Membre

Roland de la Poype de « Normandie-Niemen » est mort
à l’age de 92 ans !

 
Membre

Une page de l’Histoire de France s’est envolée vers le firmament éternel. 🙁 🙁 🙁

grizzli 
Membre

N’abîmez pas le nom de ce héros : Roland Paulze d’Ivoy de la POYPE.

 
Membre

😥 Adieux beau chasseur Merci à toi et tes camarades du Normandie Vous aviez choisi le front le plus rude pour vous battre pour notre liberté.
Nous n’oublions pas

devoitine520 
Participant

Le NEU-NEU ne sera bientôt plus qu’un souvenir que le vent de l’histoire balayera… Qui s’en souviendra dans notre monde où l’héroïsme de ceux qui ont un jour dit « NON! » ne sera plus rien d’autre qu’une anecdote… On y va à grands pas.

Annonce du décès sur le site du neu-neu: Roland de La Poype Compagnon de la Libération, nous a quitté mardi 23 octobre 2012 à l’age de 92 ans. Il était le dernier pilote survivant du premier contingent parti sur le front de l’est en 1942. M. Roland de la Poype était un des quatre Héros de l’Union Soviétique du Normandie-Niemen. Après sa brillante carrière de Pilote de guerre, Roland de la Poype est devenu un grand industriel et créé le Marineland d’Antibes. L’Ordre de la Libération indique que ses obsèques seront célébrées le mardi 30 octobre à 10h en la Cathédrale St-Louis des Invalides. Les honneurs militaires lui seront rendus.
Les membres du mémorial Normandie-Niemen adressent leurs sincères condoléances à la famille et à tous ces proches.

Adieu Monsieur et bon vol…

 
Membre

Encore un grand soldat qui à effectué son dernier vol.

 
Participant

Bonsoir a tous amis des Ailes ,

Nous perdons un Grand Homme … Paix a son Âme , ( Il était pour info le Père Fondateur du Marineland de Antibes )

 
Membre

Triste nouvelle !

Paix a son ame !

 
Participant

отдых в мире

 
Membre

Bon vol Monsieur le Marquis 😥

 
Membre

Roland de la Poype : où étaient les politiques ? où étaient les avions ?

Les responsables politiques de notre pays ont brillé par leur absence lors des obsèques de Roland de La Poype, mardi aux Invalides. Celui qui venait de mourir était sans doute le dernier héros de l’aviation française de la seconde guerre mondiale : compagnon de la Libération, héros de l’Union soviétique, grand croix de la Légion d’honneur et j’en passe. Excusez du peu. Mais ce n’était sans doute pas assez pour qu’un ministre se dérange… Pas un responsable politique n’avait fait le déplacement : on a connu de plus grands empressements à se montrer sur la photo.
L’armée de l’air était là, évidemment, avec son chef d’état-major, mais n’aurait-elle pas pu rendre un dernier hommage en faisant voler deux Rafale du Normandie-Niemen au-dessus des Invalides, quand on sait que la Patrouille de France n’hésite pas à saluer les coureurs du Tour de France… Et que deux Alphajets s’étaient déplacés pour l’enterrement de l’acteur Christian Marin. Laverdure plus fort que La Poype ?
Le 18 juin 1952, le général De Gaulle s’adressait en ces termes aux anciens des Forces aériennes françaises libres : « Désormais, que passe le temps, que s’étale la médiocrité, que déferlent d’autres soucis, rien n’effacera de la Gloire de la France ce que vous lui avez offert ».

