Participant

l’hommage à Henri Wénisch

TINQUEUX (Marne). Une petite fleur de papier blanc posée avec tendresse par une arrière-petite-fille saisie d’émotion, ce premier geste poignant a marqué la cérémonie d’adieu à Henri Wénisch en l’église Sainte-Bernadette de Tinqueux.

Le mécanicien personnel du commandant Edmond Marin la Meslée, As des as de la campagne 1939-1940 était entouré de sa famille, de la communauté paroissiale, de ses amis parmi lesquels de très nombreux aviateurs et acteurs du tissu associatif. Dans la même communion symbole de fidélité et de fraternité, il y avait cette envie autour des porte-drapeaux d’être près de lui en ce temps du passage où la peine est intense mais l’espérance intacte chez le chrétien dans la prière pour l’âme du défunt.

Simplicité et dignité

Il y a eu beaucoup de simplicité et de dignité au cours de cette cérémonie, riche de ces petits gestes qui attestent la grandeur d’esprit, l’authenticité de la vie de celui qui est parti, les beaux enseignements qu’il a donnés à ses enfants, petits enfants et arrière-petits-enfants.

Sur le cercueil drapé des trois couleurs de la France, il y avait les décorations du soldat témoignant son ardeur de servir son pays et de ne jamais oublier tous ceux qui ont été jusqu’à donner leur vie pour une France libre et debout.

Chacun s’est remémoré un souvenir, un moment choisi de la vie de la BA 112, un temps passé avec un homme qui avait le sens de l’accueil, de la mesure, de la fidélité, de l’écoute attentive envers celui qui doute pour mieux le redresser. Le vieux monsieur était capable d’apaiser les douleurs des plus jeunes de les relever par quelques paroles où son propre vécu devenait une aide utile à l’autre.

Lorsque certains ne savaient plus le chemin, il avait les mots pour leur donner la bonne direction. Beaucoup étaient venus de loin, comme le général Henri Switzer, Frédéric Lafarge. Les honneurs militaires, présidés par le général d’armée aérienne Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air et ancien commandant de la BA 112 « commandant Marin-la-Meslée » de Reims lui ont été rendus à l’issue de l’eucharistie d’adieu sur le parvis de l’église aquatintienne par des aviateurs du 2/3 « Champagne » de la BA 133 « commandant Henry Jeandet » de Nancy entourés de dizaines et de dizaines d’aviateurs de toutes les générations.

L’esprit de corps était là, puissant, les évocations riches et profondes envers ce mécanicien si attachant, passeur de mémoire, attaché à l’histoire vraie et acteur jusqu’au bout de cette exigence de témoigner pour comprendre les valeurs inaltérables qui animent ceux qui, sous l’uniforme, ont choisi de servir la France et d’être fiers, de se donner pour elle et ce qu’elle incarne dans le monde.

Henri Wénisch repose en paix au cimetière de Tinqueux mais il vit toujours dans le cœur de toute sa famille et de tous les aviateurs qui sauront évoquer sa mémoire, pour ce qu’il a été un aviateur d’excellence, un homme digne et droit.

Source : http://www.lunion.presse.fr/article/marne/aviation-lhommage-a-henri-wenisch

devoitine520 
Participant

RESPECT ![youtube:3nw4lp2w]http://www.youtube.com/watch?v=NPTkrUt1m3I[/youtube:3nw4lp2w]

grizzli 
Membre

RESPECT…..

 
Membre

Je viens d’apprendre en relisant un vieux numero de « Gazoline » que Roland de la Poype, industriel plasturgiste apres la guerre, est le concepteur de la Citroen Mehari !

devoitine520 
Participant

Bonjour Aiza… A qui avons nous l’honneur ??? pour y répondre un petit tour là serait bien vu —>

viewforum.php?f=17

Et accessoirement c’est au même Roland de la Poype que l’on doit le magnifique Marineland à ANTIBES… soit dit en passant.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.