#33433
devoitine520
devoitine520
Participant

Publiée le 12/12/2013
REGION Chambley : le grand vide laissé par le crash de Sky Aircraft
Porté à bout de bras par la Région, l’aménagement de l’ancienne base peine à surmonter le fiasco du Skylander. La panne n’augure rien de bon pour la majorité Masseret à l’approche des régionales de 2015.


L’ancienne base rebaptisée Planet’Air et les infrastructures qui l’accompagnent ont coûté plus de 100 millions d’euros. Photo L’EST REPUBLICAIN

Jean-Pierre Masseret avait promu « l’espace central » fer de lance de sa politique d’aménagement du territoire. Sitôt son premier mandat, en 2004, de président de Région, le socialiste opte pour une stratégie d’évitement du sillon lorrain. Imposer une alternative à l’attractivité de Metz et Nancy en dessinant une perpendiculaire, de Madine à Vandières (la gare TGV-TER, en mal de financement) passant par Chambley. Un moyen, pense-t-il, d’imprimer la marque régionale en « investissant » le ventre mou de la Lorraine.

En « investissant » au propre comme au figuré, si l’on se réfère à l’argent public injecté en près de deux mandats dans le seul aménagement de l’ancienne base, rebaptisée Chambley Planet’Air. Et ce, en dépit des « couacs » inaugurés, en 2007, par le faux-bond de l’explorateur Jean-Louis Étienne, boudant un hangar pimpant neuf, construit tout spécialement pour son dirigeable… et conclus le 16 avril 2013 par la liquidation de Sky Aircraft employant encore sur place 110 salariés.
« Vendre le site »

« Plus de 100 M€ partis en fumée », fustige rétrospectivement l’opposition régionale, addition faite des sommes engagées depuis 2007 dans l’acquisition de l’aérodrome, le vaste chantier de restructuration, la réhabilitation et la construction de bâtiments (hangars, tour de contrôle), viabilisation des terrains, voiries… Sans compter les aménagements routiers consentis par les conseils généraux de Meurthe-et-Moselle et de Meuse. Et, bien sûr, les 21 M€ d’avances remboursables qui seront apportées au projet d’avion Skylander de Bitboul, alors que celui-ci cristallisait encore les espoirs d’ancrage local de développement de la filière aéronautique lorraine. « L’argent engagé sur Chambley est une erreur », tranche aujourd’hui Nadine Morano, aussi définitive sur la récente reprise en main du dossier Madine par la Région : « Le développement du plan d’eau relève d’investisseurs privés, pas de fonds publics ».

Un chiffrage contesté par la majorité Masseret : « La base a été achetée à l’État en octobre 2008. Les travaux jusqu’à ce jour ont coûté 41 119 000 euros. On peut y ajouter 6 250 000 euros pour l’achèvement du chantier d’ici 2015 », objecte Patrick Abate, vice-président en charge du dossier. Tout aussi pressés d’oublier au plus vite l’échec de Sky Aircraft, les élus de la Communauté de communes du Chardon lorrain (39 communes, 10 000 habitants) veulent toujours croire en un décollage du secteur. « Localement, il n’y avait rien. Désormais on dispose d’un site aménagé. Bitboul, on y a cru. J’ai toujours salué l’audace du président de Région. C’est la première fois que les pouvoirs publics s’intéressent à nous », plaide Olivier Jacquin, maire de Limey et président de l’intercommunalité. « Avec tout cet argent investi, il reste à vendre le site à des investisseurs et lui trouver une utilisation pertinente », complète Jean-Pierre David, vice-président du Chardon lorrain. Pour l’heure, la Région dénombre 655 occupants. Mais l’addition ne craint pas d’aligner les choux et carottes. Seul, le site constitue le dénominateur entre les 230 salariés de la menuiserie industrielle Azur production et la centaine d’adhérents du club ULM. Idem entre les 160 inscrits du circuit auto Francis Maillet et les équipes du Mondial Air Ballons implantées dans le périmètre des 500 hectares de la base… Quant aux retombées positives pour les communes, elles restent à inventer.
Xavier BROUET.