Jeudi 1 Novembre 2012
Jean-Dominique Merchet

 
Membre

Magnifique

Voici l’éloge funèbre de Roland de La Poype, ancien du Normandie-Niémen, prononcée hier par Max Armanet lors de ses obsèques à Saint-Louis des Invalides. Si les choeurs de l’Armée rouge avaient fait le déplacement, on ne peut pas en dire autant des autorités politiques de notre pays. Roland de La Poype était simplement Compagnon de la Libération, héros de l’Union soviétique, Grand-Croix de la Légion d’honneur. (Voir le site de l’Armée de l’air )

Il est des hommes qui nous marquent. Il est des hommes qui nous entraînent. Il est des hommes qui nous illuminent. Nous sommes tous là, aujourd’hui, pour répondre à l’invitation de Roland de la Poype. Pour la dernière fois, nous voilà réunis autour de lui, autour d’une table, pour partager en sa compagnie le pain et le vin. Repas symbolique, partage spirituel, devant nous, le corps de Roland de la Poype au pied de cet autel, dans le chœur de cette église, en nous, son esprit dans le cœur de chacun.
>
> Compagnon de la Libération, héros de l’Union soviétique, grand-croix de la Légion d’honneur, ils sont deux dans notre histoire à avoir réuni ces distinctions exceptionnelles. Roland de la Poype, Marcel Albert. Deux frères d’armes qui furent l’honneur de la France d’avoir traversé le monde pour se retrouver aux côtés de leur frères russes et résister à la barbarie nazie. Deux preux dont l’amitié incarnait le tissu de la France recousu. Marcel Albert, le titi métallo de Billancourt et Roland de la Poype, l’aristo lunaire d’Anjou. C’est l’épopée du Normandie-Niémen, voulu par le Général de Gaulle, contre l’avis des alliés anglo-saxons, Groupe de chasse numéro 3, quatorze pilotes, cinquante mécanos, débarqués sur la terre russe en novembre 1942 alors que la Bataille de Stalingrad bat son plein. De ce premier contingent, quatre pilotes revinrent vivants.
>
> Pendant trois années, cette poignée de Français libres va arpenter l’immensité russe pour témoigner de la fraternité de la France face à l’ennemi fasciste. Au final, le meilleur score de la chasse française avec 273 victoires homologuées. Quatorze d’entre elles furent le fait de Roland de la Poype. Roland de Roncevaux avait entre ses mains Durandal, Roland de la Poype a un Yak, le n°24 sur lequel son mécano a peint une gueule de requin. Il appartient au 18ème régiment de la Garde commandé par le colonel Goboulov, unité de la prestigieuse 303ème division aérienne sous les ordres du général Zakharov. Mais le résultat de la présence du Normandie aux côtés des Russes ne se réduit pas à un score, elle refonde les bases légendaires d’une amitié entre les peuples qui dure encore.
>
> Pour résumer cette épopée, Roland citait un exploit de pure fraternité qui, lorsqu’il l’évoquait, soixante ans après, lui nouait encore la gorge : le sacrifice de Maurice de Seynes.
>
> La tradition sur le front russe était d’emporter lors des vols de liaison, dans la soute du Yak, le mécano attitré de l’avion. L’affection qui se tissait entre le pilote français et le mécanicien russe sont des liens que seules les misères d’une pareille guerre permettent de tisser. Le 15 juillet 1943, lendemain de la fête nationale française, changement de terrain. Les quatre escadrilles décollent les unes après les autres du terrain de Doubrovka. Maurice de Seynes emmène Vladimir Bielozoub, coincé derrière le siège du pilote, dans la soute, sans parachute. Au bout de quelques instants, de Seynes revient, l’habitacle envahi de fumée. Aveuglé, tentative après tentative, de Seynes essaie de se poser. Vainement. Le commandement français puis russe, lui ordonne d’abandonner son avion et de sauter en parachute. La vie d’un pilote expérimenté est une denrée rare et précieuse. De Seynes refuse. Sauter, c’est abandonner Bielozoub. Les camarades restés au sol entendent la respiration oppressée de leur camarade qui se mure dans le silence. Tous approuvent dans leur cœur le choix de Maurice. Ils feraient de même. Quelques instants plus tard, à l’issue d’une ultime tentative, l’avion percute le flanc d’une colline proche. Maurice de Seynes et Vladimir Bielozoub ont été enterrés côte à côte dans la terre de Doubrovka. A la fin de la cérémonie, les enfants du village sont venus déposer un bouquet tricolore de fleurs des champs sur les tombes des deux amis. Une semaine plus tard, à l’issue des féroces combats entourant le franchissement du fleuve Niémen, Staline accordait au groupe de chasse Normandie la dignité d’accoler à son nom celui de Niémen. En Russie, le nom des deux héros et le nom de Normandie-Niémen sont toujours connus par tous les écoliers et toujours enseignés avec respect.
>
> Sans le Normandie-Niémen, sans les étoiles de Héros de l’Union soviétique accordés à quatre de ses aviateurs, sans le baiser à la Russe, sur la bouche, que Staline donna à Pouyade, le commandant du désormais célèbre Neu-Neu, selon son surnom familier, à la Noël 1944, les accords signés entre la France et l’Union soviétique la même nuit ne l’auraient pas été ; la France n’aurait sans doute pas été autorisé par Staline a figuré à la table des vainqueurs de Berlin, le 8 mai 1945. L’épopée Normandie-Niémen nous enseigne qu’il n’est pas de grande politique durable sans humanité. Ces garçons de vingt ans qui firent sérieusement, la guerre dans l’honneur jusqu’à la victoire, aimaient rire, vivre, aimer. Ils faisaient juste leur devoir de Français, sans lequel il ne peut exister nulle prétention à l’exercice d’aucun droit.

