Membre

Un porte-avions de nouvelle génération pour l’US Navy

Le 08/11/2013 à 15:35 | Par Duncan Macrae

Malgré le climat budgétaire maussade, c’est demain samedi que l’US Navy réalisera un nouveau pas vers le renouvellement de sa flotte de porte-avions avec la cérémonie de baptême du tout nouveau USS Gerald C. Ford (CVN 78). Et c’est la fille du 38e président américain, Susan Ford Bales, qui aura l’honneur de casser une bouteille de « vin mousseux américain » (selon Reuters) sur la coque du futur fleuron devant un parterre d’invités de marque, dont l’ancien secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld.

Outil indispensable de la projection de puissance américaine, le CVN 78 a toutefois un prix – 12,9 Md$ selon les dernières estimations. C’est 25 % de plus que prévu, mais l’US Navy s’est engagée à réduire la facture pour les exemplaires suivants, dont la construction est déjà en cours.

Tête de série de sa classe, le nouveau navire à propulsion nucléaire impressionne d’abord par sa taille, même s’il n’est pas plus grand que les porte-avions de l’actuelle classe Nimitz, dont il reprend le même dessin de coque. Mais il intègre surout une série d’innovations censées assurer une capacité opérationnelle bien supérieure à la génération actuelle.

Parmi les nouveautés, on peut signaler :

L’utilisation de catapultes électromagnétiques (système EMALS pour Electromagnetic Aircraft Launch System) plus légers et plus puissants que le système traditionnel à vapeur et mieux adaptés aux drones.

Des chaudières nucléaires plus puissantes avec un cœur dont l’autonomie est égale à la durée de vie du navire, évitant ainsi des opérations lourdes de rechargement.

Un pont d’envol redessiné, avec un îlot plus petit (et plus furtif) positionné plus en arrière de façon à dégager une zone d’opérations plus importante.

Autres points forts : l’USS Gerald C. Ford devrait être capable de faire décoller ses avions à une cadence plus rapide (160 sorties par jour, 25 % de plus que la classe Nimitz) et il devrait nécessiter un entretien réduit de 30 % (jusqu’à 12 ans entre grandes visites, ce qui se traduira par une économie éstimée à 4 Md$ sur la vie du navire).

Le nouveau porte-avions en chiffres :

• Propulsion : deux réacteurs nucléaires A1B Longeur : 333 m
• Largeur du pont d’envol : 78 m
• Déplacement : environ 100 000 t
• Vitesse : plus de 30 noeuds
• Equipage : 4539 (un millier de moins que la génération actuelle)
• Parc aérien : plus de 75 avions
• Constructeur : Newport News, filiale de Huntington Ingalls Industries

L’USS Gerald C. Ford, c’est aussi : 3 millions de mètres de cables électriques et 1,2 million de mètres de fibre optique. Et le confort à bord n’a pas été oublié. Grâce à des réserves d’eau plus importantes, l’équipage aura désormais le droit de faire couler l’eau pendant toute la durée de la douche, précision apportée par le contre-amiral Thomas Moore, cité par Reuters.

Le nouveau porte-avions doit entrer en service en 2016. Selon l’écheancier actuel, il sera suivi de l’USS John F. Kennedy (en 2020) et de l’USS Enterprise (2025).

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.