Membre

Enfin…..MSN 7 est opérationnel.

http://www.defense.gouv.fr/dga/actualite/livraison-du-premier-a400m

http://www.lefigaro.fr/societes/2013/08/01/20005-20130801ARTFIG00443-la-france-a-receptionne-le-premier-airbus-a400m.php?page=&pagination=2#nbcomments

La Direction générale de l’armement (DGA) vient de réceptionner le premier exemplaire de série de l’avion de transport militaire A400M. L’appareil, qui porte le numéro de série MSN7, rejoindra demain la base aérienne d’Orléans-Bricy, sa base de mise en œuvre au sein de l’armée de l’air. La cérémonie officielle relative à cet événement aura lieu ultérieurement, en présence des autorités concernées.
L’A400M en vol

Cette première livraison est l’aboutissement d’un processus long, complexe et minutieux entre les équipes industrielles d’Airbus Military, les équipes étatiques des 7 nations partenaires et celles de l’organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR). Il comprenait :

– les deux certifications civile et militaire, concernant la sécurité de l’avion, finalisées il y a quelques jours ;

– la qualification, vérification des performances effectives de l’avion par rapport aux spécifications du contrat, prononcée le 31 juillet ;

– la réception de l’appareil MSN7, opérations de contrôle de l’avion, au sol et en vol, par les ingénieurs, pilotes d’essais et spécialistes qualité de la DGA.

Il convient de noter que l’équipage qui convoiera le MSN7 entre son site de production de Séville (Espagne) et la base d’Orléans-Bricy, est composé exclusivement de personnels navigants de l’armée de l’air. Leur formation, ainsi que celle des techniciens chargés du soutien de l’A400M, s’est partagée, depuis janvier 2013, sur plusieurs sites en Europe : Toulouse, Séville et Brême.

Avion de transport militaire à la fois stratégique et tactique, à la pointe de la technologie, l’A400M est sans équivalent sur le marché mondial. Equipé de quatre turbopropulseurs, l’A400M est conçu pour transporter jusqu’à 37 tonnes et réaliser l’ensemble des missions liées au transport, notamment les liaisons inter et intra-théâtre, les poser d’assaut sur terrains sommaires, l’aérolargage de personnel et de matériel y compris à très grande hauteur, le ravitaillement en vol ou les évacuations sanitaires.

Sept pays clients participent au programme de l’avion de transport européen A400M : Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Turquie, Belgique et Luxembourg. La France est le premier pays à recevoir des avions A400M.

 
Membre

Retrouvez en lien l’essai en vol de l’A400M réalisé par Air&Cosmos cet été :

http://www.air-cosmos.com/static/A400M/index.htm

 
Membre

J’en connais quelques-uns qui vont pouvoir enfin se reposer après presque 50 ans de service 🙂

 
Membre

soit pas trop presait , il reste encore plusieur année de teste et il vas falloir su temps pour qu’il soit tous livre. malgré, un travail penible et dangeureux , le transall aura pas le doit a la retrait a 50an. d’apres une connaissance (para il y plusieurs année) le transall etait bien car tu pouvait voire l’objectif avant le saut car tu pouvait voir literallemente a travers

 
Membre

Certes mais la quille n’a jamais été si proche malgré tout…
@phenix wrote:

tu pouvait voir literallemente a travers

Comment ça « voir littéralement à travers » ? Il était rouillé à ce point ? 😛

 
Membre

@simon wrote:

Certes mais la quille n’a jamais été si proche malgré tout…

sa revien a dire que j’ai jamais etait aussi vieux
@simon wrote:

Il était rouillé à ce point ? 😛

se ce qu’on dit c’est surment, amplifier mais baser sur du vrai

pour en revenir au petit jeune, mon pere a cru (il s’y connait pas beaucoup en aeronautique) voir un A400M au dessus de Poitiers , il fessait surment des testes pour voire les pistes de secoure autour d’orlean, je sait que l’A350 a fait des passage similaire au dessus de mont de marsan quelque jours apres sont premier vol

 
Membre

L’A 400M, un avion inexportable ?

Je sais qu’en écrivant cette chronique,je risque de déclencher la polémique. Je sais parfaitement qu’il y a des sujets tabous dans le secteur aéronautique. Ce secteur n’est d’ailleurs pas le seul à pratiquer le déni .Alors, je me jette à l’eau.

