Dimanche 27 septembre a eu lieu un beau meeting sur l’ancienne base aéronavale de Nîmes-Garons, aujourd’hui fermée. Mais les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands pour faire revivre l’esprit de l’Aéronavale. Notre ami François Poquillon a posté des très belles photos des avions en vol de cette manifestation.  J’aimerais ajouter celles que j’ai prises au sol, en complément de son intéressant reportage, avec celles du meeting de 2002, organisé alors que la base venait juste de fermer.

Il y a déjà 13 ans, le meeting du 7 juillet 2002

Les organisateurs avaient déjà concocté un mélange d’avions anciens et d’appareils actuels avec comme fil directeur bien sûr le service dans l’Aéronavale (en général).

Déjà un T-6, un Corsair avec sa livrée française, un Skyraider, un Fouga (je ne sais pas s’il était « marine »), un beau Skyraider, un Bréguet Alizé.  Il y avait aussi, pour faire « warbird », un T6 et un Yak 52 décoré à la soviétique. Donc beaucoup moins d’avions anciens qu’aujourd’hui, mais deux Anglais prestigieux : un Harrier et un Nimrod qui a fait de majestueux passages. Un P-51D, un Mistral (Vampire), deux Mirage 2000 complétaient le panel. Mais il y avait la Patrouille de France et le Rafale qui faisait déjà des démonstrations à couper le souffle. C’était un très beau meeting mais moins fourni et moins axé sur les avions anciens que celui de 2015. Il faut dire que l’offre dans ce domaine s’est considérablement étoffée, on le voit bien dans le reportage sur le meeting de Haguenau. Il y avait aussi beaucoup, mais beaucoup moins de public qu’aujourd’hui.

Le 27 septembre 2015 : beaucoup d’avions anciens

Ils étaient nombreux, très accessibles sur le tarmac et très beaux.

Le Dewoitine D26 est un beau représentant des années trente. Il animait les meetings de cette époque avec Marcel Doret. Celui-ci est la version vendue à la Suisse et magnifiquement restaurée. Le Morane-Saulnier MS.406, Suisse aussi est l’un des « Warbirds ». Enfin un français. Il est rare et beau.  Autres avions de la guerre, les rutilants Corsair, Grumman Avenger avec sa torpille, illustraient l’aéronavale américaine et la guerre du Pacifique. Un très beau Mustang rivalisait d’élégance avec le Spitfire à moteur Griffon, et ces deux là nous firent une belle démonstration. Encore un combattant, un vrai, le Consolidated Catalina, impressionnant par sa taille et son élégance. On pouvait même le visiter.

Autour de la période de la guerre, quelques belles machines nous faisaient remonter le temps : le Ryan PT-22, le Stearman PT-18, avions d’entraînement de base américains, plusieurs Piper Cub, véritables warbirds, le Stinson Reliant, qui a aussi porté l’uniforme, et le gros Ryan Navion, en kaki US Army (L-17). Ce dernier est un des rares avions civils étudiés par North American. Il a été construit par Ryan. Il est gros et apparenté au P-51 (étudié par Roy Liming). Il y avait aussi un très beau « Taifun », Messerschmitt Bf-108, qui a très bien volé. Quant au Waco YMF-5, c’est une sorte d’équivalent à l’automobile Morgan : toujours construit mais dans l’esprit des années Trente. Un très bel appareil.

L’après-guerre était très présent avec des T-6 (dont un faux Zéro), le Zlin Trener, le Yak-11 aux accents de Guerre Froide, le très beau Hawker Sea Fury, quintessence de l’hélice, aux couleurs australiennes. Les machines de combat américaines étaient bien représentées avec le Skyraider, puissamment armé et autre représentant de l’aéronavale, Douglas A-4 Skyhawk du (mystérieux ?) groupe Draken et l’OV-10A Bronco. Du côté français, l’émouvant petit bébé Jodel, amorce d’une aviation amateure, et, avec des turbines, un Morane-Saulnier MS.733, deux MD.312 Flamand, deux Fouga Magister (Patrouille Tranchant) à la démonstration pleine d’habileté… et de décibels. Toujours à turbine (RR Dart) l’inévitable Bréguet 1050 Alizé, formidablement à sa place sur cette base.

Je passe sur les avions actuels : François Poquillon les a très bien montrés.

Une très belle journée, à en avoir plein les mirettes et la carte SD !

4 COMMENTAIRES

  1. trés jolie photo! et bel article! concernant le Douglas A4 Skyhawk il appartient avec le Aermacchi MB 339 à Secapem une société basé depuis peu à Nimes qui conçoit et produit des cibles aérienne remorqué pour l’entrainement des forces aériennes. A très bientôt je l’espère.

  2. Extrait :Toujours à turbine (RR Tyne) l’inévitable Bréguet 1050 Alizé,

    Pas plutôt un1 turborpropulseur Rolls-Royce Dart RDa.7 Mk 21 ? 2100CV

    Le TYNE 21 pour l’ATLANTIC
    le TYNE 22 pour le TRANSALL C-160
    Le tyne c’est +/- 6000 CV , de quoi rendre l’Alizé « supersonique « …..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom