Participant

Ki ke c’est ❓

 
Membre

Européen?

 
Membre

Salut Franck,

… MP.

Gilles.

 
Membre

❓ ➡ 💡 ➡ MP 🙂

 
Membre

Salut,

💡 ➡ ➡ MP

 
Participant

@pascalou wrote:

Européen?

Oui 😀

 
Participant

@excalibur wrote:

Salut Franck,

… MP.

Gilles.

MP du matin … tout va bien … de L’or pour notre fine épée 😆

 
Participant

@skyshark2 wrote:

❓ ➡ 💡 ➡ MP 🙂

Argent pour l’excellent Skyshark2 8)

 
Participant

@rainbow wrote:

Salut,

💡 ➡ ➡ MP

Et une de bronze pour l’ami Rainbow … alors choco ou pas … Il s’agissait donc comme l’a si bien dit Rainbow, d’un « Republic XF-12 Rainbow » a la francaise :

Le SNCASE SE-1010 qui connu malheureusement un fin tragique en 1949 :

extrait de cette page : http://d520.online.fr/livres/proto4060/se1010.html

La date du 1er octobre fut aussi pour l’aviation française une journée de deuil.
Depuis son premier vol, le quadrimoteur SE-1010 destiné aux missions photographiques, avait fait de nombreux vols d’essais aux mains de Jacques LECARME. Ce dernier en était arrivé à conclure que, dans certaines configurations de vol et en particulier en cas de dissymétrie de puissance des moteurs, l’appareil risquait de se mettre en vrille à plat, faute d’une dérive assez efficace. La modification avait été décidée et le bureau d’études était penché sur le problème. Cependant, avant cette modification, l’ingénieur Silvio AGLIANI fut chargé par Louis MARNAY, directeur du Bureau d’études de Marignane, d’exécuter une ultime analyse en vol.
Au repas de midi, l’équipage réuni avait discuté de la mission. AGLIANI semblait bien décidé à pousser l’investigation à fond, malgré les recommendations de prudence exprimées par Jacques LECARME. On en était encore au vieil adage ‘Il faut bien que quelqu’un aille voir…’ On ne faisait pas assez confiance aux essais en souffleries qui, pourtant, dans ce cas avaient été approfondis et s’étaient révélés très formels. AGLIANI aurait même indiqué son projet, pour gagner du temps, de couper l’un des moteurs en vol et de mettre plus de puissance sur l’autre, du même côté, pour obtenir la dissymétrie recherchée.
Au début de l’après-midi l’équipage prenait place à bord, sur le terrain de Marignane. Henri VANDERPOL, remarquable pilote d’essais, était aux commandes. Il était entouré de Pierre BOUILLON, ingénieur d’essais navigant, Silvio AGLIANI, ingénieur du Bureau d’études, Marius RIVET, radio navigant, et des mécaniciens Valéry CHASSON et Fernand PILLET.

Le SE-1010 prit son altitude et l’essai commença.
Très rapidement, l’incident redouté par LECARME se produisit et l’appareil se retrouva en vrille à plat avec l’un de ses quatre moteurs coupé. L’équipage essaya, en vain, de remettre en route, mais la tragique descente se poursuivit inexorablement, sans permettre à aucun des occupants de sauter en parachute.
L’avion s’écrasa près de Carces, entraînant dans la mort les six membres de l’équipage. La carrière du SE-1010, destiné à l’Institut Géographique National, fut immédiatement arrêtée, et les autres exemplaires en construction voués à la ferraille… 😥

8) Bravo a tous 8)

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.