#38320

Mercator
Participant

Car une question subsiste : le jour où un tel appareil entrera en service, qu’adviendra-t-il du reste de l’aéronautique militaire ? Ne faudra-t-il pas revoir toute l’articulation liée à la surveillance du ciel ? Lorsqu’un SR-71 volait à Mach 3, la fenêtre de tir pour l’abattre n’était que de quelques secondes.

Personnellement et compte-tenu de la spécificité de cet appareil pour autant qu’il devienne opérationnel un jour, je ne pense pas que « le reste de l’aéronautique militaire » soit mis à mal sauf peut être sur un plan budgétaire car la conception d’une telle machine risque d’engendrer quelques menus frais de la part des gouvernants.

D’autre part, depuis les début de la détection d’engins volant, d’abord acoustique (+/- 1910) jusqu’à l’apparition des premiers radars (fin des années 1930), l’évolution des moyens (DCA, Traitement des données, communications, contre mesure, etc …) a toujours évolué de façon similaire . A n’en douter, la résistance de la cuirasse sera toujours adaptée à la puissance de la flèche.

Mercator 8) Stratège de pacotille