J’écrivais au lendemain de la remise du premier A 400M à l’Armée de l’Air française que les 8 pays qui ont commandé l’avion (Belgique, France, Allemagne, Luxembourg, Espagne, Turquie, Royaume-Uni et Malaisie) pouvaient éprouver un légitime sentiment de fierté à l’égard de cet A 400M. Je remarquais que le nouvel appareil avec ses ailes hautes et ses 4 turbopropulseurs équipés d’hélices géantes était impressionnant. Rien à voir avec le vieux Transall qu’il remplace. Je mettais aussi le doigt sur les performances exceptionnelles de la nouvelle machine qui vole
à plus de 700 km à l’heure et qui peut emmener une charge de 30 tonnes sur 4500 km.

Reste que l’avion n’est commandé qu’à 174 exemplaires. « A cet instant le programme de 20 milliards d’euros investis n’est pas rentable », regrettait Marwan Lahoud, le patron de la stratégie d’EADS. Celui-ci estime le potentiel de l’avion à l’export à 400 exemplaires. Les vendeurs de l’A400M rendront bientôt visite aux armées du Golfe et à celles d’Asie-Pacifique. Même dans les pays que l’on dit moins touchés par la crise, il ne sera pas facile de vendre un avion qui doit coûter autour de 135 millions d’euros l’unité.

Et puis l’A 400M est extrêmement complexe. On se souvient encore des retards pris pour la mise au point du logiciel régulant les 11 000 chevaux développés par chacun des turbopropulseurs. Il possède des capacités de vol à basse altitude sans visibilité extérieure grâce à un suivi de terrain sur fichier numérique. Pour utiliser pleinement ses capacités, il faut former des pilotes et des navigateurs. La base 123 d’Orléans a d’ailleurs prévu une école pour aguerrir les spécialistes.

Et là on ne peut s’empêcher de penser au syndrome Rafale. L’A 400M est polyvalent comme l’est le Rafale. Il est cher comme le Rafale et lui aussi nécessite des compétences pour le faire voler. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, nous disait qu’il n’y aura pas de concurrence pour l’Airbus militaire avant 10 ans. C’est possible mais il ne faut pas oublier que Lockeed Martin continue de vendre des C 130 à des pays émergents à des prix cassés. Le C 130 a 50 ans, il est donc amorti depuis longtemps et continue d’occuper le marché grâce à quelques modernisations à la marge. L ‘Inde vient d’ailleurs d’en commander 6 exemplaires.

Et puis le commerce des armes est l’un des plus dépendants de la conjoncture. Officiellement, Dassault doit vendre 126 Rafale à l’Inde. Le contrat devait être finalisé d’ici la fin de l’année. Ce sera désormais pour le début 2014 car l’homme qui menait les négociations du coté indien est décédé. Et voilà que la roupie a perdu 25 % de sa valeur, sans que quiconque ait vu le phénomène arriver et tous ces éléments changent la donne !

Alors, si les mêmes causes produisent le mêmes effets, j’ai bien peur que l’A 400 M reste pour longtemps le compteur bloqué à 174 exemplaires. Et je ne parle pas même pas des éventuelles annulations qui pourraient venir des 8 clients qui ont permis de lancer ce très beau programme européen !

Gérard Jouany – AeroMorning – octobre 2013

 
Membre

En gros « Si mon client n’a pas d’argent, il ne pourra pas acheter ce que j’ai à lui vendre »…
Il n’aurait pas un certain La Palisse pour aïeul ce type ?
Ils sont marrants ces journaleux, à chaque sortie d’un nouveau matériel Made in France, il faut qu’ils nous ressortent les lois du commerce. Que fallait-il faire ? Rénover et moderniser les Transall ? Faire une telle chose reviens quasiment à refaire un nouvel avion. Certes, le coût aurait été moins élevé mais qui nous dit que les ricains n’auraient fait encore plus de forcing avec leurs C130 ? Résultat : On n’en aurais quand même pas vendu et nos armées seraient resté à l’ère de la fourgonnette volante…
L’A400M est peut-être cher, mais il permet de propulser enfin l’Europe dans l’ère du transport stratégique. Et puis, sa modernité limite peut-être le nombre d’acheteur potentiel mais, contrairement au Transall (et au Rafale), il est le seul sur son secteur, alors pour une foi, ne soyons pas si pessimiste. D’ailleurs, ses moteurs à hélice lui donnent la capacité d’atterrir sur des pistes inaccessibles aux C-17 et C-5, alors peut-être même que les ricains… 😈

 
Participant

On aurait dû acheter des Antonov 70. Point barre. En plus c’est un produit européen, meilleur et moitié moins cher.

