Membre

A ce qu’il parait des appareil français (des temoignages parle de « petit avion »), mais la presence de C-160 (il ne disent pas qu’ils sont français mais c’est super probable) et d’helicoptere est a peu prés sûre.
Les appareils auraient effectuer des frappe qui auraient permis aux force maliennes (soutenues par des pays « allies ») de liberer une ville.
bref j’ai presque rien , si quelqu’un a plus d’info …

 
Participant

Pas plus d’infos pour l’instant…

 
Membre

Desolé je savait pas comment tournée la phrase

selon le ministre de la Défense :
– des hélicoptères on attaqué des colonnes de véhicules ennemis, au cours de cette attaque un pilote d’hélicoptère de Pau a perdu la vie
– des Mirage 2000 et F-1 on etait déployés sur zone et des Rafale sont mis en alerte en métropole

 
Membre

Bonjour à toutes et à tous,

… je viens d’apprendre à la radio qu’un hélico a été abattu par les islamistes, hier. Le pilote est mort… Ce serait confirmé.

Et de 1…

Le compte est entamé.

Ce qui me réconforte, quand la France vas être en guerre, on pourra compter sur le Mali pour nous envoyer des troupes en renfort.

Gilles.

EDIT: Par la même occasion, et ça c’était à prévoir, l’un de nos otage à été exécuté. Ben voyons…

 
Membre

selon les info l’helicoptere (une gazelle du 4RHFS le ministre de la defence parle du 4RHC ) n’aurait pas etait abatu, le pilote autait etait tuer par des tir d’arme leger et ramener dans une hopital par l’autre pilote de l’helicoptere.

lorsque d’un reportage sur le deploiment de troupe français dans la capitale du mali, on peut voir un mi-24 hind, alors pourquoi il l’envoi pas?

 
Participant

Les forces en présence :

Appareils Armée de l’air Malienne :

Avion d’entraînement avancé:
Aero L-29 Maya « Delfin » : 6 acquis

Avion d’entraînement de base:
Embraer EMB-312 Tucano
2 EMB-312F

Avion de combat:
Mikoyan-Gourevitch MiG-17 Fresco
8 MiG-17F acquis, 5 en service
Mikoyan-Gourevitch MiG-21 Fishbed
2 MiG-21MF
3 MiG-21UM acquis, 1 en service

Avion de transport:
Antonov An-2 Colt : 2 acquis
Antonov An-24 Coke : 2 acquis
Antonov An-26 Curl : 1 en service, 2 acquis
Basler BT-67 : 1 en service, 2 acquis

Hélicoptère:
Aérospatiale AS 350 Écureuil
1 AS350 B
Harbin Z-9 : 2 acquis
Mil Mi-24 Hind
Mil Mi-8 Hip : 1 acquis

Anciens appareils:

Avion d’entraînement de base:
Yakovlev Yak-18 Max

Avion de combat:
Mikoyan-Gourevitch MiG-15 Fagot
Mikoyan-Gourevitch MiG-21 Fishbed

Avion de ligne:
BAe 146

Avion utilitaire:
Max Holste MH-1521 Broussard

Avion de transport:
Douglas C-47 Skytrain : 2 acquis

Hélicoptère:
Mil Mi-4 Hound : 2 acquis ( mais a mon avis non opérationnel)

 
Membre

des mig 17 😯 😯 😯 😯 😯 😯 tu parle bien de la petit boite en alu avec le gros canon?
comment un avion datent de la guerre du viet-nam mais baser sur un avion qui date de la corée peut etre operationnelle?

a se que j’ai vu il on deux hind , sa vaut bien une gazzelle , pourquoi il les on pas envoyer? il sont bien plus blinder le pilote aurait pas etait tuer

 
Participant

Les Hind ont été utilisés je les ai reconnu sur des images de TF1.

 
Membre

j’ai vu les image d’un hind au sol avec les français qui passe devant (d’ou ma question sur l’utilisation des helico) mais il y a des image de mi-24 en vol?

 
Participant

Oui oui en vol sinon j’aurai pas posté ce message, voir ici 9ème minute :

http://videos.tf1.fr/jt-we/le-20-heures-du-12-janvier-2013-7770737.html

Le journaliste dit que ce sont des hélicos français, mais ce sont des Hind, facile à reconnaître avec la silhouette, les ailes et le nombre de pales…

Et toi le Hind au sol tu l’a vu où ?

 
Membre

aprés le rafale aile en fleche, l’alpha jet a helice, le tigre de transport, et l’avion gagnant un competition annuler, voila le hind français, encore merci a tout c’est gros con journaliste d’aussi bien verifier leur info 👿 👿 👿 le hind a une gueule si particulier qu’on voit tout de suite que c’est pas occidental
en tout cas merci pour l’info

 
Membre

Bonsoir tout le monde

une mise à jour des évènements : http://www.air-cosmos.com/defense/mali-les-rafale-en-renfort.html

devoitine520 
Participant

Personnellement je retiens surtout le décès d’un frère d’Arme :

Soldat mort au Mali : pour sa mère, Damien Boiteux a « fait son travail »
La mère du lieutenant français mort au combat au Mali s’est confiée, lundi. Une épreuve « tragique » et « très dure » mais justifiée explique-t-elle.
Perdre son fils au combat, Marie-Claire vivait avec cette inquiétude depuis « depuis 25 ans ». La mère du lieutenant français mort au Mali, Damien Boiteux, s’est confiée lundi. Une épreuve « tragique » et « très dure » mais justifiée explique-t-elle.

