#38611

Me262
Membre

Le vol MH370 les recherches repartent de zéro, de qui se moque-t-on ?

Aucune trace de débris d’avion n’a été retrouvée dans la zone de 850km2 ratissée par le sous-marin Bluefin-21, voilà ce qu’on a appris avec stupeur par un bref communiqué du centre de coordination des recherches (JACC) basé en Australie. Rappelons tout de même que le vol MH370, un Boeing 777 de Malaysian Airlines effectuant la liaisonKualalumpur-Pékin a disparu le 8 mars dernier. Il avait à son bord 239 personnes. Le navire australien Ocean Shield qui avait mis à l’eau le robot sous-marin américain Bluefin-21 est tout simplement rentré au port. L’équipage avait bien entendu des signaux acoustiques qui auraient pu faire penser aux deux boîtes noires du Boeing accidenté. En fait pas du tout. D’après un membre de l’équipage qui n’a pas voulu être cité, les bruits enregistrés sous la mer venaient tout simplement du robot lui-même. On croit rêver devant tant d’inconséquences. Tant pis pour les familles des 239 disparus!

Peu de temps auparavant la direction de l’aviation civile de Malaisie publiait des données satellitaires utilisées par les équipes de recherches. Le but de cette publication était très noble, rassurer les familles et montrer que rien n’était caché dans l’enquête. Et là encore j’ai envie de dire de qui se moque-t-on ? Ces données satellitaires représentent 47 feuillets absolument incompréhensibles pour le commun des mortels, cette initiative est ce qu’on appelle une fausse bonne idée.

Et si justement on nous cachait quelque chose ? Je n’ai aucune information permettant d’étayer ce doute mais mon petit doigt me dit qu’il y a un loup dans cette affaire. On connaît les très mauvaises relations qui règnent entre la Malaisie et la Chine. De là à penser qu’il y ait une mission d’espionnage ou une cargaison inavouable dans les soutes de l’avion ? Je n’en sais rien mais il y a trop d’incohérences dans les récits qui nous sont faits. La seule certitude est que l’avion, après avoir mis le cap sur Pékin, a fait demi-tour et est tombé quelque part dans l’océan indien. Avouez que c’est peu de chose après 2 mois et demi d’enquête.

Ce lundi s’ouvre à Doha (tiens les quataris nous ont aussi pris IATA) l’assemblée générale du transport aérien et le sujet du Boeing disparu sera évoqué de façon indirecte. Et c’est Air France KLM par la voix de son président Alexandre de Juniac qui va proposer à ses collègues un aircraft tracking. Il s’agit en fait de donner des positions en vol toutes les 10 minutes au centre de contrôle de la compagnie. En cas de changement inopiné de trajectoire, les informations seront envoyées toutes les minutes. Alexandre de Juniac propose aux autres membres de l’association internationale des transporteurs aériens d’utiliser des boîtes noires capables d’émettre 90 jours au lieu de 30 actuellement et d’affirmer à notre consœur du Journal du dimanche qu’ « il existe aussi une technologie récente qui permet aux signaux radio de mieux se propager dans l’eau ». Une idée qui intéressera certainement les compagnies d’autant plus qu’elle ne semble pas trop onéreuse. Mais nous sommes bien d’accord, Président, c’est que la préoccupation n°1 d’une compagnie est que les avions ne tombent pas dans l’eau.

La semaine prochaine, je vous raconterai le plus grand meeting aérien de France et d’Europe. C’est en tout cas le plus sympathique. Vous avez deviné qu’il s’agit du meeting de la Ferté Allais.

Gérard Jouany – aeromorning – juin 2014