Membre

Réservoirs conformes sur avions de combat : l’option indispensable ?

Le 20/11/2013 à 11:55 | Par François Julian

C’est une tendance lourde dans l’aviation de combat : l’ajout de réservoirs conformes (ou CFT pour Conformal Fuel Tanks). Dernier exemple en date : l’Eurofighter, dont une maquette à l’échelle 1 est exposée au salon de Dubai avec ces fameux réservoirs qui ont la particularité « d’épouser » le fuselage de l’appareil.

Leur principal intérêt : se substituer aux réservoirs pendulaires, habituellement emportés sous voilure, et ainsi libérer des points d’emport pour l’armement.

Les réservoirs conformes de l’Eurofighter emportent chacun 1000 litres de kérosène et sont installés sur le dessus du fuselage. Ils s’intègrent dans une configuration de frappe longue portée, où l’avion emporterait deux missiles de croisière Storm Shadow sous voilure. C’est une configuration d’armement inédite, et l’intégration du missile de MBDA a débuté en Italie à la demande de l’Arabie Saoudite, avec de premiers vols d’essais imminents.

Le Rafale aussi l’avait envisagé.

Dassault Aviation a également envisagé et testé l’intégration de tels réservoirs sur le Rafale. Des essais en vol ont même eu lieu avec le Rafale B01, le 18 avril 2001 à Istres, où il fut doté de deux CFT de 1150 litres chacun. Ainsi équipé, le Rafale aurait pu emporter jusqu’à 10800 litres (avec trois réservoirs pendulaires), sans pour autant compromettre sa capacité à voler à vitesse supersonique en cas de besoin.

A l’époque, le constructeur français avait d’ailleurs conclu que cette configuration d’emport en carburant était également idéale pour les frappes à longue portée. L’intégration de CFT sur Rafale ne fut néanmoins jamais poussée jusqu’à la mise en service, et les essais de ceux-ci n’allèrent jamais jusqu’à l’intégration de ces réservoirs au circuit carburant de l’avion. Pour l’instant, aucune compétition ou prospect export n’a nécessité de ressortir ce projet du carton à dessins.

Les Américains sont les spécialistes

Plus généralement, les Américains sont spécialistes en la matière puisque c’est ce type de réservoir qui a permis au F-15 de devenir un bombardier avec l’avènement du Strike Eagle, tandis qu’ils font partie intégrante des configurations export des plus récents F-16 dont le succès commercial n’est plus à démontrer. Des réservoirs conformes ont également été testé en vol sur le Super Hornet.

En fait, les CFT, par rapport aux réservoirs classiques, ont même plutôt tendance à améliorer l’aérodynamique d’un avion, en réduisant la trainée et en limitant l’apparition des ondes de choc en régime transsonique par rapport à des bidons pendulaires.

En revanche, un rapport rédigé par l’US Air Force au début des années quatre-vingt-dix précisait ainsi que par rapport à un F-15C « lisse », un F-15E équipé de réservoirs conformes affichait une manoeuvrabilité réduite d’environ 30% lorsque ces derniers étaient pleins, et 20% vides. Les aviateurs américains ajoutaient qu’ainsi gréé, le Strike Eagle se comportait plus comme un F-4 Phantom II que comme un F-15… Et allaient même jusqu’à déconseiller aux pilotes de s’engager en combat tournoyant.

Missiles contre réservoirs

Pour autant, dans le cas de l’Eurofighter, ce n’est pas vraiment cela qui est préoccupant. Ce dernier souffre plutôt d’un choix de conception dans la disposition de ses points d’emports, puisqu’il a été prévu d’emporter le missile Storm Shadow sur des points de voilure dits « humides » habituellement pour emporter les réservoirs pendulaires de 1000 litres. Equipé de deux de ces missiles, l’avion européen ne peut donc plus emporter qu’un seul réservoir pendulaire de 1000 litres, sous le fuselage. D’où la nécessité de disposer de ces deux CFT pour conserver une allonge compatible avec la mission de bombardement à longue distance.

A l’inverse, le Rafale fait mieux puisque sous voilure l’avion peut emmener deux Scalp ainsi que deux réservoirs de 2.200 litres… voire trois si la mission l’exige, avec un bidon supplémentaire en position ventrale. Les Emirats avaient toutefois requis l’ouverture par Dassault d’une configuration « tri-Scalp » dans le cadre des néogications pour la vente de Rafale. Une configuration dont la faisabilité technique avait été démontrée… sur le papier.

 
Membre

1000L le reservoir pendulaire ventral!!!!!!! 😯 😯 😯 😯 c’est meme pas l’equivalent des reservoir « supersonique » du rafale , qui sont considere comme nanoscopique. sa se vois qu’il est pas conçu pour le AS, le plus terible c’est de voir qu’il doive sacrifier le gros point de fuselage pour un petit pod designation laser d’une centaine de kilo. et si il veulet transporter 6bombe+1pod comme le rafale il doive oublier tout leur point humide donc il auront juste les deux CTF pour un totale de 2000L , contre 3x2200L pour le rafale , on dit merci le pylon tribombe 😀 😀 😀 😀 😀

 
Membre

1000L le reservoir pendulaire ventral!!!!!!! 😯 😯 😯 😯 c’est meme pas l’equivalent des reservoir « supersonique » du rafale , qui sont considere comme nanoscopique. sa se vois qu’il est pas conçu pour le AS, le plus terible c’est de voir qu’il doive sacrifier le gros point de fuselage pour un petit pod designation laser d’une centaine de kilo. et si il veulet transporter 6bombe+1pod comme le rafale il doive oublier tout leur point humide donc il auront juste les deux CTF pour un totale de 2000L , contre 3x2200L pour le rafale , on dit merci le pylon tribombe 😀 😀 😀 😀 😀

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.