Membre

cette année en 2007 les thunderbirds ont célébrer leur 60 ième anniversaire . je n est pas grand choses a dire sur le sujet mais voici leur site officiel.

http://thunderbirds.airforce.com.

et en passant il sont tres bon. je les est déja vu et ils sont formidable! 😀

 
Membre

en est fait

je les ai vu au meeting d’evreux, la base 105
ils sont magnifique et toujours la manette des gaz au tableau 😉

 
Membre

en est fait

Attends, ne me dis pas que là tu voulais dire « en effet » quand même ??? 😕

 
Membre

Je crois bien que si…

J’aimerais bien les voir ces oiseaux de tonnerre un jour !

 
Membre

+1 Ca doit être géniale, comme les blue angels (jamais vu )

 
Membre

désolé pour la faute
celle la je la fais souvent
ps: je suis plus scientifique

 
Membre

j avais pris plein de photos d eux mais ils ne sont pas sur mon ordi. sinon j aurais pu vous en montrer un peu! 😀

 
Membre

THUNDERBIRDS, PATROUILLES ET AUSTÉRITÉ

C’était en juin 1953, la patrouille Thunderbirds était créée dans le but de promouvoir l’US Air Force en montrant le savoir-faire, la rigueur, le professionnalisme de ses pilotes ainsi que les qualités de vol des avions qui composaient la formation.
Ils avaient débuté sur F-84G Thunderjet, puis F-84F Thunderstreak, F-100C Super Sabre, F-105B Thunderchief, F-100D Super Sabre, F-4E Phantom II, et volaient depuis 1983 avec six F-16 Fighting Falcon.

Tout comme la Patrouille de France, cette formation aurait dû fêter ses 60 ans cette année. Seulement voilà, à cette occasion, le Gouvernement Américain leur a fait un drôle de cadeau : suite à de drastiques coupes budgétaires, toutes leurs présentations 2013 ont été annulées à partir du 1er Avril 2013, et malheureusement, il ne s’agissait pas d’un poisson…

Il faut dire que leur show ne devait pas être bon marché car c’était un des plus longs au monde : il durait plus d’une heure contre une vingtaine de minutes en moyenne pour les autres patrouilles militaires et civiles. Les Thunderbirds, c’était toute une mise en scène et c’était du costaud…
Le spectacle commençait au sol, c’était le « ground show ». D’abord douze mécaniciens défilaient en ordre serré jusqu’aux appareils. Chaque mouvement était synchronisé par les ordres hurlés d’un chef mécano, dont les impressionnantes vociférations n’avaient rien à envier aux Sergents recruteurs du corps des Marines. Puis, avec la même rigidité, les six pilotes rejoignaient leurs avions, saluaient énergiquement leurs mécaniciens et commençaient à s’équiper.
Pendant ce temps, une musique, sans doute inspirée d’un générique de blockbuster hollywoodien, était mixée avec la voix suave d’une speakerine qui énumérait les noms et grades des pilotes, vantait les performances du F-16 Falcon et détaillait ses états de service au sein de l’US Air Force.
Après 15 minutes, le premier appareil quittait sa place de parking et 10 minutes plus tard, la patrouille décollait… enfin !

Dans le ciel, ils n’étaient ni les meilleurs, ni les pires, mais le public américain, galvanisé et toujours patriotique appréciait, que dis-je, vivait littéralement leur démonstration rythmée par une musique qui hésitait entre marche militaire et hard rock. Une de leurs originalités était le fameux « Sneak Pass ». Cela consistait à surprendre le public, dont l’attention était retenue par la patrouille face à lui, par le passage bas et à haute vitesse d’un des deux solos surgissant par derrière et survolant la foule. Sursauts et vrillages de tympans garantis !

Oui, les Thunderbirds était une patrouille atypique certes, mais elle avait de très belles qualités : chaque figure était millimétrée, la synchro était parfaite et en patrouille, les ailiers ne bougeaient pas d’un centimètre. Dommage que leur avenir soit aujourd’hui si incertain…

Concernant l’autre patrouille militaire américaine, celle de l’US Navy, les « Blue Angels », de vastes rumeurs laissent présager que le gouvernement Américain pourrait leur réserver le même sort… En effet, le gouvernement ferme les robinets pour les Thunderbirds mais continue de subventionner des programmes très voraces comme le très controversé Joint Strike Fighter F-35 de Lockheed Martin dont le développement a déjà englouti la bagatelle de 400 milliards de dollars. Gageons que pour ce prix, le contribuable américain aurait sans doute préféré voir voler ses patrouilles nationales.

Le continent européen ne semble malheureusement pas échapper à cette vague d’austérité puisque cette année, on a appris qu’à l’orée 2016 la Patrouille Suisse serait dissoute, également pour des raisons budgétaires. Triste…

En France, le Livre Blanc de la Défense, récemment publié, plaide clairement en faveur d’une restriction des dépenses de l’armée de l’Air.
Alors qu’en est-il de notre belle Patrouille de France, dont nous venons de célébrer le soixantième anniversaire en grande pompe ?

Jean-Yves Le Drian, notre ministre de la Défense, présent à Salon de Provence pour les 60 ans de la PAF, s’était voulu rassurant à ce sujet, qualifiant la patrouille Française d’« élément déterminent (…) un creuset, le rêve de l’aventure, la haute technologie, le professionnalisme, le patrimoine français (…) qu’il faut maintenir, même si les budgets sont contraints. »
Amen !
Souhaitons que cela ne soit pas des paroles « en l’air », destinées à flatter le peuple et les médias dans le bon sens du poil. Espérons également que Jean-Yves Le Drian sache communiquer cette ferveur au reste du Gouvernement et la maintenir intacte le plus longtemps possible.

Bastien Otelli – AeroMorning – juillet 2013

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.