#32044

Me262
Membre

MAKS 2013 : l’aviation civile russe attendue au tournant

Le 23/08/2013 à 10:00 | Par François Julian

Moscou a t-il les moyens de ses ambitions pour faire de l’ombre aux constructeurs occidentaux d’avions civils ?

Pas de doute, le salon aéronautique MAKS, qui ouvrira ses portes mardi prochain dans la banlieue de Moscou, devrait être une belle démonstration de force pour l’aviation militaire russe. C’est par contre moins certain en ce qui concerne l’aviation commerciale. Pourtant Moscou a de solides ambitions dans le domaine, et aimerait bien faire jeu égal avec l’Europe et les Etats-Unis.

Mais il y a encore du chemin à faire. Dans le transport régional, le Superjet 100 de Sukhoï tarde un peu à prendre son envol. Le petit biréacteur de 90 places, propulsé par des moteurs franco-russe, ne bénéficie pas d’un succès commercial fracassant : le total de commandes fermes est de 179, dont la dernière a été enregistrée il y a plus d’un an. Il y a bien eu des annonces au dernier salon du Bourget, mais elles ne concernaient que des accords de principe. Coté livraison, là non plus rien de mirobolant : à ce jour, il y a 18 Superjet 100 en service dans le monde, dont deux au sein d’une compagnie occidentale, la mexicaine Interjet.

Le Superjet pourrait néanmoins bénéficier d’un petit coup de pouce avec le lancement en bonne et due forme d’une version VIP, peut-être durant le salon. Dévoilée il y a deux ans, cette version « jet d’affaires » a suscité l’intérêt de deux sociétés : Aviotech et Comlux. Projet à plus long terme : le lancement d’un dérivé de 130 places qui serait alors profondément modifié avec notamment une nouvelle aile et peut être de nouveaux moteurs. Un avion qui n’arrivera pas avant 2020, Moscou préférant d’abord se concentrer sur le MC-21.

Concernant justement le projet de moyen-courrier MC-21, Irkout mise dorénavant sur un premier vol en 2015 pour une entrée en service en 2017. Le développement semble progresser correctement, et de premiers éléments de structure devraient être dévoilés à MAKS. Mais là encore, il y a fort à faire pour imposer l’avion sur le plan commercial. Pour l’heure le MC-21 ne dispose que de 113 commandes fermes, auquel il faut ajouter 33 commandes faisant l’objet d’un MoU, et 39 commandes optionnelles. Irkout aimerait bien accrocher Aeroflot, mais la compagnie ne s’est toujours pas prononcée en faveur de cet « A320ski ».

Jamais à court d’idées, Moscou aimerait maintenant s’attaquer au segment long-courrier. Hier le vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine, lors d’une visite en Chine, a de nouveau soulevé l’idée d’un programme en coopération avec l’industrie aéronautique chinoise. Et cette fois, ce serait les bureaux d’études de Tupolev et Iliouchine qui pourraient s’y coller. Mais ça ne sera pas facile de déloger et Airbus et Boeing de ce marché. Surtout lorsqu’on voit comment les deux industriels se font une guerre sans-merci avec leur 787 et A350 respectifs…

Pour un panorama complet de l’industrie aéronautique russe, ne manquez pas notre n° 2370, en kiosque dès aujourd’hui.