#34100

Me262
Membre

Le Rafale est-il de… gauche ? – 20-01-2014

La question peut sembler quelque peu ironique et pourtant ? Elle est licite depuis le voyage effectué pat le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian à Bordeaux Mérignac chez Dassault Aviation, le 10 janvier dernier. Le ministre avait dans sa poche, ce jour-là, un chèque de 1 milliard d’euros destiné à moderniser l’avion Rafale. Officiellement cette somme est destinée à développer le standard F3-R qui sera la dernière version disponible en 2018 de notre avion de combat national.

1 milliard d’euros ce n’est pas rien par les temps qui courent alors que les recettes fiscales rentrent moins bien que prévu. Jean- Yves Le Drian a trouvé la somme qui provient d’une commande de la DGA, la direction générale de l’armement, car il ne s’agit pas d’un prêt. L’Etat se rembourserait ensuite comme il l’a fait pour PSA Peugeot Citroën. Dassault Aviation est le french team regroupant SNECMA, THALES et MBDA qui vont effectivement toucher cet argent !

Après cette constatation on peut effectivement dire que le Rafale est un avion de gauche. D’ailleurs la gauche de tout temps a su depuis son retour au pouvoir en 1981 trouver les bons interlocuteurs pour rassurer le pouvoir en place et la grande Muette. On se souvient des excellents contacts qu’avait su initier Charles Hernu en tant que ministre de la Défense. On peut également citer Paul Quilès et Alain Richard qui, Mérignac s’en souvient encore, alla visiter l’installation bordelaise de Dassault en 1998.
En revanche, un ministre de droite, le libéral Gérard Longuet n’avait pas craint en 2011 d’évoquer un possible arrêt de la fabrication du Rafale après une série d’échecs pour le vendre à l’étranger.

A quoi va servir ce milliard d’euros ? Il va essentiellement permettre au Rafale de mieux tirer et de mieux voir. Il pourra par exemple emporter le missile air-air longue portée à statoréacteur, le Météor construit par le missilier MBDA. Il pourra également intégrer le pod de désignation laser de nouvelle génération réalisé par THALES. Ce pod va améliorer la précision déjà grande des frappes au sol et cela de jour comme de nuit. L’antenne active du radar va aussi être améliorée.

Ce sont de bonnes nouvelles pour l’usine Dassault de Mérignac réduite actuellement à la fabrication d’un avion par mois et pour les 500 entreprises qui comptent 7 000 employés. Dans un monde où la technologie va très vite, il ne fallait pas que l’avion phare de la marine et de l’armée de l’air française décroche. Ce milliard va conforter les atouts du Rafale dans les compétitions à l’export. Et là on se tourne vers l’Inde qui discute toujours pour une commande initiale de 126 appareils. On le sait, ce pays est en campagne électorale et apparemment le Rafale n’est pas devenu un sujet d’affrontement entre la majorité et l’opposition. L’Inde est toujours traumatisée par une possible attaque du Pakistan ou de la Chine et là-bas tous les responsables estiment que l’avion omni-rôle français est un bon choix. Tout en admettant que les chances françaises sont intactes, Eric Trappier, le patron de Dassault Aviation, admet que la signature pourrait intervenir après les élections. Dans les 6 mois, a-t-il même précisé récemment aux Echos. Gardons avec lui l’espoir d’un contrat courant 2014.

Reposons la question du début : le Rafale est-il de gauche ? Non répond le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, celui-ci n’a-t-il pas déclaré à Bordeaux que la France attachait une importance stratégique au secteur industriel de l’aviation de combat ? Donc le Rafale n’est ni de gauche ni de droite, il appartient à tous les Français. Il fait partie de notre patrimoine national ; Le Drian reconnaît qu’il doit « préserver et renforcer le programme arrivé à un niveau d’excellence » ; on l’a compris : le Rafale est sanctuarisé. Et c’est bien mieux ainsi.
.
Gérard JOUANY – aeromorning – janvier 2014