Membre

A l’occasion du salon Maks, voici des détails concernant le système de protection du futur chasseur lourd de la Russie et de l’Inde.

La suite optronique 101KS ATOLL OEIS de la société UOMZ se compose de six capteurs :
– le 101KS-V est un capteur ir pour la recherche et la poursuite de cibles aériennes; il est implanté sur le nez au devant du pare-brise;
– le 101KS-O est installé sur le dos du fuselage en arrière du cockpit; il sera utilisé pour la détection de départ et d’approche de missiles, ainsi que pour la poursuite passive de mobiles aériens en ir;
– deux 101KS-U, implantés de chaque côté de l’avant du fuselage, seraient des senseurs uv permettant la fourniture d’informations aériennes et terrestres tactiques;
– pour l’instant sans désignation, deux capteurs en forme de dôme pourvus de six ouvertures optiques seront utilisé pour la détection laser et uv; ils devraient être implantés sur le dessus du dard de queue et sous le nez.

(Air et Cosmos)

 
Membre

Un troisième Sukhoï T-50 prend son envol

 
Membre

infographie sur le T50

 
Membre

Merci aussi pour ces nouvelles infos, cela tombe bien, je viens de commencer la maquette du Su-50 par Zvezda.
A ce propos je cherche des photos du cockpit et des puits de train en particulier, à bon entendeur….je suis preneur, thanx 🙄

 
Membre

@rainbow wrote:

Merci aussi pour ces nouvelles infos, cela tombe bien, je viens de commencer la maquette du Su-50 par Zvezda.
A ce propos je cherche des photos du cockpit et des puits de train en particulier, à bon entendeur….je suis preneur, thanx 🙄

Je te souhaite beaucoup de courage pour en trouver.

 
Participant

+1, bonne chance 😆

 
Membre

@rainbow wrote:

Merci aussi pour ces nouvelles infos, cela tombe bien, je viens de commencer la maquette du Su-50 par Zvezda.
A ce propos je cherche des photos du cockpit et des puits de train en particulier, à bon entendeur….je suis preneur, thanx 🙄

Deux solutions:

-tu demandes aux Anonymous d’aller pirater les serveurs de Sukhoï. Quelques jours après le KGB te feras découvrir à ton insu une spécialité culinaire russe: la sauce au plutonium.

-tu imagines à quoi ça pourrait ressembler en t’inspirant d’autres avions russes plus anciens dont certaines informations les concernant ont pu filtrer (il y en a peu).

Ceci dit on pourrait peut-être être surpris!

Bon courage en tout cas!

 
Membre

Jorg, le KGB n’existe plus… il s’agit du FSB maintenant !

 
Membre

Spaciba pour vos conseils, camarades 😀 😀 😀

 
Membre

Bonsoir tout le monde

Le T-50 a enfin débuté les essais en vol de son radar. La nouvelle a été communiquée par Sukhoï, ce jeudi 9 août, qui n’a pas précisé quand ceux-ci avaient commencé, ni leur durée. C’est le troisième prototype du chasseur de cinquième génération russe, désigné T-50-3, qui est en charge de la conduite des tests. Il est doté d’un système radar à balayage électronique actif Sh121, développé par l’électronicien russe Tikhomirov NIIP.
N036-01-1 antenne radar AESA – T-50Sukhoï évoque pour l’instant une antenne unique, il s’agit donc très probablement de l’antenne N036-01-1, en bande X, placée dans la pointe avant du T-50. Elle est composée de 1 522 modules d’émission-réception à l’arséniure de gallium. De forme ovale (90 × 70 cm), elle est inclinée de 15° vers le haut (cf. photo).

A terme le T-50-3 recevra le système radar Sh121 complet, qui comprend également deux antennes de pointe avant latérales en bande X (N036B) et deux antennes en bande L implantées dans les bords d’attaque de voilure (N036L). Les antennes N036, en bande X comme en bande L, ont été développées à partir du programme AFAR, mené par Tikhomirov NIIP à partir du début des années 2000.
Sukhoï indique avoir déjà testé les modes « air-air » et « air-sol » du radar, au cours des essais au sol comme en vol. Selon son communiqué, « les premières expérimentations ont montré des performances stables et concluantes, comparables aux systèmes radar les plus avancés ». Il a donc confirmé la poursuite du développement du Sh121.
Le constructeur russe a aussi indiqué que les tests des canaux optiques avaient débuté. Ce qui fait probablement référence à la suite optronique Atoll, développée par la société UOMZ, dont deux détecteurs d’alerte 101KS-U doivent équiper le T-50-3, sous le nez et sur la pointe arrière de l’avion.
Le T-50-3 est le premier exemplaire de l’appareil à recevoir un radar. Les deux premiers prototypes, destinés à ouvrir le domaine de vol, en sont dépourvus et se contentent d’un radôme métallique vide. Le T-50 est développé dans le cadre du programme étatique russe PAK-FA.