« Mon fils a fait son travail, en risquant sa vie pour la paix au Mali et aussi en France, car si on n’arrête pas Al Qaïda, l’organisation menacera un jour la France », a-t-elle soutenu, jointe par téléphone au Russey, dans le Doubs, d’où le soldat était originaire, à la veille d’une cérémonie d’hommage national à Paris.

>> À lire également : « Mali : ce week-end où la France est entrée en guerre ».

Mortellement blessé lors de la première phase de l’opération « Serval »

En même temps, « il y a des risques dans tous les métiers, on peut aussi mourir en traversant la rue. On essaie de ne pas penser au danger, sinon on ne vit plus », confie cette mère de deux militaires.

>> À suivre en direct : « les derniers évènements au Mali ».

On avait toujours peur pour Pierre-Alexandre, notre premier fils qui était en Afghanistan. Mais finalement, c’est Damien qui est mort, alors qu’on pensait qu’il y avait moins de risques dans une gazelle », l’hélicoptère qu’il pilotait, a souligné Marie-Claire Boiteux.

Elle a appris la nouvelle de la disparition de Damien par son frère Pierre-Alexandre.

>> À lire : Guerre au Mali : quels sont les alliés de la France ?

Damien Boiteux, qui servait depuis 22 ans dans l’armée de terre et officiait comme pilote au 4ème Régiment d’Hélicoptères Forces Spéciales (RHFS) basé à Pau, a été mortellement blessé aux commandes de son hélicoptère, lors de la première phase de l’opération « Serval » consistant, en appui des forces armées maliennes, à arrêter l’avancée des groupes jihadistes vers le sud du Mali.

« Il aimait son métier, il aimait piloter »

« Il aimait son métier, il aimait piloter. Dès l’âge de 7 ans, il voulait être pilote d’hélicoptère », se souvient sa mère. Les parents du défunt « savaient qu’il était en Afrique, mais pas qu’il était au Mali. Ce genre d’information est secrète ».

Les parents du pilote étaient attendus mardi à Paris, où le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, doit présider aux Invalides une cérémonie d’hommage national au lieutenant Damien Boiteux.

Ses obsèques sont prévues samedi en l’église du Russey.

 
Participant

A noter que les rafales ont survoler l’Algérie, ce qui je crois, dans le cadre d’une opération de guerre, ne c’était pas fait depuis quelques dizaines d’années.

 
Membre

Ce midi, sur TF1 j’ai vu des bombes lisses sous les ailes des Mirage F1, je ne savais pas que de telles bombes existaient encore…

 
Membre

je me permets de rappeler qu’il ne s’agit d’envahier le mali, qui est un pays ami, mais de contrer des terroristes islmaistes situés dans le nord.
donc peu de chance de faire intervenir des appareils de la force aérienne malienne, sachant que les pilotes n’ont aucune expérience de vol avec des appareils d’autres forces aériennes.
laissons pour l’instant le ciel aux français seuls, car ils sauront où frapper précisément.
J’aurais plus confiance au sol avec un mirage 200D au dessus de ma tête qu’avec un MiG-17 qui va rroser la zone, du fait du peu de moyen des maliens et de leur faible entraînement.

 
Participant

Enfin je pense que les Hind maliens peuvent faire le travail mieux que les Gazelles françaises.

 
Membre

niveau puissance de feu et protection le hind est bien superieur a la gazzelle, damien Boiteux etait un pilote de hind, on auait jamais entendu parler de lui est sa aurait etait preferable, mais les pilote malien sont surment mal entrainer et c’est surtout ne doive pas avoir les moyen de coordination nessesaire .

 
Participant

C’est surtout un manque d’entraînement, car les Mi-24 sont redoutables…

 
Membre

Serval, quelles perspectives ?

Le lancement de l’opération Serval par la France le 11 janvier est apparu comme une bonne surprise pour l’armée malienne : jusque là, le gouvernement de Bamako ne désirait pas engager les opérations sans une formation préalable de son armée (appelée à être le fer de lance de la contre-offensive vers le nord), ce qui, en fonction des plans initialement envisagés, aurait repoussé jusque septembre 2013 la contre-offensive contre les islamistes du MUJUAO, d’Ansar Dine et d’AQMI. De même, ce n’était que le 20 décembre que l’ONU avait autorisé le déploiement de la MISMA (Mission Internationale de Soutien au Mali). Or, les islamistes ne sont pas restés inactifs, forçant Bamako à demander l’aide française. Une première attaque par 3 Mirage 2000D de même que par des Gazelle a permis de stopper leur progression vers le sud du pays. Par la suite, des Rafale ont été positionnés à N’Djamena, mais tandis que des troupes de marine et des F-1CR ont rejoint Bamako, des éléments de la force Licorne faisant également mouvement vers la capitale malienne.

