Membre

Saab veut rendre le Gripen plus furtif

Le 10/03/2014 à 17:40 | Par Guillaume Steuer

On savait qu’il devait emporter plus de carburant, plus d’armement, tout en étant doté d’un système d’armes entièrement rénové. Mais le Gripen E, dernière évolution du monoréacteur suédois JAS39 en cours de développement par Saab pour la Suède et la Suisse, devrait également être plus furtif. « Nous sommes contractuellement tenus de réduire la signature équivalente radar de l’appareil », a expliqué aujourd’hui Björn Johansson, ingénieur en chef du programme Gripen E, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à Linköping dans le fief de l’avionneur suédois.

Si les moyens mis en oeuvre pour remplir cet objectif n’ont évidemment pas été exposés dans le détail, l’ingénieur a toutefois souligné que cette furtivité accrue serait obtenue « par une combinaison de modifications structurelles et de nouveaux matériaux ».

Le représentant de Saab a par ailleurs rappelé que la taille réduite du Gripen par rapport à la plupart des avions de combat modernes lui conférait de facto un avantage en termes de signature équivalente radar vis-à-vis de certains de ses concurrents.

Le futur Gripen E, dont un premier prototype représentatif de la configuration de série doit voler début 2015, sera également plus discret grâce à l’intégration d’un capteur infrarouge de recherche et poursuite (IRST) développé par Selex Galileo et dont les essais en vol vont commencer dans les prochains jours à Linköping sur le démonstrateur JAS39-7, qui sert de banc d’essais pour les technologies du Gripen E. Ce dernier devrait être qualifié en 2018, à l’issue d’un programme d’essais qui impliquera trois prototypes.

Le JAS39E, dont la Suède s’est engagée à acquérir 60 exemplaires si la Suisse confirme sa commande pour 22 appareils (un référendum populaire à ce sujet se tiendra le 18 mai prochain), sera également doté d’un tout nouveau système d’autoprotection. Celui-ci incorporera notamment des contre-mesures électromagnétiques rénovées, avec l’intégration de nouvelles antennes dans les pylônes de bout d’aile et d’un brouilleur intégré sur la dérive.

 
Membre

Si les moyens mis en oeuvre pour remplir cet objectif n’ont évidemment pas été exposés dans le détail, l’ingénieur a toutefois souligné que cette furtivité accrue serait obtenue « par une combinaison de modifications structurelles et de nouveaux matériaux ».

Pas besoin de faire tout un mystère là dessus. Pour rendre l’avion plus furtif, il n’y a pas 36 solution, seulement deux :
1- Revoir totalement la copie et recréer un nouvel avion à la sauce F-22 ou T-50
2- Apliquer les mêmes recettes que sur le Rafale, a savoir : Emploi massif de matériaux composites et aposer des reliefs en dent de scie un peu partout et notamment sur le bord de fuite des ailes.
Par contre, il restera lésé par sa forme générale. Ses aile forme un magnifique angle droit avec le fuselage or, c’est typiquement le genre de chose qui fait grimper la SER d’un avion…

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.