#36134

Me262
Membre

Premier tir en vol pour le F-35

Le 10/08/2012 à 19:31 | Par Léo Barnier

Le F-35 vient de faire un grand pas en avant. Le futur avion de combat américain a réalisé son premier tir de munition pendant un vol d’essai. Le 8 août un F-35B, version de l’appareil à décollage court et atterrissage vertical (Stovl), a ainsi largué une bombe GBU-32 de 455 kg (1 000 livres), guidée par GPS via un kit JDAM (Joint Direct Attack Munition). Emportée en soute, la munition a été tirée à une altitude de 1 280 m (4 200 ft) alors que l’avion évoluait à une vitesse de 740 km/h (400 kts).

Pour ce tir initial le F-35B, immatriculé BF-03, est parti de la base aéronavale de Patuxent River (US Navy), où il est actuellement en évaluation. Il s’est ensuite rendu sur l’un des champs de tir de l’Atlantique (Atlantic test ranges), au large de la baie de Chesapeake dans laquelle se situe « Pax River », où il a procédé au largage.

Selon le captain Erik Etz (équivalent de capitaine de vaisseau), qui dirige les essais pour les variantes navales du F-35 (F-35B/C) au sein du Navair (Naval Air Systems Command), ce tir « représente une entrée significative dans une nouvelle phase de tests pour le programme F-35. » Il a néanmoins souligné que cette réussite n’était qu’un élément parmi des « centaines de vols et des milliers d’essais ».

En avril dernier, le Navair avait déjà mené au sol une campagne de tests d’éjection de munitions air-sol et air-air depuis la soute à bombe du F-35B, pendant deux semaines. Placé au dessus d’une fosse aménagée, l’avion a largué des GBU-12, GBU-32 et autres AIM-120. Des tests qui seront renouvelés pour la variante F-35C.

Si ce tir est certes une bonne chose pour le programme Joint Strike Fighter (JSF), celui-ci n’est néanmoins pas au bout de ses peines. Outre les essais de systèmes et d’armements, plusieurs éléments du domaine de vol restent à explorer, comme les évolutions à basse altitude ou à fort angle d’attaque. Autant d’éléments qui font glisser l’acquisition de sa pleine capacité opérationnelle par le F-35 vers la fin de la décennie.

A l’origine, il était prévu que la capacité opérationnelle initiale (IOC) du F-35B soit prononcée dans l’US Marine Corps (USMC) dès 2012. Aujourd’hui, la date de 2015 semble plus probable. Voire 2016, pour qu’il soit “militairement opérationnel”. Et ce malgré les progrès faits par le programme en 2011, après une année 2010 difficile, avec notamment une première campagne d’essais embarquée sur un porte-aéronef à l’automne. Le F-35B est aussi directement testé par les Marines, avec le BF-02 déployé sur la base d’Edwards (Californie) depuis le 25 juillet. Une deuxième doit avoir lieu cette année. Outre l’USMC, le Royaume-Uni et l’Italie se sont portés acquéreurs pour le F-35B.

Quant aux F-35A et F-35C (version navalisée pour les porte-avions dotés de catapultes et brins d’arrêt), les délais sont encore plus longs. Ils ne devraient arriver en unité, respectivement dans l’US Air Force et l’US Navy, qu’aux alentours de 2018-2019. Soit deux à trois ans de retard.