Membre

Antimissile : le SAMP/T a encore frappé

Le 08/03/2013 à 09:17 | Par Guillaume Steuer

Et de trois. Le 6 mars, le missile Aster Block 1 a démontré une nouvelle fois sa capacité à intercepter une cible représentative d’un missile balistique de courte portée (type Scud-B), lors d’un essai franco-italien mené au centre DGA Essais de missiles de Biscarrosse.

A cette occasion, un missile Aster tiré par une batterie SAMP/T a intercepté avec succès la cible Black Sparrow tirée par un F-15 israélien parti de Cazaux (une configuration similaire à l’image ci-dessous), à l’issue d’une course balistique d’environ 300 km.

Deux essais similaires avaient déjà été menés, l’un en novembre 2011 et l’autre en octobre 2010. Afin de tester les capacités antibalistiques du SAMP/T, la DGA avait dès le départ commandé trois cibles Black Sparrow (ainsi que les services de mise en oeuvre associés) pour assurer d’éventuels échecs de tir, mais tous ont été couronnés de succès. Même si celui d’octobre 2010 n’avait pas abouti à la destruction de la cible par impact direct, l’Aster était en effet passé suffisamment près de l’objectif pour pouvoir considérer un coup au but.

En service en France et en Italie, le SAMP/T est « la pierre angulaire de la contribution de ces deux pays au programme Otan de protection des forces déployées contre la menace balistique », rappelle la DGA. Et l’avenir de l’Aster dépend justement du bon vouloir de ces deux pays, qui ne se sont toujours pas engagés sur le financement de l’Aster Block 1NT, une évolution censée améliorer les performances de l’Aster face à des missiles balistiques de plus longue portée grâce à un autodirecteur amélioré. Interrogée récemment sur ce programme, la DGA précisait que « les discussions se poursuivent avec l’Italie, partenaire sur le programme SAMP/T, et dans le cadre de la préparation de la future LPM ».

Le climat budgétaire ambiant ne facilite pas la prise de décision rapide sur le sujet. Et encore moins sur un hypothétique Aster Block 2, intercepteur antimissile encore plus performant qui permettrait de répondre à la demande de clients export potentiels (notamment dans le Golfe) qui, lentement mais sûrement, se tournent l’un après l’autre vers des solutions américaines.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.