A côté de La Poype, Albert, le duo légendaire du Normandie, Marcel Lefèvre , Jean de Pange, Pierre Pouyade, Joseph Risso, les mécanos Georges Marcelin, Alexandre Kaprolov. Fraternité des gens de l’air… Et puis les amis d’Angleterre Jean Maridor, Christian Martell, Charles Ingold, Henri de Bordas, Claude Raoul-Duval, Pierre Clostermann, Paddy Finucane, « We few, we happy few, we band of brothers », disait Shakespeare.
>
> La France libérée, Roland de la Poype a quitté l’uniforme, pris un métier, épousé une femme, fondé une famille qu’il a profondément aimée. Entrepreneur visionnaire, il réinvente l’industrie du plastique. Il créé le berlingot Dop, dessiné par Vasarely, ce conditionnement de shampoing commode et bon marché qui révolutionne l’hygiène en France. Ses emballages plastiques de l’agroalimentaire sont les plus présents en Afrique et en Amérique latine. Maire de Champigné, membre actif de l’Aéro-Club de France, la maison des ailes françaises, plus ancienne institution aéronautique au monde et dont il reçu comme Guynemer la grande médaille d’or. Roland touche à tout ; il invente une voiture économique, écologique, modulable, la Méhari, présente dans tous les musée de design. L’environnement pour lui est une passion avant qu’elle ne soit une mode. Il fonde le Marineland d’Antibes afin de permettre à ses contemporains de connaître la vie des grands animaux marins. Mais au milieu de ce parc éblouissant, il dresse un magnifique musée de la marine ainsi qu’un autre rendant hommage au débarquement de Provence d’Août 1944. La distraction se conjugue alors à la connaissance, à l’histoire, à la culture. On n’en finirait pas d’évoquer les projets futuristes que Roland de La Poype, jusqu’au bout, ne cessaient d’imaginer. Au final, il aura fait plusieurs fois fortune, réinvestisant à chaque fois le gain accumulé afin d’entreprendre une nouvelle aventure. La preuve par trois, en des temps où la cupidité est louée par les petits et les grands, que l’on peut faire fortune et enrichir la collectivité. ( pas étonnant qu’on n’ait pas vu aux obsèques un seul membre de ce  » gouvernement « …. ) 👿
>
> Toujours léger, il refusait farouchement tout statut d’icône, moquait tous ceux qui l’abordaient avec componction et solennité. Il détestait les contraintes mais vouait une une incroyable fidélité à la parole donnée. Nous eûmes quelques échanges philosophiques, que je recopiais précieusement sur mon carnet. Un jour, j’ai posé la question à Roland de la Poype :

