#33418
devoitine520
devoitine520
Participant

24/10/2012 REPUBLICAIN LORRAIN

AÉRONAUTIQUE | APRÈS LA VISITE EN GUINÉE ÉQUATORIALE

Skylander, les étranges réseaux africains
La Françafrique au secours du Skylander de Chambley ! Serge Bitboul semble prêt à tout pour sauver son avion, quitte à flirter avec les réseaux d’affaires de droite dans l’ex-empire colonial français.

Le salut de Skylander viendra-t-il d’Afrique ? Peut-être. Serge Bitboul laissera-t-il des plumes à trop fréquenter certains réseaux actifs dans l’ancienne Françafrique ? Possible.
Depuis sa visite, jeudi, dans la sulfureuse Guinée Équatoriale dans le sillage de Claude Guéant, « l’ex-Monsieur Afrique » de Nicolas Sarkozy, que nous révélions hier (lire RL du 23 octobre), les connaisseurs du dossier s’interrogent. Gérard Longuet lui-même, pourtant avare de critiques pour avoir été de ceux qui ont porté le projet initial, sort de sa réserve : « C’est très maladroit. [Le président] Obiang sent le soufre ; jamais Bitboul n’aurait dû aller là-bas. En plus, s’il échoue [à récupérer de l’argent], ce sera encore pire. Quand on déjeune avec le Diable, on prend de longues fourchettes », lâche l’ancien président UMP de la Région Lorraine, faisant allusion à l’affaire « des biens mal acquis », dans laquelle est impliqué le fils du président Obiang. Comprendre : même si l’argent n’a pas d’odeur, Serge Bitboul n’aurait jamais dû s’afficher aux côtés du président-dictateur de cette quasi-monarchie pétrolière (3 e producteur du continent), dont la population est pourtant une des plus pauvres du monde. Lui n’y voit aucun problème : « Le président Obiang n’est pas son fils, que je sache ! Le président, qui est francophone, n’a pas de problème avec la France. Des grandes sociétés du monde entier participent à de fructueux courants d’échanges avec la Guinée, qui est en pleine expansion », rétorque le PDG de Sky Aircraft, obnubilé par le redressement qu’il doit opérer d’ici à six mois.
Guéant VRP de luxe
Cette descente en Afrique, aux faux airs d’opération de la dernière chance, réunit en tout cas une galerie de portraits qui fleurent bon la Françafrique « à la papa ». Celle-là même dont François Hollande a voulu solder les comptes lors de son dernier déplacement à Dakar, puis Kinshasa, mi-octobre. On retrouve Claude Guéant, nouvel avocat qui fait profiter de son entregent, en présentant un « chef d’entreprise en difficulté » – comme il l’a dit à nos confrères de l’Express – à un de ses futurs clients, l’opulent président Obiang. Obiang dont le fils Téodorin est une des principaux mis en cause de l’immense affaire des biens mal acquis, instruite en France. Nadine Morano, leader UMP de l’opposition au conseil régional de Lorraine, qui dit entretenir des « contacts réguliers » sur le dossier Skylander avec l’ex-sherpa de Sarkozy, n’y voit pas malice. « Je ne peux pas tout vous dire, mais de nombreuses actions sont engagées à l’international. Je ne vois pas de mal à ce que Claude Guéant fasse profiter M. Bitboul de son carnet d’adresses », plaide l’ex-députée de Toul. Au passage, elle dit « croire toujours dans Skylander ».
Derrière Claude Guéant apparaît également son gendre, Jean-Charles Charki, dont l’entreprise de conseil, Iota, « est un partenaire de longue date », argumente Serge Bitboul. « C’est bien qu’un tel avocat [Claude Guéant] mette son nom et ses réseaux au service d’une telle entreprise, non ? », insiste-t-il. Reste que Jean-Charles Charki appartient à la galaxie des émissaires et intermédiaires de la finance post-coloniale entre la France et son ex-empire. Un de ses proches est le fils d’Alexandre Djouhri, ex-homme à tout faire de la chiraquie, devenu indispensable à Sarkozy comme à Villepin, comme le dit le journaliste d’investigation Pierre Péan dans La République des mallettes. Le Skylander dans tout cela ? Il risque la chute libre avant même d’avoir décollé.

Alain MORVAN.