Ya Global Masters SPV ( RL d’hier). Le fonds, en faisant l’acquisition de 9 millions d’actions de Geci International, entre au capital à hauteur 27,35 %. Un apport de fonds propres sur trois ans qui va donner un peu d’oxygène à la société.

Elle va ainsi pouvoir bénéficier, dans les quatre mois, de quelque 6 M€ de liquidités afin d’assurer les échéances de fin de mois pour ses deux-cents salariés dont une majorité en poste sur le site de Chambley.

Relancer le protocole
Cette annonce était attendue depuis la dernière réunion technique, menée à l’initiative de Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle, au ministère des Transports le 18 avril. Tous les partenaires, Etat et Région en particulier, avaient, à cette occasion, décrété l’union sacrée derrière le projet, en attendant les 45 millions apportés par les hedge funds ( fonds de gestion alternative) promis par le PDG de Geci pour boucler son plan de financement. Une condition indispensable pour relancer le protocole d’accord avec les partenaires publics dont la contribution est importante : 60 M€ (30 M€ du Fonds stratégique d’investissement et autant du grand emprunt), et 21 M€ d’avances remboursables de la Région Lorraine.

Un soutien qui avait été remis en cause après l’audit réalisé, à la demande du FSI, les experts jugeant « le programme de l’avion lorrain sous-financé de quelque 70 M€ » et son marché de 1 500 livraisons sur 15 ans « pas très réaliste. » ( RL du 16 avril). Mais sur chacun de ces points, Serge Bitboul maintient ses estimations. « Notre plan n’est pas sous-estimé. Notre avion est très compétitif en termes de prix et notre programme est rentable. Certes, on peut être un peu plus prudent en essayant de bouger un peu le curseur et de monter légèrement les besoins en financement, pour montrer qu’on a un peu de réserves. Mais on est bien loin des montants qui ont été annoncés. » Serge Bitboul veut surtout retenir les bons points accordés par les experts à la qualité technique du Skylander.

L’atout du groupe industriel
Pour autant, « l’obtention de cash avec des partenaires financiers, c’est toujours bon pour le court terme, mais l’adossement à un groupe industriel, c’est mieux pour le long terme », estime un observateur public proche de ce dossier.

État et Région continuent de militer pour que Geci International se mette en quête d’un groupe industriel. « C’est une bonne idée. On n’a pas encore de nom à proposer, car il y a des options différentes. Nous les finaliserons d’ici fin juin », affirme Serge Bitboul. Ce dernier maintient également le calendrier de son programme avec un premier vol décalé à septembre 2013. En attendant, l’arrivée d’un partenaire financier a fait grimper l’action de 34 % à 2,46 € lundi matin.