Léo Barnier – Air et Cosmos.

 
Membre

Salut,

Merci pour ces dernières infos sur le T-50-3.

@pascalou wrote:

Bonsoir tout le monde
………………………………………………
Le constructeur russe a aussi indiqué que les tests des canaux optiques avaient débuté. Ce qui fait probablement référence à la suite optronique Atoll,…………………………………………

Léo Barnier – Air et Cosmos.

ATOLLLLLlllll les optriciens !!!! 😆 😀 Okay d’ac je décolle et je m’en vais très très très loin 😡

 
Membre

@rainbow wrote:

Salut,

Merci pour ces dernières infos sur le T-50-3.

@pascalou wrote:

Bonsoir tout le monde
………………………………………………
Le constructeur russe a aussi indiqué que les tests des canaux optiques avaient débuté. Ce qui fait probablement référence à la suite optronique Atoll,…………………………………………

Léo Barnier – Air et Cosmos.

ATOLLLLLlllll les optriciens !!!! 😆 😀 Okay d’ac je décolle et je m’en vais très très très loin 😡

Elle est bien bonne; même moi, je n’ai pas fait gaffe. 😀

 
Participant

Bien vu ! Si j’ose dire… 😉 😆 😆

 
Membre

Bonjour tout le monde

Le quatrième prototype du T-50 a effectué son premier vol le 12 Décembre, depuis l’usine de Komsomolsk sur l’Amour, d’une durée de 40 minutes.

Air et Cosmos n°2339

 
Membre

Bonjour tout le monde

Le T-50-4 a donc effectué son premier vol le 12 Décembre à l’usine de Komsomolsk, piloté par le pilote d’essai de Sukhoi Serguei Bogdan.
Ce prototype se trouve maintenant à Joukovski, où l’étape suivante des essais sera le premier tir d’un missile, qui doit se réaliser très prochainement par le troisième ou le quatrième prototype, seuls a posséder le radar N036 BELKA et l’IRST 101 KS-V.
Sur cet exemplaire, la suite optronique 101 KS ATOLL s’est enrichie de deux capteurs ultraviolet, un de chaque côté juste derrière le cockpit. Avec les deux autres capteurs de ce type, un sous l’avant de l’avion et un autre sous le dard arrière, ils composent le système de détection d’approche de missile UOMZ 101 KS-U.
Toutefois, sur ce quatrième prototype, le capteur 101 KS-O, qui se trouvait juste derrière le cockpit sur le dos de l’avion, a été remplacé par deux antennes sphériques et une troisième plate. Personne ne sait à quoi servent ces antennes, ni si la suppression du capteur hémisphérique est définitive.

Piotr Butowski – Air et Cosmos 2342.

 
Membre

Une nouvelle parure sur le T-50-5, du 20 novembre dernier:

[youtube]http://www.youtube.com/v/G-TvkRIZ738[/youtube]

 
Participant

Superbe, j’avais déjà vu la vidéo originale mais j’avais pas vu que le dessous était peint en blanc 😮

Voici la vidéo originale vu que la tienne ne fonctionne pas et est en basse définition, recoupée et sans son :

[youtube:1ssaq93i]https://www.youtube.com/watch?v=b3sJzeonAyM[/youtube:1ssaq93i]

 
Membre

boff je prefere les camo carré du -1

 
Participant

J’ai attrapé la maladie de parkinson!

Ah non c’est la vidéo.

 
Membre

Le T-50 russe serait plus furtif que le F-22

Le 17/01/2014 à 09:12 | Par François Julian

C’est le consortium russe Rostec (ex-Rostekhnologii) qui l’affirme : le biréacteur de combat T-50 (ou PAK-FA) de Sukhoi, encore en développement, est plus furtif que son rival américain le F-22. L’agence russe chargée des développements technologiques estime que la surface équivalente radar (SER) du nouveau chasseur russe est comprise entre 0,1 et 1 m2.