– Dans le combat qu’est-ce qui distinguait un aviateur de la France libre d’un aviateur nazi ?
> – La conscience que nous nous battions pour la liberté et la dignité, les Nazis pour l’esclavage et l’humiliation. C’était une guerre juste.
> – Qu’est ce qu’une guerre juste ?
> – Une réponse proportionnée à la menace, indispensable, tout les moyens de droits ayant été épuisés, sans but caché, sans violence inutile. C’était ça, la France libre. Pas facile la guerre juste !
> Alors, il m’a répété la phrase de son maître, le plus jeune as de la « Bataille d’Angleterre », Wing commander à vingt et un ans, l’année de sa mort, l’Irlandais catholique Paddy Finucane « I shoot to hit the machine, not the lad in it. » « Je tire sur la machine, pas sur le gars dedans. »
>
> Roland témoignait:
> On peut faire la guerre sans l’aimer.
> On peut aimer la vie sans craindre la mort.
>
> Roland de la Poype s’inquiétait:
> Où apprend-on aujourd’hui à être un soldat de la République ?
> Où apprend-on à prendre les armes lorsque les valeurs universelles qui nous fondent sont menacées ?
>
> Roland s’est éteint rempli des forces que donne l’amour en tenant la main de son épouse Marie-Noelle, de cet amour plus fort que la mort, qui continue une fois la terre quittée.
> Bientôt les cendres de Roland de La Poype reposeront dans une petite chapelle des terres froides et solaires du Dauphiné, berceau de sa famille. Monter au ciel, quoi de plus prévisible pour un aviateur ? Rejoindre ses camarades, voler dans le ciel plan dans plan, comme soudés les uns aux autres, continuer à blaguer et à regarder du coin de son œil bleu ses amours, ses amis, restés sur terre.
>
> This is it Chaps ! Dasvidania Tovaritch ! Adieu Roland !

 
Participant

😥 En effet tout simplement magnifique… 😥

 
Membre

Il est plus facile de se montrer sur le podium à Marseille, ou ailleurs que d’honorer un vrai HÉROS de la France.

RIP M. Le Marquis

 
Membre

Je viens d’apprendre en relisant un vieux numero de « Gazoline » que Roland de la Poype, industriel plasturgiste apres la guerre, est le concepteur de la Citroen Mehari !

devoitine520 
Participant

Une anecdote au sujet de la méhari… En 74, durant l’hiver 74/75 j’ai été désigné par mon colonel alors qu’on était en manoeuvres à MUNSINGEN en Allemagne, camp militaire connu comme la petite sibérie, pour essayer sur ce véhicule un affut comprenant deux AA52 (fusil mitrailleur). Il avait fait -22° la nuit… On est parti avec un brigadier (caporal) sur le pas de tir pour essayer le truc. On a chargé deux bandes de cartouches et on a tiré sur les cibles… En moins de temps qu’il faut pour le dire la carrosserie s’est brisée en mille morceaux, la matière n’ayant pas résisté aux vibrations du tir…J’ai rendu mon rapport qui mentionnait « test négatif »…
Dans ce camp en 1974 la terre rendait encore des cadavres de soldats de la Wehrmacht qui avaient été ensevelis écrasés par des chars durant la dernière guerre… Je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui…

 
Admin bbPress

Georges Marcelin

Un des mécaniciens de la première campagne du GC.3 « Normandie » nous a aussi quittés avant-hier ; ses obsèques seront célébrées demain à 13h à Cannes (06).

Il était un membre très actif du Mémorial Normandie-Niemen. Voici sa biographie, par Yves Donjon :