 
Membre

Je l’avais oublié celui là !… Bon sang ! Nous mentirait-on quand on nous dit que l’A400M n’a pas de concurrent ? 👿
Ceci dit, il est certes moins cher mais force est de constater que personne n’en veux (juste 60 pour la Russie (autrement dit : rien) et 23 pour l’Ukraine)…
A ce rythme là il risque bien de suivre la trace du F-35 et voir son prix de vente gonfler…

 
Participant

Le problème (qui me fout grave les boules), c’est que l’Ukraine n’a pas l’argent pour continuer les essais en vue de la certification, et encore moins pour lancer une production en série… en attendant que la Russie revienne dans le business (ce qui peut ne jamais arriver (par excès de fierté)), l’avion est en stand by 😥

Pour ceux qui ont le courage (anglais) :

http://en.for-ua.com/analytics/2013/09/19/130036.html

 
Membre

J’aime mieux ça ! (Pour l’industrie et l’emploi en France, mois pour le porte-monnaie du contribuable…) 😉

 
Membre

facon les avionneur sontdes menteur, il te pomette la lune pour l’euro symbolique, signe le contrat, puis t’avoue que la masse a vide vas double et le prix aussi. c’est se qui serait arriver avec l’antonov.

se que se « journaliste » (je croyais qu’un journalite devait cherche des infos pour en deduire des conclusion sertaine, pas donner des info que tout le monde connait (l’A400M est performent et vendu a 8pays) avant des sortir une reponse nomende (il ne s’exportera peut etre pas….ou peut etre que si) peut fait une comparaison sans rien conetre a l’aeronautique (l’a400M c’est comme le rafale (faut il le rafale est franco-français ,l’A400M mulinationale donc multiplie est pression politque) il sont cher (l rafale est pas plus cher que le typhoon) et complique (pour avoir travailer sur un breguet deux pont et avoir fait un stage sur rafale, je peut vous qu’avait un ordi(qui contient la doc technique) une petit grue speciale et un berceau moteur et quate type lambda je te dessant un reacteur de rafale, j’en dirait pas attant du deux pont)) c’est que (comme dit plus haut) l’A400M pofite des pression politque de nombreux pays et du groupe EADS, contrairement a la rafale team (france+dassault) tant decrier

 
Membre

Quand le journaliste dit qu’ils sont compliqués, il veut dire qu’ils disposent de raffinements technologiques inutiles et/ou inaccessibles à beaucoup de pays.
Beaucoup de pays ont juste besoin de « camions volants », ils se fichent royalement des petits raffinements du genre « glass cockpit » ou « radar de cartographie pour vols tactiques » et autres « systèmes d’auto-protection antimissiles ». De plus, si l’informatique permet désormais de faciliter et réduire considérablement les coût de maintenance… encore faut-il pouvoir accéder à cette technologie. C’est un peut moins le cas aujourd’hui, mais pendant longtemps, une panne sur une bonne vielle 2cv a été bien plus facile à déceler pour un petit garagiste qu’une panne sur le dernier modèle haut de gamme de chez Audi qui dispose pourtant d’un système de diagnostique informatisé… Cela pour la simple raison qu’ils n’étaient pas équipés. 😉

 
Membre

Ravitaillement en vol de l’A400M : premier contact « humide »

Le 06/12/2013 à 11:55 | Par Guillaume Steuer

C’est un petit pas supplémentaire vers l’obtention d’un standard opérationnel complet : l’A400M a réalisé samedi 30 novembre son premier contact « humide » lors d’un essai de ravitaillement en vol mené depuis un C160 Transall de l’armée de l’Air. Jusqu’alors, les travaux d’ouverture du domaine de vol pour le ravitaillement n’avaient encore jamais inclus de transfert de carburant.

« Cet essai nous a également permis de finaliser les lois de commandes de vol spécifiques à cette phase délicate qu’est le ravitaillement en vol », précisait hier matin Tony Flynn, pilote d’essais chez Airbus Military, à l’occasion d’un briefing à Séville. Ce standard logiciel, qui pourra faire l’objet de quelques ajustements selon le type de ravitailleur utilisé, doit faire l’objet d’une qualification en bonne et due forme courant 2014. Les premiers contacts humides sur A330 MRTT (en l’occurrence un appareil britannique) sont également attendus en début d’année prochaine.

Parallèllement se poursuivent les essais visant à permettre à l’A400M de jouer le rôle de ravitailleur. « Les tests aérodynamiques des nacelles de ravitaillement sous voilure ont été menés à bien cette année », explique Tony Flynn, ajoutant que les travaux de qualification de l’Atlas dans cette configuration devraient théoriquement être achevés d’ici la fin de l’année prochaine.

