#38239

La rédaction
Admin bbPress

🙂 Quelques petites photos, prises au Musée de l’Air ou aux Ailes Anciennes du Bourget qui, je l’espère, vaudront mieux qu’un long discours :

D’abord, un Hispano-Suiza 12Y-45 qui équipait les D.520, équipés d’un canon HS-404 de 20mm :

Comme tu peux le voir, le réducteur (les engrenages, à l’avant) sont réhaussés, et la place à l’intérieur du V formé par les cylindres est laissée libre pour le canon ; dans le cas de ce moteur, et de ses dérivés (les Klimov M-100 à 107, et les 12Y suisses, yougoslaves et tchèques), le système d’alimentation est à l’extérieur, composé de 6 carburateurs, alimentant chacuns 2 cylindres.
Avantage : le système est plus facile à régler, il suffit d’un petit escabeau, et de démonter un panneau sur le côté de l’avion, et on a de la place.
Inconvénient : les carburateurs et les tubulures d’admission sont plus vulnérables, puis qu’il ne sont pas protégés par les blocs en fonte des cylindres, et il y a de l’essence qui circule tout près des pipes d’échappement …
Plus de photos ici–> http://www.39-45.org/viewtopic.php?f=65&t=37404&p=474717#p474717

Voici maintenant 2 photos d’un Rolls-Toyce Merlin (un Mk.XX de mémoire) :

Le système de suralimentation peut être plus important, et tout le système d’alimentation en air et en carburant du moteur est logé à l’intérieur du V formé par les cylindres.
Avantage : Le réducteur est cette fois plus bas, ce qui améliore l’aérodynamique, et l’alimentation est mieux protégée.
Inconvénient : pour régler ces moteurs, il faut disposer d’un petit échafaudage pour monter par-dessus l’avion, et déposer/reposer les capotages du dessus …