    Georges Marcelin est né le 18 février 1921 au Caire (Egypte).
    En 1939, il est étudiant aux Arts et Métiers à Tarbes. Rentré pour les vacances au Caire où se trouve sa famille, il est bloqué en Egypte par la déclaration de guerre. Il effectue alors divers stages dans les raffineries de sucre où travaille son père.
    Il s’engage pour la durée de la guerre le 6 janvier 1942 dans les FAFL (matricule n° 40.491).
    Affecté comme élève mécanicien à la BA de Rayack, il est nommé caporal le 1er avril 1942. Il sort major de sa promotion et est nommé caporal-chef le 1er septembre 1942. A cette même date, il est affecté au G.C.III « Normandie » sur la demande du commandant Pouliquen. Il arrive à Ivanovo en Russie le 29 novembre 1942 et participe à la première campagne en qualité de mécanicien avion. Le 14 juillet 1943, il est promu sergent. Muté au Moyen-Orient, il est de retour à Rayack le 7 octobre 1943, après un mois de permission, avant d’être affecté au G.C. III/3 « Ardennes » le 1er novembre 1943.
    Détaché dans la RAF pour suivre un stage de mécanicien avion, il rejoint son unité le 14 février 1944 à Saint-Jean-d’Acre. Avec son groupe, il fait mouvement sur Aboukir (Egypte), Oran, puis Bône-les-Salines où il arrive le 25 mai 1944. Le groupe est ensuite transféré le 17 juillet 1944 à La Réghaïa, près d’Alger, pour être équipé avec du matériel américain. Le 3 octobre 1944, il fait mouvement par voie aérienne sur Salon-de-Provence, puis Lyon-Bron et Ambérieu où débutent les missions.
    Le 9 janvier 1945, son groupe est transféré à Luxeuil-les-Bains où se poursuivent les opérations. Le 8 avril 1945, il se dirige sur Colmar où le trouve l’armistice.
    Promu sergent-chef le 1er septembre 1945, il fait mouvement le lendemain sur l’Allemagne avec son unité. Par suite de la dissolution du groupe « Ardennes », il est affecté au G.C.II/5 « La Fayette » le 5 avril 1946. Etant muté à la BA 117 de Paris, il rentre en France le 23 juin 1946. Par la suite, il prolonge son contrat dans l’armée de l’Air. Après avoir obtenu un brevet d’opérateur mécanographe, il passe au service du matériel de l’armée de l’Air.
    Le 18 novembre 1949, il est admis dans le corps des sous-officiers de carrière. Sportif acharné, il effectue un stage d’un an à l’Ecole nationale d’entraînement physique militaire de Pau. Breveté moniteur d’EPM en février 1951, il rejoint la BA 117 (Ministère de l’Air) où il est affecté au service des sports et est promu adjudant le 1er juin 1951. Ayant obtenu une dispense, il s’inscrit à l’Ecole française d’orthopédie et de massage. Après deux ans d’études et de stages hospitaliers, il obtient le diplôme d’état de masseur kinésithérapeute-rééducateur à la faculté de médecine, en juin 1953.
    Affecté à l’Ecole d’entrainement physique interarmées d’Antibes comme instructeur, il y obtient le brevet de moniteur-chef. Promu adjudant-chef le 1er mars 1957 et affecté le 1er août 1957 à la base 701 de Salon-de-Provence, il y sert deux ans au service des sports.
    Admis à sa demande à être dégagé des cadres, il est rayé des contrôles de l’armée active le 10 juin 1959.
    Rendu à la vie civile, il exerce le métier de kinésithérapeute à Antibes, jusqu’à sa retraite en 1986.
    Il est notamment titulaire de la Médaille militaire, la Médaille commémorative des services militaires dans la France libre, la Médaille commémorative de la guerre 39-45 (avec agrafes « Engagé volontaire »-« URSS »-« Libération »), et la Croix du combattant volontaire 39-45. Il a également reçu trois décorations soviétiques : l’Ordre de la Guerre pour le salut de la Patrie, la Médaille de la Victoire et l’Ordre de Joukov.
    Véritable poète doté d’un grand talent, Georges Marcelin évoque par la plume l’épopée de ses compagnons d’armes.
    Georges Marcelin est décédé le 17 septembre 2013, dans sa 93ème année
    .

Il écrivait également … Vous trouverez un de ses poèmes dans l »HistoMag N°84 –> http://www.39-45.org/histomag/hm84.pdf

devoitine520 
Participant

RESPECT… Adieu Monsieur!

18 sujets de 1 à 18 (sur un total de 18)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.