 
Membre

Première mission « opex » pour l’A400M

Le 31/12/2013 à 13:02 | Par François Julian

C’est à la faveur d’un déplacement du ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, au Mali, que l’A400M a réalisé sa première mission sur un théâtre opérationnel. Le 29 décembre dernier à 6h40, MSN 8 (deuxième A400M livré à la France) a décollé de la base d’Orléans-Bricy pour acheminer du fret destiné à l’opération « Serval ». L’avion a desservi les aéroports de Bamako et de Gao, au Mali.

A son bord se trouvait 22 tonnes de matériel. L’avion a également transporté du personnel et une délégation de journalistes dans le cadre du déplacement du ministre de la Défense. Le retour en France est prévu aujourd’hui.

Dans un communiqué, le ministère de la Défense indique qu’il a fallu 7 heures à l’A400M pour rallier le Mali. Il aurait fallu 9h30 à un C-130 pour faire le même trajet, avec seulement 9 tonnes à bord.

Point intéressant : cette première mission opérationnelle s’est faite dans le respect des règles internationales de circulation aérienne civile. Il n’a donc pas été nécessaire d’obtenir de dérogation pour que l’A400M puisse traverser les différents espaces aériens qui l’ont conduit jusqu’au Mali. Ceci est lié au fait que l’A400M est un avion militaire certifié selon des normes de sûreté civiles. Cette certification a été accordée par l’AESA.

Le premier A400M de série (MSN 7) a été livré à l’armée de l’Air le 1er août 2013. Le deuxième avion (MSN 8) a été réceptionné le 6 novembre dernier. L’A400M est toujours en phase d’expérimentation dans l’armée de l’Air. Il ne sera véritablement déclaré opérationnel qu’à l’automne 2014. La France doit réceptionner un total de 15 A400M d’ici 2019.

 
Membre

bonjours, cette apres-midi en allant faire les course , j’au vu un a400M (c’est cool de vivre a paul sabatier), une scène tout a fait banale si un deuxième ne le suivait pas a cent ou deux-cents mètre. quelqu’un sait pour quoi il on décoller si pres l’un de l’autre? j’ai penser d’abors a un photo en patrouille, mais pourquoi ne pas les faire décoller séparément et les rassemble en vol. ou a une mesure de trainé, mais pourquoi utiliser un autre A400m?

 
Membre

Premiers aérolargages pour l’A400M

Le 12/03/2014 à 12:36 | Par François Julian

Airbus Defence & Space annonce aujourd’hui que l’A400M a terminé sa première campagne d’essais d’aérolargage. Cette dernière s’est déroulé en France, plus particulièrement au dessus de Fonsorbes (Midi-Pyrénées).

Pendant deux semaines, et durant onze vols, l’avion a largué depuis sa rampe arrière un total de 26 chargements, allant de la palette de 255 kg à celle de 4 tonnes. Des chargement plus légers (15 à 320 kg), ont également été parachutés depuis les portes latérales arrières.

C’est l’avion d’essais MSN 004 qui a servi à ces essais.

 
Membre

@phenix wrote:

bonjours, cette apres-midi en allant faire les course , j’au vu un a400M (c’est cool de vivre a paul sabatier), une scène tout a fait banale si un deuxième ne le suivait pas a cent ou deux-cents mètre. quelqu’un sait pour quoi il on décoller si pres l’un de l’autre? j’ai penser d’abors a un photo en patrouille, mais pourquoi ne pas les faire décoller séparément et les rassemble en vol. ou a une mesure de trainé, mais pourquoi utiliser un autre A400m?

Peut-être est-ce effectivement pour une photo de pub Airbus.
Pour l’anecdote il y’a un certain temps j’avais eut la chance de voir un troupeau de cargo en patrouille direction sud>nord vers Toulouse; je ne rappelle plus l’ordre mais ils étaient très proche; l’un des A400 proto (n° non identifiable), 2 C-160 Transal, un CASA C-235 ou 295 puis enfin un C-130. Un beau vol en plein jour, un rassemblement comme en meeting 😉

 
Membre

Bonjour à tous . Ces deux A 400M je les vois passer presque tous les jours à la verticale de mon domicile (pas loin de la base de Cazaux ) Peut être pour se ravitailler ou prendre du fret . On les entends arriver . Ils ont un bruit très particulier . Je crois qu’on les nomme aussi Hercule . Depuis une semaine il y en a plus qu’un . Ils ont un empennage arrière qui les fait reconnaitre sans erreurs . Quoi qu’il en soit ce sont de très belle machines vu d’en bas .J.S.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 23)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.