La SER, ou Radar Cross Section (RCS en anglais), est une donnée qui reflète l’aptitude d’un objet à renvoyer plus ou moins d’énergie lorsqu’il est éclairé par un radar. Cela traduit donc son degré de furtivité électromagnétique : plus ce chiffre, qui s’exprime en m2 ou en dBm2, est petit, plus il traduit une furtivité importante.

Selon Rostec, le T-50 serait non seulement plus furtif que n’importe quel autre chasseur russe, mais aussi que ses homologues occidentaux. Pour Alexander Davidenko, ingénieur en chef du T-50, la SER du F-22 américain est comprise entre 0,3 et 0,4 m2, ce qui laisse à penser que celle du PAK-FA serait en fait comprise entre 0,1 et 0,3 m2.

La SER : une donnée classifiée.

Evidemment, toutes ces ces affirmations sont à manipuler avec précaution. Déjà parce la SER d’un avion de combat moderne est une donnée hautement classifiée, qui ne fait jamais l’objet d’une annonce publique. Et aussi parce que cette donnée n’est pas absolue : si elle dépend bien de la forme générale de l’avion, elle est aussi liée aux matériaux qui constituent sa surface, ainsi qu’à la position et la longueur d’onde du radar qui l’observe. Il est donc délicat de ramener la furtivité d’un avion à un simple nombre.

Ce qui est sur, c’est que le T-50 reprend bien certains des principes élémentaires de la furtivité électromagnétique d’un avion de combat. Avec notamment une forme très étudiée où sont bannis les angles droits et les formes trop vives. L’aile de forme trapézoïdales a également des lignes parallèles avec celles des empennages horizontaux et des apex. L’utilisation d’une soute à armements permet également de dissimuler les armements. S’il était prévu que l’avion soit doté de conduits d’entrée d’air en forme S (pour masquer les premiers étages du moteur aux ondes radar), il semble que cette idée n’ait par contre pu être intégrée. De même, à l’inverse du F-22.

Du coté de ce qui ne se voit pas, l’avion fait visiblement un grand usage de matériaux composites. Selon Rostec, ces derniers constituent 25 % de la masse de l’avion et recouvrent 70 % de sa surface. Il est probable que, comme sur le F-22 ou le F-35, il soit fait usage en surface de matériaux en sandwich qui permettent l’absorption des ondes radar.

Reprise des principes aérodynamiques du Su-27.

Dans son agencement général, le T-50 adopte certains des principes aérodynamiques du Su-27, et tout particulièrement des fuseaux moteur séparés et espacés, ce qui permet de créer une surface portante supplémentaire au centre de l’avion. Cela libère également de l’espace pour l’installation de la soute à armements. Sukhoï a également repris le principe d’une aile très intégrée au fuselage, sans réelle démarcation. Comme le Su-27, le T-50 est bidérive, sauf que ces empennages verticaux sont cette fois monoblocs, ce qui a permis de réduire leur taille, mais tend à rendre l’avion moins stable en lacet (quelque chose qui est corrigé ensuite par les commandes de vols électriques).

Au delà de ces considérations, il faut également garder à l’esprit que l’un des principaux points durs dans la mise au point du T-50 reste l’absence d’un moteur véritablement moderne pour le propulser. Les prototypes – et plus tard les premiers avions de série – sont en effet motorisés avec un moteur intérimaire désigné 117, qui est une évolution largement modernisée de l’AL-31F qui propulse les Su-27 et Su-30. Le F-22, avait été lui conçu autour d’un moteur nouveau et radicalement moderne, le F119, qui a servi de base au développement du F135 du F-35. Il est bien prévu que le T-50 dispose de son propre moteur. Ce dernier est baptisé « izdeliye 30 » (ou objet n°30). Mais pour l’heure, son développement est encore à un stade relativement préliminaire.

A ce jour, il y a cinq prototypes de T-50 en vol. Du coté de Moscou, l’objectif est toujours d’acquérir un premier lot de 6 à 10 avions pour la campagne d’évaluation opérationnelle. Après quoi, il serait question d’acquérir pas moins de 60 exemplaires pour la force aérienne russe, dès 2016, date à laquelle sera prononcée une première capacité opérationnelle et lancée la production en série.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 22)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.