#36216

Me262
Membre

La bombe atomique sur F-35 ne fait pas l’unanimité

Le 20/01/2014 à 14:43 | Par François Julian

Selon le général Norton Schwartz, ancien chef d’état-major de l’US Air Force, le Pentagone devrait abandonner l’intégration d’un armement nucléaire sur le F-35, afin de consacrer un budget plus important au développement de cette même capacité sur le futur bombardier LRS-B (long-range strike bomber). Norton Schwartz s’est exprimé ainsi lors d’une conférence organisée par le « think tank » Stimson Center, le 16 janvier dernier à Washington DC.

L’intégration de la bombe tactique B61 sur l’avion de combat de Lockheed Martin doit essentiellement permettre de maintenir une capacité de frappe nucléaire sur le sol européen. Vestige de la Guerre Froide, l’US Air Force possède toujours un petit arsenal de bombes B61 sur des bases de l’Otan en Europe, qui peuvent être installées sur F-16 et F-15E.

Selon Norton Schwartz, en l’absence d’un soutien financier de la part des pays de l’Otan, la capacité nucléaire du F-35 devrait être abandonnée au profit de celle du futur bombardier de l’US Air Force.

Pour autant, cette capacité pourrait également intéresser certains clients export de l’avion : le parlement belge évoque ainsi la possibilité d’acquérir des F-35 pouvant éventuellement emporter cette bombe nucléaire. Cette capacité pourrait également intéresser la Turquie.

Selon un rapport du congrès américain, le cout du développement d’une capacité nucléaire sur le F-35 couterait au bas mot 350 M$, sans compter le prix de l’intégration de l’armement.

Quoiqu’il arrive, il faudra également ajouter à la facture le cout de le rénovation à mi-vie de la bombe B61 estimé à plusieurs milliards de dollars.