Si peu d’éléments sont communiqués par le ministère de la défense, plusieurs constats sont à faire. Au plan politique, la France a pris l’initiative de l’opération, prenant de cours des partenaires européens peu pressés de se trouver engagés dans une opération – même si leur rôle aurait essentiellement été de former les Maliens. Dans le même temps, une aide était également demandée aux partenaires européens, la Grande-Bretagne accordant deux C-17, le Danemark un C-130 et la Belgique, deux C-130 et un A-109 médicalisé. Paradoxalement donc, ce sont les deux Etats sans doute les moins pro-européens qui répondront le plus rapidement. On notera que l’aide de l’OTAN n’a pas été demandée et que, d’une manière générale, l’action française a été très bien accueillie par la communauté internationale – l’Algérie, pourtant en première ligne, se montrant cependant assez tiède.

Au plan stratégique, la définition des buts de guerre est correcte. Le zweck, d’abord : recouvrer l’intégrité territoriale malienne et ainsi permettre sa survie, ce qui implique de stopper la progression des forces islamistes et de préparer le déploiement d’une force africaine. Ils appellent naturellement des ziel : casser les tentatives de percées vers le sud du pays – un objectif atteint – et s’en prendre à la chaine logistique et de commandement des islamistes ; former les forces maliennes et mettre en ordre de combat les différentes armées africaines devant effectuer le travail au sol. Ces deux derniers objectifs dans la guerre semblent les plus complexes à atteindre, demandant un temps que les islamistes peuvent mettre à profit pour s’adapter. Ce qui pose deux problématiques :

– La première est celle, au moins dans un premier temps, d’une logique de containment de la menace. Et ce, tant que les maigres forces africaines – on ne parle que de 3 500 hommes – ne sont pas prêtes. Or, plus le temps passe, plus les effets des frappes aériennes sur les chaines de commandement et de logistiques islamistes se dissiperont et ne pourront être exploités. Il faut ensuite mener un combat couplé (forces africaines/françaises) qui soit effectif – ce qui ne va pas de soi – la France misant sur les moyens aériens, avions ou hélicoptères ;

– Deuxième problématique, la réarticulation du dispositif adverse peut se faire à travers de très vastes zones désertiques – y compris d’ailleurs dans les pays voisins. Ce qui pose la question de la lutte effective dans ces zones et celle des moyens consacrés.

Au plan des moyens justement, l’aide demandée par la France aux Etats européens a notamment porté sur des moyens ISR. Certes, ceux déployés sur place ont permis de réaliser les premières frappes avec succès. Mais donner la chasse à des groupes dispersés est plus complexe et s’il faut souligner la rapidité avec laquelle les forces françaises ont été engagées, le dispositif reste, à l’heure où nous écrivons ces lignes (15 janvier), très léger au regard de la mission, même si l’on prend en compte un déploiement des quatre Harfang. Serval, de ce point de vue est un douloureux révélateur de l’état des forces, européennes comme françaises.

Les Européens, de ce point de vue, n’aideront vraisemblablement pas Paris en matière ISR : la Belgique dispose pourtant d’une dizaine de drones Hunter et la Grande-Bretagne dispose également d’Hermes 450. Pas question, non plus, de ravitailleurs en vol et seuls 5 C-135FR sont sur place. Côté hélicoptères de combat, le bilan est maigre : seuls trois Tigre seraient déployés (40 sont officiellement opérationnels) en plus des Gazelle (deux sont inutilisables depuis la première nuit de combat). Des Puma et Caracal sont également disponibles sur place. La question des moyens prend d’autant plus de relief à mesure que le temps passe : il faudra pouvoir durer, le ministre de la défense reconnaissant rapidement, et avec raison, que les opérations sont appelées à être longues.

In fine, l’opération Serval pourrait avoir également d’autres effets, cette fois sur le prochain Livre blanc, dont la rédaction est toujours en cours (la publication était annoncée pour fin 2012), à commencer par la reconnaissance d’un échec du Livre blanc 2008 à combler des déficits pourtant historiques, dans les domaines ISR et de ravitaillement en vol notamment. D’autres questions sont tout aussi historiquement pendantes, comme celles liées à la disponibilité des forces. Par ailleurs, la question de la prégnance de la défense européenne dans la politique de défense pourrait également s’inviter. L’UE doit certes déployer une mission au Mali, l’EUTM, mais qui ne comprendrait que de 200 à 250 formateurs et dont l’action se place dans une perspective de long terme : elle n’est donc pas à considérer comme une force opérationnelle en soi. Or, en matière de force opérationnelle, l’UE est absente et bien peu de ses membres semblent comprendre qu’il n’est de l’intérêt de personne de voir une contamination du Niger, de la Mauritanie et du Tchad par les islamistes…

J.H.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 113)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.